Les autorités du Nicaragua ont déclaré l’état d’urgence sanitaire dans tout le pays en raison d’un pic de leptospirose, une maladie qui est déjà à l’origine de 16 décès dans le pays.

146 cas ont également été répertoriés dans huit départements du pays, selon des chiffres officiels émis par le Ministère de la Santé.

Samedi, dans la nuit, la coordinatrice rattachée au Conseil de la Communication et de la Citoyenneté, Rosario Murillo, et la ministre de la Santé, Sonia Castro, ont annoncé la mise en place d’un plan d’urgence afin de faire face à l’épidémie. Le décret a été entériné par le président Daniel Ortega, il a pour but d’apporter des solutions à la situation épidémiologique et éviter davantage de contagions.« Il a pour objectif de nous faire réagir afin de prendre les mesures efficaces contre la maladie » a déclaré Murillo.

Le plan d’urgence annoncé par le gouvernement prévoit une surveillance 24 H/24 et 7 jours/7 de la population, une recherche rapide des cas fébriles, le transport des patients atteints par la maladie ainsi que des plans d’évacuation. Il inclut également des actions de prévention comme la mise à disposition de médicaments gratuits.
La maladie ou zoonose a affecté une centaine de personnes depuis le début du moins et actuellement on recense 500 cas suspects dans tous le pays.

Le Ministère de la Santé a informé, vendredi, que 37 000 traitements préventifs avaient été distribués dans les départements situés à l’ouest du pays parmi lesquels Chinandega et León.

Les autorités du Nicaragua ont reçu le soutien de Cuba en accueillant sur son territoire un avion chargé de 12 tonnes de Biorat, un puissant raticide qui sera distribué à la population par le Ministère de la Santé. De plus, Reynaldo Espino,un spécialiste cubain en matière de contrôle de la leptospirose devrait prochainement arriver au Nicaragua. Ce scientifique avait déjà fait le déplacement au Nicaragua en 1995 lors d’un pic épidémiologique similaire.

L’armée nicaraguayenne a mis à disposition un hôpital de campagne dans la municipalité de Achuapa, l’une des zones les plus affectées par la maladie, située au nord-ouest du pays, afin de fournir des soins rapides, comme l’a précisé Murillo.

Concernant la situation de la population, le journaliste de la télévision locale, Juan Carlos Ampie, a souligné qu’il « n’assistait pas à des scènes de panique » et que « la maladie affectait majoritairement les gens les plus démunis et que ces derniers continuaient leurs tâches quotidiennes. Malgré cela, ils sont nombreux à réclamer de l’aide ».

Les autorités ont demandé à la population de se maintenir à l’écart des points d’eau stagnants. Les inondations de ces derniers mois ont obligé les rats à quitter leurs tanières pour se réfugier près des maisons où de lieux qui puissent leur assurer de la nourriture provoquant ainsi la contagion.

Selon l’OPS qui apporte son aide sur le territoire nicaraguayen (l’Organisation Panaméricaine de la Santé) « Le première chose à faire est de repérer les personnes atteintes de symptômes fébriles, soigner les personnes à risques pour éviter toute forme de complication, principalement parmi les communautés les plus pauvres ».

« Il faut éviter que les enfants s’approchent ou se baignent dans la rivière, il faut que les femmes cessent de laver le linge à la rivière, tout ceci semble compliqué car cela fait partie de notre culture, enfin en cas de fièvre il faut se diriger au plus vite vers les centres de santé. En effet, après quatre jours de fièvre les risques de succomber à l’infection sont plus grands, c’est pourquoi il est important de bien prendre les médicaments. »

Selon les autorités, le pic de leptospirose s’explique par les fortes pluies qui touchent le pays depuis le mois de mai. Cette maladie fébrile, commune dans les régions tropicales, se transmet par la bactérie Leptospira interrogans et s’attrape lorsque la peau blessée ou lésée entre en contact avec de la terre souillée, de l’eau ou des ordures contaminées par des animaux porteurs de l’infection. La période d’incubation est d’une dizaine de jours. Les symptômes caractéristiques sont la fièvre, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, et des douleurs musculaires particulièrement dans les mollets.

Informations sur la Leptospirose :

Cette maladie infectieuse est causée par une bactérie, un spirochète, du genre Leptospira qui vit essentiellement parmi les rongeurs mais aussi dans les zones où il y a de l’humidité et de l’eau. La transmission se fait surtout par contact avec les milieux souillés, par les animaux infectés. La Leptospira est l’unique genre bactérien de la famille des Leptospiracecae appartenant à l’ordre des spirochètes.

Les facteurs susceptibles d’intervenir dans l’apparition et l’évolution de cette maladie sont les suivants :

Les bactéries sont excrétées par les urines de certains animaux sauvages ou domestiques. La contamination de l’Homme se fait par la voie transcutanée (à travers la peau) à la suite d’une excoriation (sorte de plaie) de la peau ou lors de baignades rendant la peau molle et macérée (lac ou rivière, piscine).