Le sommet de l’UNASUR (L’Union des Nations Sud-Américaines) , qui aura lieu mardi 9 février dans la capitale équatorienne, Quito, permettra aux chefs d’État de la région d’aborder directement avec le président haïtien, René Préval, la question de la reconstruction du pays.

Le chef de l’État équatorien, en sa qualité de président « pro tempore » de l’organisme d’intégration régionale, a invité son homologue haïtien à participer à ce Sommet extraordinaire et à faire part des besoins les plus urgents concernant son pays, l’île d’Haïti ravagée par un violent séisme le 12 janvier 2010.

Pour le moment, les présidents d’Équateur (Rafael Correa), du Pérou (Alan Garcia), du Venezuela (Hugo Chavez), de la Bolivie (Evo Morales) de la Colombie (Alvaro Uribe), et enfin du Paraguay (Fernando Lugo), ont confirmé leur participation, toutefois les 12 dirigeants du bloc sud-américain sont invités à participer à cette réunion d’envergure.

Ce sommet prétend mettre en place des projets concrets pour renforcer les institutions à Haïti et organiser l’aide humanitaire en partance pour l’île. 

A l’heure actuelle, on enregistre plus de 200 000 morts suite au tremblement de terre d’une magnitude de 7,3° sur l’échelle de Richter qui a secoué l’île, laissant un million de sinistrés sans aucune ressources et détruisant également la quasi totalité des infrastructures du pays.

L’Équateur a fait part de son analyse concernant les différentes alternatives susceptibles d’aider Haïti lors d’une réunion présidée par la secrétaire nationale à la Gestion des Risques Maria Pilar Cornejo, ce, en collaboration avec des représentants des ministères qui participent à cette lourde mission gouvernementale.

En accord avec les attentes de la population et des autorités haïtiennes, a déclaré Cornejo, nous souhaitons concentrer nos efforts sur la reconstruction dite « vitale » à savoir la reprise de l’agriculture avec la plantation de cultures à cycle court, la reconstruction de maisons, la reconstruction des infrastructures éducatives et sanitaires et la mise en place d’une politique de reforestation.

Le président Préval a abordé cette liste de priorités avec le président équatorien, Rafael Correa, après que ce dernier ait constaté, lors de sa récente visite du 29 janvier, l’étendue des dégâts causés par cette terrible tragédie considérée par beaucoup comme la pire catastrophe naturelle que l’Amérique latine et la zone caraïbe aient connu.

L’ambassadeur Galo Yépez, au nom du Ministère équatorien, a annoncé ce jeudi et vendredi que 12 délégués des pays membres de l’UNASUR, travaillaient activement à Quito sur un projet commun de soutien et d’entraide devant être entériné définitivement mardi par les chefs d’État.