La campagne de promotion touristique Cusco Pone diffusée au Pérou et en Amérique latine pour relancer l’activité vers ladite destination de Cusco sera bientôt retransmise aux États-Unis et en Europe (début avril), a annoncé le ministre du Commerce Extérieur et du Tourisme. Cusco est une ville d’altitude (environ 3 400 m) d’une taille modérée, avec environ 300 000 habitants et offre un fort pouvoir attractif.

Par exemple, la forteresse de Sacsayhuamán se situe à deux kilomètres au-dessus de Cusco, elle est impressionnante par ses trois énormes murs faits de pierres énormes assemblées dans le plus pur style Inca, sur ce lieu se tient chaque année la fête de l’Inti Raimi, fête du soleil à la mode Inca. Elle rassemble des milliers de touristes ; c’est la deuxième fête d’Amérique du Sud.

« La campagne de promotion touristique Cusco Pone a parfaitement fonctionné sur le marché national, c’est pourquoi dorénavant nous la diffuserons également vers des pays qui sont particulièrement intéressés par le découverte du Pérou » a déclaré le ministre du Commerce extérieur et du tourisme, Martin Perez.

Près de 98 000 billets d’avion en partance pour Cusco ont été achetés par des Péruviens suite à la diffusion de la campagne publicitaire lancée après la fermeture temporaire du site de Machu Picchu.

Luis Miguel Champin, sous-directeur du Mercadeo Turistico PromPeru,  a expliqué qu’en accord avec les informations communiquées par une compagnie aérienne qui participe au projet de relance, les dates de vols à prix réduits pourront se poursuivre jusqu’aux 15 juin. Par ailleurs, il soutient que les 98 000 billets constituent un chiffre important qui démontre d’une bonne réaction des Péruviens face à un moment difficile vécu par le secteur touristique et par, la population en général, suite aux pluies diluviennes qui ont frappé une partie du pays.

L’initiative a été lancée par le tourisme national et comprend les billets d’avion à un tarif préférentiel, aller-retour à 49 $ pour se rendre à Cusco, des réservations d’hôtel à prix réduits allant jusqu’à -50 % y compris pour les quatre et cinq étoiles.

Le fonctionnaire a déclaré que cette gamme d’hôtels de luxe n’était pas toutefois la première à bénéficier des retombées économiques du plan de relance, mais plutôt les hôtels deux ou trois étoiles.

Il a également rappelé que la campagne en Amérique latine avait été lancée début mars et qu’il espérait augmenter ainsi le flux touristique vers Cusco afin de contrebalancer les effets négatifs de la fermeture du Machu Picchu en attendant la remise en fonctionnement de la ligne de chemin de fer menant à la cité perdue des Andes.

Champin insiste, sur le fait, qu’il s’agit d’une opportunité rêvée pour visiter Cusco étant donnée les prix extrêmement bas. Il a mentionné la Féria Peru Mucho Gusto (événement gustatif et gastronomique qui réunit les plus grands chefs et permet une découverte des saveurs de Cusco) qui se tiendra le 20 et 21 mars, un événement qui mérite qu’on y participe. Les Péruviens doivent profiter de la situation qui ne se répétera pas de sitôt. Il y a des prix intéressants pour connaître la ville et jouir de l’offre culturelle et gastronomique proposée par l’ancienne capitale inca.

Suite aux pluies diluviennes et glissements de terrain qui ont conduit à la fermeture du Machu Picchu, les pertes économiques ont été estimées à 460 millions de dollars pour le secteur du tourisme. Perez a signalé le 11 mars que le gouvernement qu’il investirait 1,3 millions de dollars pour diffuser cette campagne en Argentine, en Colombie et au Brésil. On attend 140 000 touristes à Cusco d’ici le mois de juin.

La réouverture du principal pôle touristique du Pérou (fermé depuis la fin janvier) est prévue pour le 1 avril, si les conditions climatologiques permettent d’achever les travaux de reconstruction de la voie ferrovière.

« Quelques jours avant la date prévue, les touristes pourront prendre un bus de Cusco (sud-est) jusqu’à Ollantaytambo (72 km plus loin) et ensuite embarquer dans un train menant au Machu Picchu (à 110 km de Cuzco) », a affirmé  le 12 mars Enrique Cornejo devant le Congrès.

Puis, au plus tard en juillet, tout le trajet pourra à nouveau se faire totalement en train selon des premières prévisions , a-t-il ajouté.