Au Pérou, au moins sept enfants indigènes ont succombé au virus de la rage ces dernières semaines après avoir été mordus par des chauves-souris, ont déclaré les autorités sanitaires.

La rage est une maladie dont l’issu est obligatoirement mortelle en l’absence de traitement, elle cause environ 50 000 décès par an dans le monde, le plus souvent suite à une infection transmise par un chien enragé. Différents animaux domestiques ou sauvages peuvent transmettre les lyssavirus responsables de la maladie, dont les chauves-souris.

Le sérotype 1 du Lyssavirus (RAV/génotype 1) est considéré comme le virus classique de la rage. C’est un virus enveloppé à un seul brin d’ARN. Mais il existe encore au moins 6 autres sérotypes, dont 5 ont été trouvés chez les chauves-souris uniquement.

Les chauve-souris hématophages se rencontrent fréquemment dans des régions amazoniennes mais aussi dans les montagnes andines du Pérou.

D’après le ministère de la Santé, les jeunes victimes âgées entre 1 et 7 ans étaient des membres des communautés Kigkis et Chikgan, localisées dans la province de l’Amazonas, dans le nord de la région andine.

Même si le diagnostic final n’a pas pu être parfaitement établi puisque les populations autochtones concernées refusent qu’une autopsie soit pratiquée, les enfants présenteraient des symptômes évidents de la rage, toujours selon le ministère.

Les régions se situant au bord de l’Amazone sont particulièrement sensibles à la transmission de la rage par les chauves-souris vampires, qui se nourrissent entre autres du sang qu’elles prélèvent par succion sur des animaux vivants.

« C’est une zone qui présente des risques. Ce type de morsures sur des êtres humains s’y produit régulièrement », a décaré Mme Navarro, chargée au ministère de la Stratégie sanitaire des zoonoses, maladies infectieuses transmises par les animaux,  ajoutant qu’une équipe d’épidémiologistes et de vétérinaires du ministère avait été envoyée sur place .

Les autorités ont repéré un foyer de rage dans la région de l’Amazonas, des spécimens de chauves-souris portant le virus de la rage ayant été capturés.

Lima a envoyé une équipe de vaccination sur ce  teritoire où environ 600 morsures d’animaux parmi les communautés autochtones ont été notées au cours des six derniers mois.