Carlos Slim et Bill Gates, les deux hommes les plus fortunés au monde, ont débloqué une aide de 150 millions de dollars à distribuer sur cinq ans pour soutenir des projets sanitaires visant à réduire la mortalité infantile, la malnutrition mais aussi favoriser les campagnes vaccinales et enfin combattre la malaria et la dengue en Amérique Centrale et en Amérique du Nord.

Ces fonds s’ajoutent aux 50 millions de dollars que l’Espagne a promis dans le cadre du projet « Santé Mésoamérique 2015 ». Le président de la fondation Carlos Slim a déclaré, que dans le cadre d’une initiative comme celle-ci, les moyens financiers étaient importants car il s’agit d’un tremplin visant à développer de nombreux programmes sociaux. Les pays qui devraient bénéficier de ce programme sont le Belize, le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Panama, le Honduras, le Nicaragua, et une partie du Mexique.

Carlos Slim a précisé que, concernant le Mexique, l’aide sera reversée aux Etats du Sud-Est les plus démunis comme le Chiapas, la Sierra de Guerrero, Oaxaca, Puebla, Veracruz et plus particulièrement l’Etat du Chihuahua.

Bill Gates souhaite que l’aide parvienne aux secteurs les plus vulnérables d’Amérique latine. « Ce qui est intéressant avec ses opérations humanitaires c’est l’amélioration de la qualité de vie, mais en même temps, elles ont une autre fonction, améliorer aussi la situation économique des individus concernés, offrir une alimentation plus équilibrée aux enfants et faire en sorte qu’ils bénéficient d’une meilleure scolarité » et « tous les indicateurs économiques peuvent s’améliorer au moyen de cet investissement financier ».

Le ministre de la Santé et de la Politique Sociale d’Espagne, Trinidad Jimenez, a signalé que cela faisait deux ans que son pays s’impliquait dans ce projet, et de fait il ne s’agissait par d’un déblocage soudain de fonds mais bien d’un véritable engagement à long terme.

Même si l’Espagne connaît actuellement comme beaucoup d’autres pays européens une récession économique, cela ne signifie pas qu’elle souhaite suspendre son apport financier au développement des pays les plus pauvres, a précisé la fonctionnaire.
Carlos Slim est le chef d’entreprise le plus riche au monde selon l’agence Forbes, avec une fortune estimée à 53,500 milliards de dollars. Bill Gates arrive juste en seconde position, le fondateur de Microsoft possède une fortune évaluée à 53,000 milliards de dollars. Ce dernier finance divers projets d’aide sociale dans le monde particulièrement dans le domaine de la santé et dans le domaine agricole.

Carlos Slim est Bill Gates, les deux plus grosses fortunes du monde, ont présenté lundi 14 juin à Mexico un plan pour favoriser des mesures sanitaires parmi les pays les plus pauvres d’Amérique centrale ainsi qu’au Mexique, il s’agit de la première grande alliance philanthropique entre deux individus à laquelle collabore le gouvernement espagnol.

Le titulaire de la banque interaméricaine du développement (BID), le colombien, Luis Alberto Moreno, a expliqué lors d’une conférence de presse au terme de la présentation de l’initiative « Santé Mésoamérique 2015 », que le plan représentait une alliance publique-privée sans précédents, par la nature de l’engagement financier et par sa dimension régionale. Il a affirmé, que cette aide tendait à améliorer les conditions de vie de 8 millions de personnes, catégories sociales qui entrent dans les 20 % de la population la plus pauvre au monde et plus particulièrement les enfants, les femmes vivant au sud du Mexique, du Guatemala, du Salvador…

Pour le magnat mexicain (propriétaire des entreprises, entre autres, Telmex ou Grupo Carso), responsable de la fondation Carso-institut Carlos Slim à la Santé, l’initiative présentée aujourd’hui peut servir à renforcer « un nouveau modèle pour enrayer un autre type de problème », en plus des problèmes liés à la santé.

Bill Gates, 54 ans, co- président de la fondation Bill et Mélanie Gates a expliqué que les fonds devaient soutenir les efforts de santé en tant que priorité absolue. Durant la présentation du projet « Santé Mésoamérique 2015 », ont assisté l’infante d’Espagne, Cristina de bourbon et le président du Mexique, Felipe Calderón qui considère que l’apport espagnol constitue un « énorme geste envers la Mésoamérique malgré les difficultés économiques que traverse le pays ».

Parmi les objectifs visés, la réduction de la malnutrition infantile arrive en priorité (elle affecte environ 2,5 millions d’enfants de moins de cinq ans) le but étant de passer d’un taux de 30,5 % à 25,5 %, ce projet devrait permettre également d’atteindre la couverture vaccinale universelle et de diminuer de 30 % la mortalité infantile (située parmi les enfants pauvres à 63,6 pour 1000 naissances). Le projet a également pour ambition de contrôler la malaria et l’incidence de la dengue (environ 160 000 cas et 39 décès en 2008).