Le Chili deviendra en janvier le 31e État membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a signalé cette organisation qui regroupe les pays les plus riches du monde «L’OCDE a invité […] le Chili à devenir son  deuxième représentant  latino-américain après le Mexique. Le Chili devrait officiellement répondre à cette invitation lors de la signature d’un accord d’adhésion le 11 janvier à Santiago », a précisé l’OCDE dans un communiqué.

Le 15 décembre 2009, l’OCDE avait déclaré que le Chili n’apparaissait plus sur la liste «grise» des paradis fiscaux après l’adoption par le pays d’une loi permettant à l’administration fiscale d’avoir accès aux informations bancaires. «L’adhésion du Chili est un élément essentiel dans l’effort que nous déployons pour renforcer notre impact mondial», a déclaré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria.

Regroupant les 30 pays les plus riches du globe, l’OCDE a été créée en 1961 pour remplacer l’Organisation européenne de coopération économique (OECE). Elle a été particulièrement active dans la lutte contre les paradis fiscaux,  menée par les leaders du G20 en avril dernier. Le dernier pays à avoir rejoint l’organisation en 2000 a été la Slovaquie.

L’intégration du Chili à l’OCDE surgit à un moment où les gouvernements du monde entier tentent de trouver de nouvelles voies de coopération afin de faire face aux défis mondiaux qui se présentent dans le commerce, les services financiers, l’environnement et de nombreux autres domaines.

En sa qualité de nouveau membre de l’OCDE, le Chili prendra part aux activités de l’Organisation dans tous les domaines, de la politique économique et financière jusqu’aux affaires sociales, en passant par l’éducation et l’emploi. Il s’intégrera  aux autres pays de l’OCDE pour  partager les expériences et les meilleures pratiques, mettre en place de nouvelles normes et élaborer de nouveaux mécanismes de gouvernance au service de l’économie et de la société en général.

Au cours des deux années qu’ont duré les négociations en vue de l’adhésion, une vingtaine de Comités de l’OCDE ont examiné la situation du Chili par rapport aux normes, aspirations et lignes directrices de l’Organisation. L’invitation à devenir membre prouve que le Chili prend les mesures nécessaires  pour réformer son économie, notamment dans les domaines du gouvernement d’entreprise, de la lutte contre la corruption et de la protection de l’environnement.

M. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE a déclaré  lors d’une cérémonie tenue au siège  de l’Organisation à Paris « Pour l’OCDE, l’adhésion du Chili est un élément essentiel dans l’effort que nous déployons pour renforcer notre impact mondial et transformer l’Organisation en une institution plus inclusive et plurielle, qui jouera un rôle de plus en plus important dans l’architecture économique mondiale » .