Le gouvernement colombien a rendu publics vendredi des documents – vidéos, photos et lettres – montrant que 16 otages de la guérilla colombienne, dont la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt et trois Américains, étaient en vie.

colombie01122007-1
3 otages américains et une otage franco-colombienne sont toujours retenus par les FARC

Sur une vidéo, retransmise sans bande sonore par les télévisions colombiennes, on peut voir Ingrid Betancourt, tête baissée, apparemment très lasse, dans un état d’extrême maigreur, les mains croisées sur les genoux.

En pantalon kaki et portant une chemise claire, elle reste silencieuse, ses très longs cheveux noués sur l’épaule. L’otage, enlevée le 23 février 2002 par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc – marxistes), semble se trouver dans la jungle, dans une région très chaude.

Les autorités colombiennes ont fait état vendredi de cinq vidéos et sept lettres d’otages, dont une datant du 24 octobre et signée d’Ingrid Betancourt, saisies sur trois guérilleros arrêtés à Bogota. C’est une lettre de 12 pages de « désespoir et de solitude », a affirmé à l’AFP son fils Lorenzo, après en avoir pris connaissance.

Le président colombien Alvaro Uribe, à Bogota, a estimé que « les vidéos révèlent des tortures spécialement dans les cas de Mme Ingrid Betancourt et du sénateur Luis Eliado Perez ».
« Rien ne nous laisse penser qu’Ingrid ait pu être torturée. Ce n’est pas une manière de faire des Farc », s’est indignée la soeur d’Ingrid, Astrid Betancourt auprès de l’AFP.

L’état de détresse affiché par Ingrid Betancourt inquiète sa famille. « Cela montre qu’il y a urgence à la sortir de là », a souligné à l’AFP son ex-mari, Fabrice Delloye. « Pourvu que la médiation de (Hugo) Chavez reprenne car il est la seule personne capable de régler ce problème des otages qui était déjà sur la bonne voie car il y avait eu des réunions à Caracas avec la guérilla », a déclaré à l’AFP l’actuel époux d’Ingrid, Juan Carlos Lecompte.

Selon toute vraisemblance, les guérilleros capturés désiraient remettre ces preuves à la sénatrice Piedad Cordoba qui effectuait avec le président vénézuelien Hugo Chavez une médiation brusquement interrompue la semaine dernière par le chef de l’Etat colombien Alvaro Uribe.

Le procureur général colombien Mario Iguaran a confirmé à l’AFP que 4 des 5 vidéos saisies étaient datées du 23 ou du 24 octobre, comme l’avait annoncé auparavant le Haut commissaire pour la paix, Luis Carlos Restrepo. Toutefois, a-t-il indiqué, son administration procédait à une « vérification des dates (..) et du lieu ».

Il s’agit de la première preuve de ce genre concernant la Franco-Colombienne depuis une vidéo transmise en août 2003.

Soutien à Ingrid Betancourt
Soutien à Ingrid Betancourt

Les trois Américains otages, Marc Gonsalves, Thomas Howe et Keith Stannsen, paraissent eux en meilleure forme. Ces otages, collaborateurs du département d’Etat, ont été capturés en février 2003 après que les Farc eurent abattu l’avion à bord duquel ils effectuaient une mission de lutte contre la drogue. La dernière fois qu’ils avaient été vus en vie, c’était dans une vidéo datant de septembre 2003.

L’épouse de Thomas Howe, Mariana, une Péruvienne installée en Floride, a confié à radio Caracol : « Pourvu que cela ne dure pas cinq ans de plus. »

M. Restrepo a annoncé que des copies des enregistrements seraient envoyées aux gouvernements français et américain.

Paris a immédiatement réagi. « Maintenant, on sait qu’elle est vivante, il faut se battre avec acharnement pour obtenir sa libération et la fin de ce calvaire dans les plus brefs délais », a soutenu le président français Nicolas Sarkozy.

AFP 01/12/2007