L’Uruguay a connu une belle saison touristique estivale, c’est désormais un fait établi ! Ce sont 413 000 touristes qui ont voyagé à travers le pays rien que pour le mois de janvier 2011, un chiffre qui constitue un véritable record, et qui reflète une augmentation de quasiment 40 % pour l’année dernière.

Les chiffres sont éloquents, le pays a engrangé grâce au secteur touristique 535 millions de dollars pour le mois de janvier 2011, un chiffre sensiblement similaire à celui de 2010 avec des bénéfices qui avaient avoisiné 531 millions de dollars, mais pour une période de deux mois (janvier et février compris), une somme qui correspondait aux gains amassés pour la totalité de la saison touristique en 2005. La majorité des touristes arrivent en provenance d’Amérique Latine mais l’Uruguay enregistre également une augmentation de visiteurs venus d’autres pays.

Le tourisme a toujours constitué une part importante de l’économie uruguayenne, mais ces dernières années plusieurs facteurs ont favorisé son développement comme les prix attractifs, les complexes hôteliers balnéaires qui offrent toujours plus de services, l’amélioration des offres aériennes et l’environnement sûr proposé par cette démocratie sud-américaine.

Piriapolis

En 2010, l’Uruguay a récolté davantage de recettes grâce à l’industrie touristique qu’au moyen des exportations de viande dans ce pays fortement marqué par l’élevage et l’agriculture . Les devises qui sont entrées sur le territoire uruguayen en ce début 2011 sont encore supérieures à celles enregistrées l’année passée, les autorités estiment que chaque touriste dépense en moyenne 123 dollars par jour, soit trois fois plus que la moyenne estimée en 2005.

Les touristes internes sont ceux qui dépensent le plus avec une moyenne de 190 dollars par jour. Les visiteurs étrangers en provenance de l’Amérique du Sud sont nombreux (en dehors du Mercosur), les Argentins arrivent cependant en tête, suivis par les Brésiliens, les Chiliens, et les Nord-Américains. Les argentins représentent 70 % des dépenses totales (309 448 visiteurs argentins pour le mois de janvier) des touristes étrangers alors que les Brésiliens réprésentent environ 10 % du total.

Le nombre de visiteurs brésiliens a augmenté de 30,1 %, celui des touristes chiliens de 32,7%, le nombre de touristes paraguayens a, quant à lui, augmenté de 19,4 %, et celui des autres pays a connu une croissance de 4,2 %.

Rien qu’entre le 1er janvier et le 10 février, ce sont 532 000 touristes argentins qui ont voyagé en Uruguay, au mois de janvier le pays a accueilli 413 780 visiteurs « Le premier point qui explique cette augmentation c’est l’ouverture du pont General San Martín, fermé pendant cinq saisons » a déclaré Benjamín Liberoff. Le transit de touristes via le pont a favorisé une augmentation du flux touristique estimé à 8 %.

Sur les 535 millions de dollars investis par les touristes, 127 millions de dollars sont destinés à l’hébergement, 113 millions sont réservés à l’alimentation et enfin 50 millions sont dépensés en shopping. Comme l’a souligné le conseiller en communication rattaché au Ministère du Tourisme, Benjamín Liberoff, une somme de 168 millions de dollars est dépensée dans d’autres « catégories » et en priorité au sein des « casinos » qui constituent une source d’investissement certaine pour les touristes.

Punta del este

Environ 321 millions, c’est-à-dire 60 % des devises, pénètrent sur le territoire uruguayen par la région de Punta del Este. Punta del Este est une ville côtière d’Uruguay, elle se situe dans le département de Maldonado et constitue une station balnéaire reconnue.  Punta del Este constitue l’un des principaux pôles touristiques d’Amérique du Sud, la ville possède pas moins de 122 hôtels, 80 restaurants, un aéroport international et un port de plaisance pouvant accueillir 500 navires.Pour cette raison, la ville est surnommée la « Saint-Tropez » d’Amérique Latine.

Sur la côte Rocha, ce sont 40 millions de dollars qui ont été investis soit un taux de 9 % sur le total de devises enregistrées. Le chiffre est quasiment similaire pour les villes de Montevideo et de Piriápolis. Dans la région de la Costa de Oro et du couloir thermal, les devises représentent environ 5 % du montant total.

Les indicateurs touristiques sont donc au beau fixe même s’il faudra attendre la fin des célébrations du carnaval et la fin de la saison estivale pour établir définitivement le bilan de la saison, comme l’a souligné la vice-ministre du Tourisme.

L’Uruguay et le Costa Rica ont également signé un accord de coopération en matière touristique. Le document prévoit sept points qui incluent la mise en place de « facilités » afin que des agences chargées de promouvoir le tourisme de façon bilatérale soient implantées, il établit également des échanges techniques entre les deux pays afin de former au mieux les professionnels du tourisme. L’accord doit aussi faciliter la promotion marketing et permettre une meilleure gestion des zones protégées, entre autres… Cet accord de coopération a été approuvé par le directeur général du Ministère du Tourisme, Antonio Carámbula, qui a participé à une présentation en Uruguay des principaux tour-opérateurs pour le Costa Rica.