Hier mardi (28 septembre), le gouverneur de l’État d’Oaxaca, Ulises Ruiz avait affirmé craindre entre 300 et 1000 morts dans la petite ville de Santa Maria Tlahuitoltepec à 2 400 m d’altitude dans la montagne, à 130 km d’Oaxaca, où un segment de 200 mètres de montagne s’est abattu sur les habitations.

Le bilan a cependant été revu largement à la baisse, pour le moment on dénombre 11 personnes portées disparues mais aucun mort à la suite du glissement de terrain qui a enseveli entre 100 et 300 habitations dans le sud-est du Mexique. Le nombre de victimes pourrait s’alourdir après le début des opérations de secours.

Le président mexicain Felipe Calderon a ordonné mardi à son cabinet d’aider immédiatement les victimes du glissement de terrain. Il a présenté ses condoléances aux familles des victimes et a exprimé sa solidarité avec le gouverneur de l’Etat d’Oaxaca, Ulises Ruiz.

Felipe Calderon prévoirait de se rendre sur place dès que les conditions météorologiques le permettront. Il continue à pleuvoir fortement dans la région.

L’arrivée des secours a été compliquée par un autre éboulement sur la seule route d’accès. Les pluies et un fort brouillard ont également rendu le village inaccessible par hélicoptère.

« Nous avons demandé une aide d’urgence de l’armée et du gouvernement parce que jusqu’ici personne n’est arrivé », a déclaré à le secrétaire de la communauté locale, Donato Vargas, joint par satellite, seul moyen de communication avec cette localité isolée.

Dans ce village géré par sa communauté indigène, les habitants fouillaient mardi matin les décombres avec leurs maigres moyens, dans l’attente des secours. « Des habitants des villages proches sont venus et ils creusent, beaucoup d’entre eux avec leurs mains, pour tenter d’accéder aux habitations enfouies », a poursuivi Donato Vargas.

Les militaires ont été les premiers à se rendre à Santa Maria Tlahuitoltepec. Le président mexicain a tenté de rassurer la population au cours de l’après-midi en écrivant sur son compte Twitter que le commandant militaire de la région était arrivé sur zone avec une trentaine de soldats.

Le ministre fédéral de l’Intérieur, Francisco Blake, et le gouverneur de l’Etat d’Oaxaca, Ulises Ruiz, ont tous deux confirmé le bilan revu à la baisse du glissement de terrain

Le coordonnateur des opérations à la protection civile d’Oaxaca, Luis Marin, a affirmé que l’État venait de traverser trois jours de pluies intenses. Le gouvernement de l’État a prévenu les personnes vivant au sud de la ville d’Oaxaca que le danger résidait dans la menace d’inondations causées par le débordement de rivières et a donc ouvert des abris d’urgence dans d’autres régions de l’État.

Donato Vargas a affirmé qu’une autre colline située dans une autre zone de la ville menaçait de s’affaisser.« Nous sommes dans une situation très risquée », a-t-il déclaré. « Dans tous les quartiers, il y a des maisons et des routes fissurées qui menacent de s’écrouler. »

Les autorités craignent d’autres glissements de terrain après le passage de la dernière tempête Matthew sur plusieurs états du sud du Mexique.