Pérou : Les festivités du Centenaire du Machu Picchu rendront hommage à la culture andine

Culture, Pérou — Par le 4 juin 2011 à 19 h 06 min

Un total de 3 millions de touristes étrangers devrait arriver cette année au Pérou d’autant que 2011 marque le centenaire de la découverte du Machu Picchu (du quechua « machu », vieille, et « picchu », montagne), comme l’a souligné le ministre du Commerce Extérieur et du Tourisme, Eduardo Ferreyros.« Nous espérons accueillir au moins 2,8 millions de touristes étrangers mais avec l’impulsion liée aux festivités du centenaire nous pourrions atteindre 3 millions de touristes » a-t-il déclaré. Selon le ministre du Commerce Extérieur et du Tourisme (Mincetur), les autorités estiment que le nombre de visiteurs qui ont fréquenté les grands lieux touristiques du Pérou a augmenté d’environ 25 %. Il a ajouté que les campagnes promotionnelles organisées dans le cadre du « Centenaire du Machu Picchu pour le Monde » étaient accompagnées de la diffusion de la nouvelle Marca País (http://www.peru.info/), une initiative qui devrait attirer encore plus de touristes comme l’a expliqué le ministre en personne.

Le nouveau logo, dont la première lettre est en forme de spirale, accompagne donc la nouvelle campagne promotionnelle du tourisme péruvien mis en place par les autorités dont le but est d’attirer de nouveaux visiteurs mais aussi investisseurs, ce logo apparaîtra sur tous les produits exportés à l’étranger.

Avec cette nouvelle marque le Pérou espère que le pays sera identifier comme la « meilleure destination touristique au monde » avec des frontières attractives pour les entreprises étrangères et la vente de produits vers d’autres pays, a affirmé Eduardo Ferreyros. La nouvelle marque prétend incarner « le présent, le passé et le futur du pays », en effet la spirale symbolise les anciennes cultures du Nord et du Sud en plus de représenter le symbole@, une véritable projection dans l’avenir. Selon Isabella Falco, directrice de « Imagen País de Promperú », la nouvelle marque se distingue par sa simplicité et par sa capacité à évoquer « l’ordre »,« l’harmonie »,« la modernité » pour celui qui la visualise.

Seule ombre au tableau susceptible de menacer pour le moment les festivités de la découverte du site archéologique du Machu Picchu, la grève débutée par les communautés indigènes de Puno, qui menace l’accès au sanctuaire. En effet, de nombreuses routes sont coupées par les manifestants qui refusent depuis près de trois semaines qu’une entreprise minière canadienne (Bear Creek) élise domicile dans leur région agricole et piscicole craignant les dommages environnementaux de l’exploitation minière sur leur territoire. Bien que les indigènes aymaras, peuplant la région du lac Titicaca, ait pris la décision mardi de lever le blocus provisoirement pour permettre aux habitants de participer aux élections présidentielles qui se tiennent demain 5 juin, les autorités craignent que le mouvement protestataire puisse reprendre après le scrutin électoral qui doit permettre de connaître le nom du nouveau chef de l’État péruvien.

« Nous avons pris la décision à partir d’aujourd’hui jusqu’à mercredi prochain (8 juin) de suspendre les protestations pour faire en sorte que le processus électoral se déroule dans de bonnes conditions » a affirmé mardi le leader indigène Wálter Aduviri.

En effet, les préoccupations du secteur touristique ne se limitent pas aux pertes économiques engendrées par le blocus qui atteignent pour le moment 100 millions de nuevos soles mais les professionnels craignent également pour l’image du pays à l’étranger et les éventuelles répercussions que cela peut avoir sur les réservations des touristes. Le ministre a souligné que Cuzco et Arequipa font parti d’un circuit touristique mené au sud du pays conjointement au département de Puno, de fait lorsque l’un des secteurs est affecté par un mouvement perturbateur, les touristes américains ou européens préfèrent tout simplement suspendre les voyages qu’ils avaient planifiés.

