Le Mexique termine l’année avec une augmentation de 50 % des cas de dengue sur son territoire par rapport à l’année 2008, selon les estimations données par les autorités sanitaires. La dengue est une maladie virale dont le vecteur de transmission est un moustique.

Parmi les causes de cette augmentation, il y aurait la mutation du moustique porteur de la maladie, le Aedes Aegypti, qui parvient à se reproduire toute l’année, y compris durant la période hivernale.

mexique02012010-1Le ministère de la Santé a signalé que le moustique résistait aux insecticides et qu’il parvenait à survivre dorénavant à des altitudes plus élevées, ce qui lui permet d’étendre sa zone d’action. Le dernier rapport du Centre National de Surveillance Epidémiologiste signale que 40 865 cas de dengue dite « classique » ont été enregistrés. En 2008, le nombre de personnes infectées était de 27 479 cas.

Les cas de dengue hémorragique (des hémorragies notamment gastro-intestinales, cutanées et cérébrales) ont également augmenté. Les chiffres officiels évoquent 10 246 car pour cette année contre 7349 en 2008. Malgré cette croissance, les autorités sanitaires ont déclaré contrôler la situation « il n’y a pas d’épidémie de dengue à Mexico » a affirmé le directeur du centre, Miguel Angel Lezana.

La dengue ou « grippe tropicale » provoque de la fièvre, des maux de tête et des douleurs articulaires. Dans ses formes les plus graves, elle peut provoquer des hémorragies qui peuvent s’avérer mortelles si elles ne sont pas soignées à temps. Le nombre de malades devrait encore augmenter l’année prochaine selon les prévisions du ministre de la Santé José Angel Cordova.

Par conséquent, les autorités maintiennent leur niveau de vigilance dans 9 états sur 32 où l’épidémie est la plus répandue. Les années précédentes, l’épidémie touchait davantage les zones tropicales et le sud-est du Mexique, mais le comportement du moustique a modifié les zones de contagion. Aujourd’hui, la dengue concerne essentiellement des villes comme Gualdalajara, à l’ouest du pays, où la maladie s’est particulièrement développée. Les  autorités sont en alerte « nous allons lutter dès janvier pour éradiquer sa progression au moyen de fugimations et par la diffusion d’un germicide dans les eaux propices à la reproduction des larves.

La dengue ne concerne pas que le Mexique. Au Guatemala par exemple, le ministère de la Santé et de l’Assistance Sociale a émis un bulletin d’alerte face à l’augmentation des cas de dengue, qui au mois de décembre atteignait 10 692 cas. L’année passée, il y a eu 3126 personnes atteintes par la dengue « classique ».

Les autorités guatémaltèques admettent qu’il existe une nouvelle souche de la maladie en Amérique centrale, et que ces dernières semaines, de nombreux cas ont été recensés au Nicaragua et au Honduras. Le ministère de la Santé recommande au gouvernement mexicain d’établir une campagne de prévention pour éviter que la nouvelle souche ne s’étende dans la région.

Dans cette optique, les autorités sanitaires ont établi un cordon sanitaire dans les états du Sud est comme le Chiapas, Tabasco où le flux de migrants centraméricains est particulièrement important.