Une once de satisfaction et d’espoir traverse aujourd’hui les défenseurs des droits indigènes, le territoire d’une réserve d’Amazonie péruvienne qui abrite en son sein des Indiens isolés devrait échapper aux compagnies pétrolières et gazières puisqu’elles ne sont plus autorisées à ce jour à prospecter le sous-sol.

Trois années après que la réserve de Madre de Dios ait été officiellement reconnue comme zone protégée, la compagnie chinoise Sapet était parvenue en 2002  à obtenir l’autorisation d’effectuer des prospections dans la concession appelée ‘Lot 113’.

Le contrat de Sapet a, aujourd’hui, touché à sa fin et, selon la carte des concessions établie par Perupetro en date du 31 décembre 2009, cette réserve ne fait plus partie des prochaines ‘enchères’ de concessions pétrolières qui auront lieu en mai 2010.

Il y a maintenant deux ans, des photos aériennes avaient mis à jour la présence de vingt et un indigènes isolés évoluant dans cette réserve.

L’annonce de la suppression définitive du ‘Lot 113’ de la carte des zones d’exploitation pétrolifères de Perupetro est une décision majeure, car elle favorise non seulement la préservation de cette zone naturelle (faune et flore) mais surtout elle garantit l’intégrité physique des indigènes isolés du Madre de Dios.

« Cette petite victoire crée un précédent encourageant pour la défense des Indiens isolés dans d’autres régions mais aussi pays dont les territoires se retrouvent géographiquement sur des concessions pétrolières », a affirmé l’organisation indigène locale, FENAMAD (La Fédération des Natifs de la zone du río Madre de Dios et de ses Affluents) crée en 1982 afin de promouvoir les droits indigènes de 32 communautés évoluant dans le Madre de Dios.

L’année 2006, la société Sapet s’était résignée à ne plus opérer dans la réserve suite aux pressions exercées par la FENAMAD et l’organisation indigène nationale AIDESEP. Toutefois, sur les cartes de Perupetro la réserve demeurait jusqu’à peu légalement accessible à la prospection .

Dans d’autres régions du Pérou, le gouvernement défend malheureusement  une toute autre ligne de conduite et permet donc à des compagnies telles que Perenco, Repsol YPF et Petrobras à travailler sur les terres des Indiens isolés.

Stephen Corry, directeur de l’ONG Survival International, était content malgré les défis à venir de relayer cette information : « La suppression de la réserve de Madre de Dios des lots pétroliers de Perupetro est une excellente nouvelle. Le Pérou doit maintenant appliquer cette même mesure dans d’autres régions du pays et garantir que les territoires où vivent des Indiens isolés ne soient envahis par les compagnies pétrolières et gazières – en particulier lors des enchères qui auront lieu en mai prochain. »