Les affrontements entre les manifestants indigènes et la police péruvienne ont fait cinq morts et 25 blessés vendredi 25 juin dans la ville de Juliaca, dans le département de Puno, située au sud du Pérou, dans le cadre du mouvement de grève instauré par les natifs à l’encontre des entreprises minières souhaitant développer leurs activités dans la région.

Le coordinateur de la Défense du Peuple de Puno, Jacinto Ticona, a confirmé le décès par balles de cinq individus (Petronila Huanca Coa, Raúl Canccapa Huaricallo, Félix Edwin Yrpanoca Turpo, Antonio Campos Huanca et Gregorio Huamán Mamani), survenu lors de la riposte des forces de police à l’encontre des manifestants qui avaient pris d’assaut l’aéroport International Manco Capac situé à Juliaca. Les affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants ont eu lieu lorsque plusieurs centaines de grévistes ont tenté de pénétrer de force dans l’aéroport de la ville afin de protester contre la contamination du fleuve Ramis dû aux activités minières. Les manifestants de Juliaca avaient débuté une grève de 48 heures initiée par la communauté de Azángaro ce jeudi dans la ville de Juliaca.

Les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles et ont lancé des bombes lacrymogènes pour tenir éloigner les grévistes qui tentaient de s’introduire sur la piste d’atterrissage après qu’ils aient causé de nombreux dégâts matériels. Les vols nationaux depuis et vers Juliaca ont été suspendus toute la journée de vendredi, comme l’ont souligné les autorités officielles.

Indigènes de Juliaca

Une manifestation qui venait en renfort au blocus instauré par de nombreux indigènes aymaras depuis 42 jours à la frontière bolivienne, dans la ville de Desaguadero, un mouvement protestataire mené contre l’installation d’une entreprise canadienne d’exploitation minière dans leur région, la Bear Creek Company.
Selon les autorités régionales de Puno, les dommages occasionnés au sein de l’aéroport devraient coûter 2 millions de dollars alors que le calme est revenu dans la ville et que les activités ont pu reprendre leur cours normal parmi lesquelles la reprise des transports en commun et la réouverture des commerces.

Une intervention contre les manifestants qui est intervenu alors même que le leader indigène Walter Aduviri du Front de Défense des Ressources naturelles de la région sud du Pérou, se trouvait à la capitale, Lima, pour maintenir des négociations avec le gouvernement afin de trouver une solution au conflit qui perturbe depuis plus d’un mois la région de Puno. Un blocus qui a perturbé en particulier les échanges commerciaux, le déplacement des marchandises et des personnes (y compris des touristes) à la frontière bolivienne avec l’incidence économique que cela a induit pour la Bolivie et le Pérou.

Ce mouvement de protestation violent et la répression virulente qui s’en est suivie ont eu le mérite de faire plier le gouvernement péruvien,  qui a finalement accepté, (après des heures de négociations infructueuses menées ces dernières semaines), les conditions défendues par les communautés indigènes, samedi, lors de la signature de différents accords. Des négociations « forcées » au vu du climat social plus que tendu et des dérives répressives, qui ont cependant permis de mettre fin au mouvement de grève débuté en mai contre le projet minier « el cerro Santa Ana », dans le district de Huacullani-Chucuito-Puno.

L’accord qui a été le plus applaudi par la communauté aymara est, sans nul doute, l’annulation du décret suprême 083-2007 qui met ainsi fin au projet Santa Ana de l’entreprise minière canadienne Bear Creek Mining Company. Cette compagnie se trouvait au cœur de la tempête depuis maintenant quatre mois, plus précisément depuis le 23 février lorsque Bear Creek avait présenté lors d’une audience publique une étude sur l’impact environnemental de leurs activités, un rapport remis très rapidement en question en raison d’irrégularités manifestes dans l’obtention de la concession comme l’usage de « prête-nom ». Le dirigeant Walter Aduviri Calizaya, instigateur des principales négociations, a été accueilli à Alto Parco, dans le district de Zepita, puis à Desaguadero, hier dimanche, par près de 30 000 habitants indigènes en liesse face au recul du gouvernement. Une population heureuse de pouvoir maintenir ses zones d’élevages et de cultures intactes, à l’abri de toute forme de contamination de leurs précieuses terres agricoles dont ils tirent leurs revenus.

L’entreprise minière canadienne Bear Creek a déjà manifesté son intention de défendre son projet minier par toutes les voies légales possibles depuis l’annonce de la révocation du gouvernement péruvien. Elle a annoncé, depuis son siège qui se situe à Vancouver, qu’elle ne resterait pas les bras croisés et qu’elle utiliserait  » toutes les voies disponibles » pour exploiter la mine d’argent de Santa Ana. Selon le président de Bear Creek, Andrew Swarthout l’entreprise, a « l’intention de défendre immédiatement et vigoureusement ses droits à Santa Ana » en se référant notamment à la loi péruvienne et au traité de libre commerce Canada-Pérou. Le gouvernement du président Alan García, qui cédera sa place au nouveau président élu Ollanta Humala, le 28 juillet, a promulgué cinq nouvelles normes qui limitent l’exploitation minière dans la région y compris celles qui avaient été accordées à Bear Creek. La compagnie canadienne a affirmé que cette décision  » était illégale et sans fondement », alors que le premier ministre Rosario Fernández a justifié ce choix par le fait que « le gouvernement avait eu connaissance que la personne physique qui a formulé la demande de concession minière avait omis de mentionner à ce moment-là qu’elle était également le fondé de pouvoir de la compagnie canadienne ». Bear Creek avait prévu d’investir 75 millions de dollars pour produire 5 millions d’onces d’argent dans ladite zone. La compagnie pétrolière Southern Perú, aux fonds mexicains, a subi le même sort cette année façe à la protestation sociale des paysans qui avaient contraint le gouvernement à rejeter le projet cuprifère Tía María.

Les forces de l'ordre contre des manifestants de Juliaca

L’action conjointe des indigènes aymaras et des protestataires de la ville de Juliaca a eu raison du géant canadien, mais au vu de la détermination de Bear Creek, le débat n’est pas clos puisque c’est une longue bataille juridique qui va s’amorcer désormais entre la compagnie canadienne et les autorités péruviennes.

Pour le moment, la normalité est revenue à Puno,  les accès routiers à la frontière bolivienne ont été rouverts à la circulation même si tout reprend doucement en raison des centaines de véhicules qui se trouvaient paralysées sur un axe Puno-Desaguadero.

Enfin, en hommage aux victimes tuées par balles pendant les soulèvements survenus vendredi à Juliaca, le président Ollanta Humala a annoncé qu’il annulait aujourd’hui les festivités liées à la célébration de son anniversaire, et il a également présenté ses condoléances aux familles des victimes.

(Article rédigé par Aline Timbert)


Watch Manifestación en Perú deja cinco muertos y 40 heridos in News |  View More Free Videos Online at Veoh.com