La Colombie et l’Équateur ont annoncé la désignation de chargés d’affaires à Quito et à Bogotá  dans le but de relancer des relations diplomatiques suspendues depuis mars 2008.

La décision implique la réouverture des ambassades respectives, fermées depuis 2008. « C’est un message clair de la part de gouvernements qui souhaitent renouer avec le dialogue » a déclaré, à la BBC Mundo, Ricardo Montenegro, qui a été désigné comme chargé d’affaires à Quito.

Montenegro a déclaré qu’il régnait « un climat de confiance, de transparence et une volonté de la part des deux gouvernements de se rapprocher. » C’est ce que nous avons ressenti durant les réunions, la dernière en date étant celle d’Ibarra en Équateur, et nous sommes de fait « sereins »  a ajouté le diplomate.

À son tour, Quito a annoncé la désignation de Andrés Teran comme chargé d’affaires à Bogotá.

Ces deux nominations font partie d’un accord signé fin septembre à New York par les ministres des Affaires Etrangères . Montenegro, originaire du département de Nariño, est le directeur du bureau de la Souveraineté Territoriale et du Développement Frontalier, où il travaille depuis 14 ans.

La désignation de chargés d’affaires à Quito et à Bogotá signifie, dans la pratique, la quasi normalisation des relations diplomatiques, qui ont été interrompues à l’initiative de l’Équateur en réponse aux raids aériens menés par la Colombie sur le sol équatorien (action armée menée à l’encontre des FARC durant laquelle Raul Reyes avait trouvé la mort).
En effet, Le président Rafael Correa avait rappelé son ambassadeur en Colombie pour protester contre l’opération militaire de Bogotá  visant un camp de la guerilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) installé côté equatorien. Le chef d’État de gauche Correa et son homologue Alvaro Uribe, conservateur proche des Etats-Unis, ont depuis éprouvé des difficultés à aplanir ce différend.

Les chargés d’affaires sont désignés comme remplaçants lorsque les ambassadeurs ne sont plus autorisés à siéger. Montenegro a prévu de voyager à Quito dans les prochains jours et a déclaré à  la BBC Mundo que que l’idéal serait que les deux pays fassent un grand pas en avant en nommant de nouveaux ambassadeurs.