Après avoir déclaré l’alerte jaune à Lima et l’alerte rouge dans d’autres régions du Pérou comme Loreto (nord-est du pays), le ministre de la Santé, Oscar Ugarte, a donné quelques recommendations à la population pour se protéger de ce mal. La dengue est un virus transmis par le moustique « Aedes Aegypti » qui a déjà touché 10 000 personnes dans cette zone de l’Amazonie et coûté la vie à 14 personnes (parmi lesquelles neuf mineurs). Des mesures doivent être prises pour éviter la propagation du virus.

Le moustique « Aedes Aegypti », transmetteur de la dengue, continue de générer un climat de peur dans la région de Loreto. Le virus touche cette zone d’Amazonie (particulièrement dans les villes de Iquitos et Yurimaguas), mais aussi les provinces de Requena (48 cas), Nauta (64), San Lorenzo (72), Contamana (13), Trompeteros (5), entre autres.
Face à cette situation, le directeur de l’Hôpital Apoyo Iquitos, Ciro Torrejón, a sollicité une aide financière d’environ 750 000 soles pour couvrir les frais du mois de janvier et de février occasionnés par le pic de dengue dans la région.

« Dans toute l’histoire de la dengue au Pérou, on n’avait jamais assisté à une attaque aussi virulente, avec un tel niveau de personnes contaminées » a déclaré le ministre de la Santé tout en précisant que « cette souche de dengue connue comme « sérotype 2 asiatico-américain »  faisait son apparition sur le sol péruvien pour la première fois »

A l’occasion d’une interview accordée, le 7 février, à la radio « Voz de Alerta de Radio San Borja », le ministre a expliqué que les services de santé devaient faire face à une nouvelle forme de dengue, beaucoup plus virulente qui a pris naissance dans le bassin amazonien, du côté brésilien (le Brésil a déjà enregistré des cas similaires).

Le ministre de la Santé a précisé qu’à Loreto, où l’alerte rouge a été déclarée, on a enregistré près de 10 000 cas de dengue et ce sont 14 personnes qui sont décédées des suites de la maladie, tandis qu’à Lima, 4 cas ont été mis à jour tout en précisant que les individus concernés avaient contracté la maladie lors d’un séjour à Loreto.

Ugarte Ubillus a signalé que le risque de propagation de la dengue à Lima « était très élevé » ainsi que dans d’autres régions, cependant il a assuré qu’avec une action rapide « où la participation des citoyens est fondamentale », il y a moyen d’enrayer l’épidémie. Il a également expliqué que le moustique transmetteur de la maladie a pour habitat Lima et d’autres régions péruviennes, cependant il n’est pas contaminé jusqu’à présent par le virus. Avec la maxime « S’il n’y a pas de moustiques, il n’y a pas de dengue », la priorité du Ministère est d’éliminer les insectes transmetteurs avec des campagnes de fumigation afin d’éliminer les adultes, et de contrôler les points d’eau stagnante afin d’éviter le développement des larves. Le ministre a recommandé à la population de nettoyer les réservoirs d’eau et tous les récipients qui peuvent contenir de l’eau stagnante propice au développement des larves du moustique « Aedes Aegypti ».

De fait, il a appelé la population à changer l’eau des vases ou des pots de fleurs quotidiennement y compris sur les tombes, il a invité à remplacer l’eau par du sable humide, de plus il a demandé à que tous les récipients ou objets ‘non indispensables’ contenant de l’eau soient mis de côté.

« Eliminer les moustiques porteurs du virus est essentiel ».

Le ministre a expliqué que cette nouvelle variante de la dengue provoquait les symptômes suivants : fièvre, douleurs musculaires et abdominales, vomissements et diarrhées qui peuvent se confondre avec une simple gastro-entérite. Face à ces symptômes, la personne doit se rendre au centre de santé le plus proche où le diagnostic sera posé de façon certaine.

Malgré l’épidémie de dengue à Iquitos, capitale de Loreto, les touristes continuent de se rendre dans cette région amazonienne, a affirmé le directeur régional du Commerce Extérieur, du Tourisme et de l’Artisanat, Mauro Guimet. Selon des estimations, ce sont entre 11 000 et 12 000 visiteurs qui ont fait le déplacement à Loreto, des chiffres similaires à l’année passée.

« Nous allons attendre les chiffres officiels, mais le flux touristique ne semble pas avoir diminué » a déclaré Guimet.

La direction régionale du tourisme a initié une campagne pour que les hôtels et autres hébergements entreprennent des actions de prévention avec des campagnes de fumigation et une bonne gestion des points d’eau afin d’éviter la présence du moustique transmetteur de la dengue.


Source : Ambassade de France au Pérou (www.ambafrance-pe.org/spip.php?article1309)

Le ministère péruvien de la Santé a déclaré l’alerte rouge dans la région amazonienne de Loreto (Iquitos) afin de faire face à une épidémie de dengue.

Il est donc recommandé aux voyageurs d’éviter, dans la mesure du possible, de se rendre dans la région de Loreto ou, à défaut, de prendre les moyens de prévention d’usage pour se prémunir contre les piqûres de moustiques.

Par ailleurs, et à titre d’information, « l’alerte jaune » a été également déclarée dans les villes de Madre de Dios, Amazonas, San Martin, Ucayali, Tumbes, Piura, Lambayeque, La Libertad, Cajamarca, Ancash, Huanuco, Junin, Cerro de Pasco et Lima.

Vidéo du 3 février (source : Telesur)