Des archéologues mexicains et américains (membres de l’Institut National d’Antropologie et d’Histoire de México « INAH », de l’Université Nationale Autonome de México « UNAM » et de l’Université Brigham Young « BYU » aux États-Unis) ont découvert lundi dans la vallée de Mexico une sépulture qui pourrait avoisiner les 2 700 ans, ce qui constituerait à ce jour la plus ancienne tombe de la Méso-Amérique, selon l’institut national d’anthropologie et d’histoire.

Cette découverte serait également la preuve « la plus ancienne » que les pyramides servaient déjà d’enceintes funéraires pour les civilisations évoluant à cette période.

La INAH explique sur son site internet que cette découverte « se constitue d’une chambre funéraire avec une annexe, localisée dans l’une des structures les plus récentes du Monticule 11 du Chiapas de Corzo, une pyramide qui s’élève à 6 ou 7 mètres de hauteur avec un temple en sa partie supérieure ».

La découverte a eu lieu à l’intérieur d’une pyramide de 6 mètres de haut environ, dans la zone archéologique de Chiapa de Corzo, dans l’Etat du Chiapas (au sud du Mexique). D’après les premières analyses menées par les scientifiques, la tombe comprend en son sein les dépouilles de 4 individus : un homme et une femme qui a priori étaient de hauts dignitaires de la société zoque ou olmèque, un enfant et un jeune adulte (environ une vingtaine d’années).

L’homme âgé approximativement d’une cinquantaine d’années, portait de riches parures, ce détail d’importance atteste qu’il pouvait s’agir d’un prêtre ou d’un homme de pouvoir. Il a été enterré avec des colliers et bracelets ornés de plus de mille perles de jade, un pagne composé de perles incrustées, ainsi que des boucles d’oreilles en jade. Le recours à la pierre de jade et à l’obsidienne dans les ornements funéraires révèle que Chiapa de Corzo possédait des contacts avec le centre du Mexique et le Guatemala, lieux où sont extraits ces minéraux.

Auprès de lui, les chercheurs ont découvert les restes d’un enfant d’un an et d’un jeune adulte (âgé d’environ vingt ans), qui auraient pu être sacrifiés pour accompagner et servir le défunt dans l’autre monde.

Une sépulture plus petite renfermait la dépouille d’une femme d’une cinquantaine d’années portant également des artifices de jade et des perles, des boucles d’oreilles en forme d’oiseaux et de singes hurleurs. Tout comme l’homme, sa bouche était couverte d’une coquille d’obsidienne et ses dents portaient des ornements en jade et des écailles.

« Cette découverte peut permettre d’affirmer que la tradition méso-américaine d’utiliser les pyramides comme lieu funéraire est beaucoup plus ancienne que ce que l’on croyait, et que cela ne vient pas de l’époque maya » selon l’INAH.

L’Institut estime que ces découvertes permettront de mieux appréhender l’évolution des cultures olmèques puis mayas. La coutume d’ensevelir les défunts dans une pyramide, en dehors de la zone d’influence maya, à une époque lointaine, est réellement intéressante à étudier et riche de réflexion.

Chiapa de Corzo fut un ancien centre cérémoniel et administratif dont les origines remontent à presque 3 500 ans, il s’agissait d’un point de passage stratégique pour le commerce entre le Golfe du Mexique et le Pacifique. Aujourd’hui, il s’agit d’un site archéologique ouvert au public.

Le site fut habité par la civilisation zoque, une ethnie des régions du Chiapas, Oaxaca et Tabasco au sud-est du pays. On présume que cette culture possède ses racines dans la civilisation olmèque qui a par la suite émigré et s’est établi dans la zone du Chiapas et d’Oaxaca.

La culture olmèque est l’une des plus importantes de l’histoire préhispanique Méso-Américaine, de l’époque pré-classique moyenne. Son cœur géographique se situait dans l’état du Veracruz (nord-est et sud-est du Mexique) et à l’ouest de Tabasco (sud-ouest). Les scientifiques comptent utiliser le Carbone 14 pour dater au mieux ces éléments et doivent effectuer des prélèvements ADN sur les ossements retrouvés.