Evo Morales aurait gagné les élections présidentielles en remportant dès le premier tour plus de 60 % des voix, selon trois sondages effectués à la sortie des bureaux de vote par des chaînes de télévision . Celui-ci se verrait donc pouvoir jusqu’en 2015

Ces sondages précisent également que son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS) aurait réuni les deux tiers des sièges au Sénat.

Actuellement maître de la chambre basse, le MAS pourrait désormais instaurer, sans obstacles, la nouvelle constitution adoptée en janvier 2009, s’il est confirmé qu’il a gagné une majorité absolue au Sénat.

En fin de journée, le président tout juste réelu a revendiqué la victoire et s’est engagé à accélérer les changements mis en place lors de son premier mandat, devant ses partisans euphoriques qui scandaient son nom.

Son principal adversaire, l’ancien militaire et gouverneur provincial Manfred Reyes Villa, réunirait environ 24 % des suffrages exprimés. Si ces résultats se précisent, Evo Morales n’aura pas à se soumettre à un second tour, ayant récolté la majorité absolue des suffrages.

Premier président d’origine indigène de l’histoire de la Bolivie, Evo Morales, un indigène d’origine aymara âgé de 50 ans, jouit du soutien sans failles des classes les plus démunies, notamment des natifs, qui représentent 60 % de l’électorat.

Lors de la présidentielle de 2005, il avait réuni 53,7 % des voix.

Le scrutin, auquel étaient invités près de 5 millions d’électeurs, a eu lieu en présence de 55 000 policiers et militaires, 230 observateurs de l’Organisation des États américains et de l’Union européenne.

Proche de l’idéologie du président vénézuélien Hugo Chavez, Evo Morales s’inscrit dans le mouvance de la gauche radical d’Amérique latine. Le pays est notamment membre de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), un bloc antilibéral crée en 2004 par le Venezuela et Cuba .

Depuis ses débuts à la présidence en janvier 2006, il a défendu un ambitieux programme de réformes démocratiques et sociales dans le pays le plus pauvres d’Amérique du Sud.

Evo Morales a instauré la nationalisation des entreprises de télécommunication et d’exploitation minière et a augmenté les impôts des entreprises énergétiques étrangères afin d’accroître les dépenses sociales. Cette mesure a été  perçue comme légitime parmi la population du pays le plus pauvre d’Amérique du Sud, où plus de la moitié des habitants vivent sous le seuil de la pauvreté.

L’ancien syndicaliste aspire aussi à la création d’entreprises publiques dans les domaines de la cimenterie, des produits laitiers, et de la pharmaceutique.

Malgré l’opposition de la droite, le président Morales a réussi à faire admettre, en janvier 2009, son projet de référendum sur une nouvelle constitution. La nouvelle constitution tend vers une centralisation des pouvoirs de l’État, tout en accordant des droits supplémentaires à la majorité indigène du pays.

Ce nouveau cadre législatif devrait également proposer la possibilité de mener deux mandats présidentielsconsécutifs, ce qui a d’ailleurs fait dire au président sortant que sa réélection de dimanche peut-être considérée, « constitutionnellement, comme une première élection ».

Grâce aux revenus engrangés par le secteur des hydrocarbures, nationalisé en 2006-2007, le pays n’a pas subi la crise économiques comme l’ont subi certains pays voisins et devrait connaître une croissance économique de 3 à 4 % en 2009, ce qui a priori sera le taux le plus fort d’Amérique latine.