« La région de Puno engendre à elle seule 1 200 000 $ de recettes par jour, mais si l’on compte les régions alentour ce chiffre s’élève à plusieurs millions ».

Le jour phare des festivités du centenaire doit avoir lieu le 7 juillet prochain, jour de la découverte du site perdu des Andes par l’universitaire américain Hiram Bingham, où il est prévu que 200 acteurs mettent en scène l’offrande à la Pachamama ou « Pago a la Pachamama » (la Terre Mère : Elle est à la base de tout : être vivants, végétaux, minéraux, textile, technologie… Il convient donc de lui faire des cadeaux pour s’attirer ses bonnes grâces. ) situé sur l’esplanade principale du Machu Picchu. La cérémonie religieuse andine se déroulera sur l’esplanade la plus connue, « l’esplanade du Cimentière », le rôle de l’Inca sera confié à Nivardo Carrillo, cette représentation devrait durer 45 minutes et ce sont quelque 1500 personnes dont des personnalités publiques qui devraient y assister.

D’autre part l’université de Yale, qui a déjà restitué au gouvernement péruvien un premier lot d’objets archéologiques conservés depuis 1912 sur le sol nord-américain, doit expédier d’ici la fin du mois un second lot d’artefacts, par voie maritime, qui seront accueillis à la Casa Concha de Cusco pour être exposés au public. Víctor Raúl Aguilar Cayo, recteur de l’université nationale de San Antonio Abad del Cusco (Unsaac), a confirmé que l’acquisition a été concrétisée en parfaite coordination avec les chercheurs de Yale, les pièces ainsi restituées seront accueillis au Centro Internacional para el Estudio de Machu Picchu y la Cultura Inca (Ciemci) qui doit devenir Casa Concha. Aguilar met tout en œuvre pour que l’ouverture du musée puisse avoir lieu en cette journée symbolique du 7 juillet. Ce sont 366 pièces, parmi lesquelles un squelette d’homme âgé entre 23 et 25 ans, qui doivent arriver par le port de Lima.

Pago a la Pachamama (Cuzco)

Le 30 mars denier, à l’occasion de l’arrivée sur le territoire national des premières pièces du Machu Picchu remises par l’université de Yale après moult tractations, le président de la République Alan Garcia avait déclaré « Machu Picchu est pour nous depuis le 7 juillet 2007 une merveille universelle, une merveille de l’humanité, et l’on ne pouvait pas célébrer son centenaire en juillet sans que ne soit restitué tout ce qui existait au moment où sa découverte a été révélée au monde ».

Dans le cadre des festivités de l’« Año del Centenario de Machu Picchu para el Mundo » , un grand concours de photographies « el Concurso de Fotografía » sur le thème « je suis allé au Machu Picchu » a été organisé au niveau mondial par l’entreprise QUIMERA HG et une sélection d’entreprises privées, un concours qui incite tous les visiteurs qui ont immortalisé le Machu Picchu avec leur appareil a participé à l’événement quelle que soit leur nationalité.
Jose Carlos Hernani, gérant coopératif des projets QUIMERA HG, entreprise organisatrice du concours, a souligné l’importance du concours qui permettra au grand gagnant de bénéficier quel que soit son lieu de résidence d’un voyage organisé vers la ville impériale tous frais payés durant 10 nuits et 11 jours, un séjour qui le conduira également vers cinq autres destinations de choix.

Ce n’est pas tout, d’autres participants tirés au sort pourront recevoir des cadeaux « comme des caméras numériques ou des articles en alpaca » a-t-il souligné. Toutes les personnes qui souhaitent participer à ce grand jeu-concours peuvent se rendre sur le site Internet www.machu-picchu100.com sachant que la photo choisie devra mettre en valeur des éléments essentiels comme : Personnes, Divertissement, Voyage, Paysage et Nature, Architecture et Antiquités.


Laisser un commentaire

Rétroliens

Laisser un rétrolien