Le gouvernement d’Hugo Chavez progresse dans sa volonté de développer une Police Touristique pour faire face aux ‘éventuels’ problèmes d’insécurité dans les destinations les plus fréquentées par les visiteurs étrangers, a annoncé mercredi le ministre vénézuélien du tourisme, Alejandro Fleming.

« Le secteur touristique n’a pas été touché par l’insécurité » a affirmé le ministre qui tenait à cette mise au point, lors d’une conférence de presse organisée à Madrid, à l’occasion de laquelle il a également déclaré « si le pays n’était pas sûr pour les touristes, il n’y aurait pas tant de tours opérateurs qui manifesteraient leur envie de travailler au Venezuela ».

Concernant la sécurité dans les zones touristiques, Fleming a assuré qu’elle était « garantie » et que les rumeurs contraires étaient le fruit de « stratégies médiatiques qui n’ont eu aucun impact » et qui sont directement liées « aux opposants » du Gouvernement vénézuélien en place.

La mise en place, d’une Police Touristique, fait cependant partie des priorités du gouvernement vénézuélien qui met un point d’honneur à « exploité cet autre gisement » dont bénéficie le pays, au-delà des richesses pétrolières, a-t-il affirmé au sujet de l’activité touristique.

Dans les lieux où la Police Touristique a commencé à exercer, les autorités ont noté « de très bons résultats, non seulement au niveau de la délinquance mais aussi au niveau du contrôle des prix, de l’accueil réservé aux touristes et à la population vénézuélienne en général » a informé Fleming. Les membres de ce corps de sécurité spécifique travaillent en collaboration avec la Police Nationale et sont formés non seulement pour patrouiller dans les villes, zones et installations qui réunissent le plus de visiteurs étrangers, mais ils sont aussi là pour orienter les touristes tels des guides « l’objectif est d’implanter un nouveau modèle policier à vocation touristique » a-t-il expliqué.

Le ministre a également souligné que malgré la « campagne » sur l’insécurité, le nombre de visiteurs étrangers a augmenté en 2010 par rapport à l’année passée en accueillant plus de 500 000 visiteurs venus pour la plupart d’Espagne, de France, d’Italie, du Royaume-Uni, d’Allemagne, des États-Unis, du Canada, de l’Argentine et du Brésil parmi d’autres pays émetteurs.
Cette embellie dans le secteur touristique a permis que ce domaine du tertiaire représente 4 % du produit intérieur brut du Venezuela. Un chiffre nettement supérieur à ceux enregistrés avant l’arrivée au pouvoir du président Hugo Chavez, en 1999, lorsque le tourisme représentait « moins d’un pour cent du PIB » a-t-il ajouté.

« L’investissement étranger dans ce secteur a augmenté » ces dernières années, a précisé le ministre tout en soulignant que les groupes espagnols étaient les premiers investisseurs dans ce domaine « nous avons avec eux d’excellentes relations » a-t-il déclaré.

Fleming se trouvait en Espagne afin de participer à la XXXI Féria Internationale du Tourisme de Madrid, Fitur 2011, (qui se déroulera jusqu’au dimanche 23 janvier) à l’occasion de laquelle le Venezuela a mis en marche une intense campagne destinée à promouvoir les beautés naturelles du pays au moyen du slogan « Venezuela, conocerla es tu destino ».

Le Venezuela en a profité pour évoquer ces destinations les plus touristiques comme el Salto Ángel, les chutes d’eau les plus importantes au monde situé dans le parc national Canaima (au sud du pays), tout en assurant la promotion de la compagnie aérienne d’État, qui depuis deux mois, assure la liaison Caracas-Madrid-Damas.

L’un des avantages, a indiqué le ministre, est que les Espagnols et les Européens qui souhaitent voyager en Syrie peuvent le faire tous les mardis grâce à Conviasa. Pour le moment, la compagnie aérienne ne vend que les billets mais l’objectif avoué est de pouvoir proposer des séjours qui incluent transport aérien et hébergement destiné aux Européens qui souhaitent connaître le pays. Les vols ont lieu une fois par semaine. « L’objectif est d’avoir au moins quatre fréquences hebdomadaires sur la période estivale » a informé Fleming car le but et surtout exploiter le marché du Proche-Orient et ainsi satisfaire la demande d’une grande communauté de Syriens et de Libanais qui vivent dans ce pays d’Amérique du Sud.

Le Ministère du Pouvoir Populaire pour le Tourisme (Mintur) devrait également lancer deux vols directs entre Caracas et Madrid, la capitale espagnole, afin de créer des conditions qui attirent les touristes européens sur le territoire vénézuélien. Fleming souhaite placer l’année 2011 comme l’année « du tourisme réceptif » au Venezuela, et à ce titre, augmenter la fréquence des vols directs avec Madrid, au moyen de la compagnie aérienne Conviasa.

Le ministre a souligné que la richesse exceptionnelle du Venezuela permet de proposer aux touristes des destinations rares comme l’île Marguerite et Kerepakupai Vena (également connu sous le nom el Salto Ángel), mais aussi le Pico Bolívar, à Mérida, dont le téléphérique est le plus long et le plus haut du monde, ou encore la Parc National Canaima, la mer caraïbes, ou encore le fleuve Orénoque.

(Vidéo de la campagne touristique « Venezuela, conocerla es tu destino »)