Le sauvetage inédit des 33 mineurs bloqués sous terre depuis plus de deux mois est sur le point de connaître son dénouement. En effet, aujourd’hui les travaux de renforcement du tunnel (au moyen d’un travail de gainage) par lequel vont être extirpés ces prisonniers du sous-sol, devraient se terminer Les parois ainsi solidifiées pourront supporter le passage répété de la nacelle Phénix qui doit remonter un par un les hommes ensevelis sous terre jusqu’à la surface où les attendent leurs proches. Phénix, l’oiseau qui renaît de ses cendres, un nom évocateur, symbole de renaissance pour ces hommes qui prochainement vont retrouver leur quotidien et la « normalité ».

C’est avec beaucoup d’impatience que les familles, les proches des mineurs mais aussi toute la communauté internationale, attendent la remontée des 33 mineurs captifs des entrailles de la terre depuis l’éboulement survenu le 5 août, chaque homme retrouvera, l’un après l’autre, la lumière du jour à partir de mercredi si tout se déroule comme prévu.
Le campement « Esperanza » (le camp de l’espoir’), où se sont regroupés les proches des mineurs, se prépare à recevoir les 33 héros, tous Chiliens hormis un Bolivien, face à des centaines de journalistes venus jusqu’au désert d’Atacama afin de couvrir l’évènement.

Le président chilien Sebastián Piñera et son homologue bolivien Evo Morales devraient faire le déplacement jusqu’à la mine pour accueillir les 33 hommes prêts à retrouver l’air libre.

« Nous n’en pouvons plus d’attendre. Nous voudrions qu’ils soient déjà-là auprès de nous » a déclaré Clarina Segovia, la soeur du mineur Víctor Segovia, coincé au fond de la Mine San José, située au nord du pays.

Lors d’une conférence de presse, le ministre des Mines, Laurence Golborne, qui est devenu très proche des membres de la famille, a signalé qu’il pensait que les premières remontées auraient lieu « mercredi » mais il a précisé que la dernière phase de sauvetage pourrait avoir lieu avant ou après, tout cela dépend bien évidemment des éventuels « impondérables ».

Une fois terminer le renforcement du tunnel, une grue devrait être installée dès aujourd’hui, lundi, afin de déplacer la nacelle qui doit remonter un par un les mineurs après plusieurs essais effectués à vide.

Après avoir observé le conduit à l’aide d’une caméra vidéo, les sauveteurs ont décidé de protéger avec des tubes métalliques la partie supérieure du conduit de 622 mètres de long sur 66 mètres de diamètre, c’est par ce tunnel que les mineurs seront évacués au moyen de la nacelle Phénix spécialement conçue par la Marine Chilienne.

En effet, l’une des foreuses est parvenue à atteindre samedi l’atelier où les mineurs ont trouvé refuge, à plus de 600 mètres sous terre, les autorités ont pu dès lors estimer la date de remontée des mineurs.
Ces derniers ont pu parler avec leurs familles samedi et dimanche « Ils ont pleuré et se sont embrassés » pour célébrer leur libération prochaine, a raconté le frère de Darío Segovia.

Cependant, certains mineurs ont manifesté une certaine nervosité à l’approche de l’étape finale de leur terrible odyssée « Je suis très content, mais en effet, je suis très nerveux », a affirmé Alberto Segovia, après avoir parlé à Darío.
Carolina Narváez, épouse du mineur Raúl Bustos, a déclaré que son mari « était heureux » et qu’il ne voulait qu’une chose « sortir ».

Le trajet en nacelle jusqu’à la surface, ajouté au temps qu’il faudra pour la faire redescendre pour le prochain homme à évacuer, prendra environ une heure, c’est pourquoi on estime que le délai nécessaire à la remontée de tous les mineurs devrait prendre une journée et demi.
Pendant ces dernières heures, les mineurs doivent se préparer physiquement y compris en effectuant des exercices cardio-vasculaires, cela doit les aider durant leur remontée. Ils suivront également un régime alimentaire spécifique afin de ne pas souffrir de nausées durant leur ascension.

Selon l’un des médecins qui supervise l’opération de secours, Jean Romagnoli, le système de surveillance médicale doit être installé aujourd’hui dans la nacelle. « Le but est de surveiller les constances vitales de chaque homme en temps réel pendant la remontée ». Chaque homme sera occupé à surveiller ses constantes, ainsi son attention sera captée et il se focalisera moins sur la nacelle et sur la remontée en elle-même.

Une fois à la surface, ceux qui se trouveront dans un état satisfaisant, passeront quelques heures avec leurs familles puis ils seront évacués en hélicoptère vers l’hôpital de Copiapó pour un bilan médical complet. Après 48 heures durant lesquelles ils seront placés en observation, les mineurs pourront fêter comme il se doit leur sauvetage réussi.

Selon la procédure habituelle, les plus habiles seront donc remontés en premier, ainsi en cas de problème ils pourront être plus réactifs et donner des indications sur les améliorations à faire durant l’ascension des suivants. Ce sera ensuite au tour des plus faibles d’être remontés puis des plus forts, ceux qui peuvent attendre le plus longtemps au fond de la mine.

« Fiat lux »…