Le gouvernement colombien de Juan Manuel Santos envisage la possibilité d’allonger l’État d’Urgence Sociale, Économique et Écologique dans le pays, statut qui a été déclaré, le 7 décembre dernier, pour un délai de 30 jours en raison des dommages causés par les pluies intenses qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes.

La décision pourrait être prise, aujourd’hui même, par le président de la république, lors du conseil des ministres, qui doit se tenir à La Casa Nariño, siège du pouvoir exécutif, et qui abordera en priorité la situation provoquée par la vague hivernale qui a assailli le pays, ces dernières semaines. Le phénomène climatique « La Niña » a engendré de fortes inondations dans 28 départements sur les 32 qui composent la Colombie, selon des sources émises par le journal local « El Tiempo ».

L’objectif est de pouvoir consolider un ensemble de mesures économiques et sociales visant à débloquer jusqu’à 5 millions de dollars (2,2 millions ont d’ores et déjà été débloqués pour palier au plus urgent) en faveur des sinistrés qui ont subi de plein fouet ces pluies torrentielles et leurs ravages (éboulements, glissements de terrain, crues des fleuves et rivières, destruction des infrastructures et des surfaces cultivables…) dans les 500 départements du pays. Des fonds doivent être distribués dès aujourd’hui aux départements les plus touchés que sont Santander, Huila, Tolima et Meta.

La Constitution colombienne prévoit que le président de la république puisse déclarer l’état d’urgence pour une période de 30 jours renouvelables, cependant cette période ne doit pas excéder 90 jours dans l’année. Juan Manuel Santos a émis plus d’une dizaine de décrets spécifiques dans le cadre de cette déclaration d’urgence avec pour objectif de récolter des millions de dollars au moyen du Fonds de Calamités qui se charge des questions humanitaires et de l’aide aux victimes ainsi que de certaines tâches de réhabilitation des infrastructures. Le Fonds d’Adaptation doit assumer toutes les tâches de reconstruction sur les dizaines de routes détruites et les milliers d’immeubles partiellement ou totalement endommagés par cette vague hivernale sans précédents.

Une aide humanitaire en partance de l’Uruguay a été envoyée aujourd’hui en Colombie pour venir en aide aux victimes des inondations à travers tout le pays. L’avion et son chargement a décollé de la base aérienne numéro 1 et doit faire escale à, Buenos Aires, en Argentine, a informé hier la présidence. Ce soutien a été réalisé en collaboration avec le ministre des Affaires Étrangères argentin dans le but d’effectuer un envoi conjoint.

L’objectif de cette fusion est d’améliorer l’effort logistique afin de renforcer la présence régionale dans ce pays cruellement affecté par les intempéries. Le coordinateur du Système National d’Urgence (Sinae), Gustavo Leal, a rappelé que ces sévères inondations avaient touché plus de 2 200 000 personnes sur le territoire colombien et affecté 1,3 million d’hectares. Il a également précisé que les 10 t de denrées envoyées se composaient d’aliments non périssables tels que du sucre, du riz, ou du corned-beef, tout en déclarant que ce geste témoignait de la solidarité du peuple uruguayen et de son gouvernement envers ce pays ami.

L’avion de la force aérienne uruguayenne C-130 doit transporter jusqu’à Buenos Aires la nourriture qui sera, par la suite, distribuée au sein des 540 refuges qui abritent des centaines de milliers de personnes qui ont dû abandonner leurs foyers à travers le pays. Le sucre a été donné par l’entreprise uruguayenne ALUR, Le corned-beef par l’entreprise INAC et enfin l’INDA s’est chargé d’offrir le riz qui complète cet envoi. Dans ce but, Leal a souligné que le président José Mujica a œuvré pour que le système soit opérationnel au plus vite et puisse permettre de canaliser au mieux l’aide humanitaire aux amis vénézuéliens et colombiens.

Le coordinateur du SINAE a souligné que l’effort conjoint mené par l’Argentine et l’Uruguay, à l’occasion de cet envoi humanitaire, témoigne des bonnes relations entre les deux pays voisins et atteste de la solidarité qui règne entre les nations. Depuis l’aéroport militaire de Buenos Aires, le chargement sera par la suite transporté par un avion argentin, enfin l’aide arrivera à Bogotá et sera reçu par les représentants de l’ambassade d’Uruguay en Colombie.

D’autre part, le gouvernement colombien a envoyé 100 000 doses de vaccin, 50 000 contre l’hépatite A (et autant contre la grippe) destinés aux victimes des inondations. Les bénéficiaires de ce vaccin seront en priorité les enfants âgés entre 1 à 9 ans tandis que les adultes de plus de 60 ans, les individus souffrant de maladies chroniques, et les femmes enceintes recevront en priorité le vaccin contre la grippe saisonnière.

L’année passée le gouvernement, par l’intermédiaire du Ministère de la Protection sociale, avait fait vacciner 10 000 personnes dans la zone caraïbe, la région la plus affectée par les précipitations.

(Vidéo du 3 janvier 2011 : source telesurtv)