Alors que la mission humanitaire est toujours sur place, prête à intervenir, des informations sur les conditions de détention d’Ingrid Betancourt ont été révélées par la télévision colombienne.

Selon un médecin des FARC arrêté il y a deux semaines par les autorités colombiennes, Ingrid Betancourt souffrirait d’une inflammation du foie (symptôme probablement dû à l’hépatite), de  gastrite chronique, d’une inflammation de l’oesophage, de douleurs d’estomac, de  deux types de paludisme dont celui appelé communément le psalmodium falciparum (malaria cérébrale), de dénutrition et d’une irritation du colon. Ce diagnostic démontre qu’Ingrid Betancourt souffre d’un grave problème de paludisme qui n’a  pas été soigné et qui a provoqué une inflammation du foie. Cet état peut  entraîner des accidents rénaux, cardiaques et affecter tout le système nerveux central.

colombie05042008-1
Mobilisation du 4/04/08 pour les otages retenus par les FARC

L’otage franco-colombienne et les 2800 autres otages ont reçu un nouveau soutien de milliers de colombiens, qui ont manifesté vendredi pour leur libération. Défilant aux cris de « nous sommes tous Ingrid Betancourt« , les manifestants  portaient de grandes pancartes de la Franco-Colombienne, otage des FARC depuis  plus de 6 ans et dont l’état de santé serait critique selon sa famille. « Sauvons Ingrid Betancourt« , pouvait-on lire sur une affiche géante  installée sur la façade de la mairie de Bogota, place Bolivar, où environ cinq  mille personnes étaient réunies, selon des estimations de la police. Pour la première fois en Colombie, l’otage Ingrid Betancourt était  omniprésente, sur les pancartes, les affiches, les vêtements des manifestants et  les fenêtres des immeubles.

La famille Castañeda réclame la liberté pour Ruth Beatriz Castañeda, otage des FARC depuis 11 ans.
La famille Castañeda réclame la liberté pour Ruth Beatriz Castañeda, otage des FARC depuis 11 ans.

Jeudi soir, la proposition du président du Venezuela Hugo Chávez d’aller  avec son homologue français Nicolas Sarkozy, chercher en Colombie Ingrid  Betancourt, a fait renaître l’espoir au sein de la mission humanitaire dépêchée  par la France. Paris attend toujours une réponse des FARC pour permettre à la mission  humanitaire dépêchée jeudi en Colombie d’entrer en contact avec Ingrid  Betancourt.

Mais la guérilla a jusqu’à présent réitéré ses exigences visant à la création par  le gouvernement colombien d’une zone démilitarisée dans le sud-est du pays et a opposé une fin de non-recevoir aux demandes de libération unilatérale de la  mission française. Jugeant ces conditions inacceptables, le président colombien Alvaro Uribe a  répondu vendredi qu’aucune zone du pays ne sera démilitarisée en échange de négociations sur la libération des otages des FARC et des guérilleros emprisonnés.