Le nouveau-né pèse 2,950 kilos, comme de nombreux bébés, et pourtant sa mère n’a que dix ans !  La  jeune maman se dit heureuse de la naissance de sa fille bien que le nouveau-né soit le fruit d’un viol…

Sa reaction a provoqué la stupéfaction y compris celle de la psychologue de la maternité de “Percy Boland”, Ana Calvo, qui confirme que dans la majorité des cas d’abus sexuels, les jeunes filles qui deviennent mères rejettent leur enfant à la naissance.

Selon elle, la fillette qui bénéficie d’une assistance psychologique, a décidé de garder le bébé, alors que « dans la majorité des cas » du même type les jeunes mères font le choix inverse.

C’est en octobre dernier qu’un proche de la famille s’est rendu compte que la fillette était enceinte et une plainte a ensuite été déposée au parquet.

« La petite est heureuse d’être maman, toutefois en raison de son jeune âge et de son développement physique, elle ne peut pas allaiter son bébé, mais la mère et l’enfant se portent bien. Son comportement est extraordinaire parce qu’elle souhaite constamment avoir son bébé auprès d’elle, elle réclame sa petite fille », explique Calvo.

La fillette récupère bien auprés de son enfant dans l’une des chambres de la maternité.

« La fillette a subi une césarienne, car en raison de son jeune âge et de sa corpulence, elle ne pouvait pas accoucher normalement », a déclaré au journal Roxana Ortiz, avocate de l’organisme publique de protection de l’enfance.

La petite a été abusée dans la localité de El Torno dans le département de Santa Cruz par ses deux demi-frères avec qui elle vivait.

Maintenant, qu’elle est mère, elle est soumise à différents contrôles de la part de la Protection de l’Enfance, et elle reçoit également une aide psychologique. Il convient de préciser que la Police est à la recherche des deux demi-frères qui ont pris la fuite suite aux accusations de viol émises à leur encontre , ils sont recherchés pour viol aggravé suivi d’une grossesse non désirée.

L’Aide à l’Enfance doit procéder dans les  jours à venir à des prélèvements ADN sur le nouveau-né afin de connaître l’identité exacte du géniteur. Aujourd’hui, la fillette qui est sous la protection de sa tante ne souhaite pas retourner à El Torno.

Mais ces faits dramatiques ne sont pas rares. L’année passée, à la Maternité,  le personnel soignant a enregistré deux cas de grossesse faisant suite à des viols sur des fillettes de 11 ans, actuellement deux fillettes âgées de 12 ans sont enceintes, la première doit accoucher en janvier et la deuxième en février.  

Selon le directeur de la Maternité, Raúl Hevia, une grossesse non désirée qui survient à l’adolescence peut causer de graves sequelles psychologiques mais aussi des sequelles physiques.

« Le plus grand risque est psychologique parce que les très jeunes filles n’ont pas conscience de la responsabilité qu’implique la mise au monde d’un enfant dans la société actuelle, de plus elles ne comprennent pas les bouleversements physiques qui accompagnent une grossesse », a déclaré Hevia.

Les jeunes filles sont, elles mêmes, plus sujettes à l’hypertension pendant la grossesse, au risque de décollement du placenta, quant aux bébés ils sont davantage exposés à des risques de malformations et autres pathologies. « Ces problèmes sont fréquents chez les femmes qui tombent enceintes très jeunes ou au contraire chez  celles qui mènent une grossessse tardive ».