Le nombre de victimes dû aux intempéries qui frappent le Nicaragua a encore augmenté, ce sont 65 personnes qui ont péri en raison des pluies torrentielles qui frappent le pays depuis le mois de mai jusqu’à aujourd’hui, et les prévisions météorologistes ne sont guère optimistes puisque les précipitations devraient perdurer jusqu’à la fin octobre.

En accord avec les informations données par les services météorologistes du Nicaragua, il continuera de pleuvoir toute la fin de semaine dans différentes zones du pays, ce qui risque de provoquer de nouveaux débordements de rivières et par voie de conséquence d’aggraver les inondations dans des zones déjà fortement touchées.

Dans le département de Boaco, la forte montée des eaux du fleuve Tecolostote a emporté une ambulance de la Croix Rouge et un camion qui distribuait des aliments et autres besoins de première nécessité aux sinistrés de la région. On comptait 15 personnes à bord de ces deux véhicules, quatre sont décédées et deux autres ont été portées disparues.

Parmi les victimes, on retrouve une journaliste de Canal 8 de la télévision nationale et la directrice de la Croix Rouge de Boaco. Quelques 15 membres de l’Unité Humanitaire des secours de l’Armée, ainsi que des effectifs du corps des pompiers, ont participé depuis les premières heures de la journée de dimanche aux opérations de recherche des victimes. Le camion rempli de vivres a été emporté par les forts courants du fleuve alors qu’il essayait de remorquer et de porter secours à l’ambulance de la Croix Rouge.

Selon des déclarations émises hier par Rafael Ramirez, secrétaire exécutif rattaché au système de Prévention Nationale, d’Estimation et  de Prévention des risques (Sinapred), la majorité des 65 victimes sont mortes par excès d’imprudence, en tentant de traverser des fleuves déchainés dus aux importantes crues de ces derniers jours. Ramirez a précisé qu’au niveau national, 9359 personnes ont trouvé refuge dans les 151 abris installés dans différents départements du pays.

La situation la plus critique a été enregistrée dans le département de Managua, en raison de l’augmentation du niveau d’eau du lac Xolotlán, mais aussi du lac Chinandega, a-t-il ajouté.

Le lac Xolotlán est actuellement à une hauteur de 42,65 mètres au dessus du niveau de la mer, soit 55 centimètres de plus que la hauteur atteinte durant l’ouragan Mitch, en 1998 qui a provoqué des inondations considérables dans toute la zone.

D’autre part, aux environs de la zone volcanique Masaya, à cause des pluies, les parois intérieures du volcan Santiago, qui est toujours en activité ont commencé à s’effriter et à tomber à l’intérieur du cratère, mais les spécialistes de l’Institut Nicaraguayen des Études territoriales, ont réfuté la possibilité d’une éruption, bien que pour le moment l’accès aux visiteurs ait été fermé.

Dans le département de Managua, 907 personnes ont dû être évacuées. Le président s’est exprimé sur le sujet des pluies diluviennes qui frappent le pays depuis la Casa de los Pueblos (Maison du Peuple) de la capitale où il a rendu hommage de façon officielle aux victimes de la Croix Rouge et à la journaliste qui ont péri samedi emportés par les eaux. Leur mort a beaucoup ému la population et le président Ortega a salué le courage de ces « héros de la solidarité » qui n’ont pas hésité à risquer leur vie pour venir en aide à leurs compatriotes que se trouvent dans des situations de détresse.

A la fin de ce douloureux hommage rendu aux victimes de ces intempéries, Rosario Murillo, coordinatrice du Conseil de Communication et de Citoyenneté, a expliqué aux journalistes présents les difficultés rencontrées par la population de la capitale, non seulement en raison des pluies mais aussi et surtout des crues qui sont liées à ce phénomène.

Le problème pourrait donc empirer dans les jours à venir tant à Managua que dans les municipalités de Tipitapa et San Francisco Libre, car les pluies ne cessent pas et le niveau des cours d’eau augmente sensiblement, a déclaré Murillo.

Le gouvernement suit avec attention au jour le jour l’évolution de la situation et analyse les scénarios possibles afin de se tenir prêt à pallier à différents cas de figure, a affirmé Rosario Murillo.

Les autorités du Nicaragua ont reçu lune aide humanitaire de la part du gouvernement espagnol, 24 tonnes de produits de première nécessité, comme des produits d’hygiène, de l’aide alimentaire, des couvertures, des bâches plastiques et autres,  ont été envoyés sur place pour répondre aux besoins des sinistrés.

L’ambassadeur d’Espagne, Antonio Pérez-Hernández, a remis ce don à Rafael Ramírez, afin qu’il soit distribué aux familles touchées par ce désastre naturel.

« Au nom de mon peuple, du président Ortega, nous remercions le peuple et le gouvernement espagnols pour ce geste d’amour et de solidarité envers les milliers de sinistrés que nous abritons dans les 80 municipalités de notre pays » a déclaré Ramírez. L’ambassadeur a signalé que le gouvernement espagnol a accordé une aide de 530 000 dollars pour aider le Nicaragua « Nous souhaitons transmettre au peuple nicaraguayen nos condoléances et manifester notre sollicitude envers les sinistrés et les familles de victimes ».