« Satisfait », il s’agit de l’adjectif employé par le président de la république péruvien, Alan García, après qu’il ait annoncé, vendredi 19 novembre, que l’université de Yale acceptait de restituer les milliers de pièces archéologiques qui se trouvaient entre les mains des scientifiques américains depuis plus d’un siècle.

« Nous sommes très satisfaits que l’université de Yale ait répondu favorablement à notre demande », a soutenu le président en qualifiant ce fait « d’exceptionnel »

En effet, l’université américaine de Yale a promis de restituer au Pérou les pièces archéologiques prélevées sur le site du Machu Picchu il y a presque 100 ans, a confirmé le président, Alan García. Les objets de la cité inca du XVème siècle sont sources de discorde depuis plusieurs années entre le Pérou et la prestigieuse université. Depuis huit ans maintenant, le Pérou avait engagé des démarches, négociations mais aussi des actions en justice afin de pouvoir récupérer ces pièces.

Le Pérou affirme que ces artefacts prêtés en 1911 à l’université n’ont jamais été restitués à l’État péruvien. De fait, le Pérou avait même entamé une procédure contre l’université en 2008.

Le Pérou avait prêté environ 46 000 pièces parmi lesquelles des momies, des céramiques, des objets en or et en bronze,et enfin des ossements, peu de temps après la découverte officielle du Machu Picchu par l’universitaire américain, Hiram Bingham, en 1911. A Lima et à Cuzco, des marches de protestation avaient même été organisées par le président de la république. Alan García avait fait appel au président, Barack Obama, afin qu’il intervienne personnellement dans la gestion de ce conflit. En effet, le gouvernement péruvien avait entrepris ces dernières semaines une campagne médiatique agressive dans le but de sensibiliser l’opinion publique, aussi bien au niveau national qu’international, sur l’accaparement de ces pièces par l’université nord-américaine.

Le président a annoncé qu’il solliciterait dans un premier temps l’Université de San Antonio Abad de Cusco afin qu’elle accueille provisoirement ces pièces puis il émettra une demande auprès du Congrès afin qu’un prêt spécial soit accordé, celui-ci devrait permettre la mise en place d’un musée et d’un centre de recherche dans la ville même de Cuzco, où demeureront les futurs artefacts.

Quant à l’université de Yale, elle a émis un communiqué dans lequel le directeur se déclare « très satisfait du résultat positif de ces discussions qui permet le retour des pièces du Machu Picchu au Pérou ».

« Yale a toujours eu le désir de parvenir à un accord qui honore la riche histoire et l’héritage culturel de Pérou et qui reconnaisse également l’intérêt de cet héritage dans l’actualité « , a précisé l’institution.

Garcia et Obama

Le ministre péruvien de la culture, Juan Ossio a signalé que parmi les objets restitués, 360 pièces pourront être exposées au grand public et a souligné que « justice est enfin rendue après des années d’attente » et que « ces pièces n’avaient été en aucun cas offertes à Yale mais bien prêtées »

« Avant 2012, la totalité des pièces seront restituées par l’université de Yale » selon les termes définis entre le gouvernement péruvien et l’université.

Le président de la région de Cuzco, Hugo Gonzales Sayán, a précisé qu’il organiserait un évènement particulier pour célébrer cette victoire nationale.

Au début du mois, le Musée de New York, The Metropolitan Museum of Art avait par exemple accepté de restituer à l’Égypte 19 pièces trouvées dans la tombe du Pharaon Toutankamon. Jusqu’alors Yale rétorquait que seules 330 pièces pouvaient être exposées dans un musée, cependant le dialogue e repris de façon favorable. Yale a promis de restituer les pièces au Pérou sous la condition que les chercheurs de l’université puissent poursuivre l’étude de ces pièces.

Alan García a cependant reconnu que la conservation de ces pièces rares à l’université de Yale, avait permis d’éviter leur dissémination dans diverses collections privées à travers le monde. Les pièces archéologiques devraient revenir sur le territoire péruvien en début d’année, juste au moment de la célébration du Centenaire qui marque ce que les Péruviens appellent « la redécouverte du Machu Picchu ». L’ancienne cité inca constitue la principale attraction touristique du pays, elle se situe à environ 500 kilomètres au sud-est de la capitale, Lima, elle accueille chaque jour environ environ 2000 visiteurs.