Pour le réveillon du 24 décembre, de nombreux Péruviens se réuniront avec leurs proches autour d’une bonne table, bien garnie, pour partager des cadeaux avec les êtres chers. A cette occasion festive, ils n’auront pas forcément conscience qu’en cette fin d’année 2010, les ventes liées aux festivités de Noël ont été en augmentation dans leur pays.

On estime que les ventes totales pour Noël, qui comprennent les dépenses pour la nourriture, les décorations, et les cadeaux ont atteint cette année 730 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 15 à 18 % par rapport à l’année 2009, selon des chiffres émis par la chambre de commerce de Lima (CCL).

L’année dernière, les ventes de novembre et de décembre, avaient déjà connu une croissance de 5 %, et c’est 620 millions de dollars qui avait été dépensés pour la période de Noël, alors que la conjoncture économique internationale avait été mise à mal par la crise, a souligné l’analyste économique de la chambre de commerce de Lima, Christian Garay.

En effet, « la croissance économique » (environ 9,5 % pour l’année 2010 selon des estimations de la CCL) induit une diminution du chômage, et par voie de conséquence, les familles ont des revenus supérieurs et les crédits à la consommation sont en augmentation. Ce dernier point favorise l’augmentation du pouvoir d’achat au sein des foyers, a conclu l’économiste Garay. Les grands centres commerciaux, supermarchés et marchés de Noël connaissent cette semaine leurs meilleures ventes de l’année, on estime que durant la seule période de Noël, 17 % des achats sont réalisés.

Les articles préférés des acheteurs à cette époque de l’année sont les traditionnelles brioches ou ‘panetones’ de Noël (95 %), les jouets (85 %), les dindes (60 %), les vêtements (25 %) et l’électroménager pour la maison telles que les cuisinières, les réfrigérateurs, les machines à laver (30 %), a affirmé Garay. Selon l’analyste, « le dynamisme de la campagne Noël » est directement lié à l’expansion du secteur ‘retail’ (implantation de commerces) dans les provinces durant ces dernières années, toutes les chaînes de magasins se sont implantées dans différents départements du pays, et plus seulement dans la capitale et ses environs ».
Cependant, Garay a ajouté que « le taux de pénétration » par rapport aux ventes totales, et toujours bas, de 5 à 7 %, lorsqu’il atteint 30 % à Lima, et que dans d’autres capitales sud-américaines, comme Buenos Aires, Bogotá, il peut atteindre 80 %.

En accord avec une enquête menée par l’entreprise Gfk Conecta, publiée vendredi par le journal économique de Lima, les Péruviens les plus aisés dépenseraient environ 200 soles soit 71 $, tandis que les classes moyennes dépensent une moyenne de 150 soles c’est-à-dire 53 $. Un tiers des travailleurs de la capitale reçoit au mois de décembre un bonus (sorte de13e mois), comme récompense de leur labeur annuel, 57 % de ce montant est alors consacré aux cadeaux de Noël, selon le bilan de l’enquête menée à Lima. L’étude révèle également que les dépenses pour les cadeaux ont augmenté d’environ 8 % cette année, et qu’elles sont destinées essentiellement à l’habillement et aux jouets.

Comme partout, cette embellie ne bénéficie pas à toutes les classes de la société, et des événements de solidarité ont donc lieu à travers le pays pour apporter aux enfants les plus démunis « l’esprit de Noël » au moyen de petits cadeaux.
Les institutions publiques comme privées, les autorités ou de simples citoyens répondent donc présents à la tradition « des chocolats de Noël » distribués aux enfants les plus pauvres, heureux de bénéficier eux aussi aux réjouissances de Noël.

A titre d’exemple, la parlementaire de Puno (région pauvre du pays), Susana Vilca Achata s’est donc rendue dans différentes localités de la région de l’Altiplano pour distribuer des cadeaux de Noël et du chocolat aux enfants les plus humbles. Un moment de partage pour ces communautés les plus démunies que sont celles de Miraflores, Callapoca et Néstor Cáceres Velásquez, le district de Cabanilla, Provincia de Lampa…

« Nous sommes très engagés auprès des communautés les plus dépourvues, celles qui connaissent de nombreux manques. Notre devoir et d’arracher un sourire à ses enfants dont les parents ne bénéficient pas de ressources suffisantes, afin de leur offrir un peu de joie, d’amour et d’espérance en cette fin d’année » a déclaré la représentante de Puno en s’adressant aux familles de l’Altiplano.

Des ministres et des fonctionnaires ont également retroussé leurs manches pour la distribution des jouets, des vêtements, des sucreries aux enfants pauvres, cette fois-ci dans la capitale Lima et dans sa périphérie. 100 000 jouets ont ainsi été remis à des milliers d’enfants résidants à Villa María del Triunfo, San Juan de Lurigancho, Villa El Salvador, Cercado de Lima, Ate, Comas, Carabayllo, La Victoria et el Callao.

Un beau geste d’altruisme qui a permis à des milliers d’enfants de ne pas se sentir exclus à l’occasion de la plus belle fête de l’année…