Mexique : Arlene a touché le pays en faisant une victime et des dégâts moins importants que prévu

Mexique, Sciences — Par le 1 juillet 2011 à 14 h 49 min

La tempête tropicale prénommée Arlene, la première de la saison dans l’Atlantique nord a frappé hier (jeudi 30 mai) la côte est du Mexique, quelques jours après que le pays ait affronté le cyclone Beatriz sur sa façade pacifique. Elle a vu le jour en début de semaine dans le golfe du Mexique, où les eaux commencent à être particulièrement chaudes (onde tropicale 4).

Comme prévu par le service météorologique national du Mexique ou SMN (19 états et la capitale Mexico étaient en état d’alerte), la tempête a déversé une pluie diluvienne sur une bonne partie du territoire mexicain, sans toutefois provoquer de dommages importants si l’on croit les autorités, qui craignaient que les fortes pluies ne causent des crues subites et des coulées de boue dans 13 États. L’armée et la Marine avaient installé 38 refuges en cas d’évacuation. À l’heure actuelle, une seule victime est à déplorer à Tamaulipas, un homme de 54 ans frappé par un câble électrique qui a cédé sous les rafales est mort électrocuté tandis que des « dégâts matériels mineurs » ont été rapportés : arbres déracinés, toitures endommagées et inondations localisées.

Photo satellitaire de la tempete Arlene

Le cœur d’Arlene a frappé la région de Cabo Rojo, avant de se décaler progressivement vers les villes continentales de Tampico et Tuxpan, sur la côte du golfe du Mexique. Une grande partie du Mexique a été touchée par de fortes précipitations comprises entre 100 et 400 mm (382 mm à Tampico, 256 mm à Tamuin, 228 mm à Tuxpan).

La portion littorale au sud de Tampico a été confrontée à de violents orages, accompagnés de fortes pluies et de rafales ne dépassant pas les 120 km /h. La houle cyclonique a atteint les 8 m, avec submersion de points bas littoraux.

Devant la menace, le gouvernement local avait pris les précautions qui s’imposaient, en fermant les écoles et les entreprises, et en mobilisant les secours pour accueillir les éventuels sinistrés.

Cependant, la tempête a été une bénédiction pour l’État de Tamaulipas dans le nord-est du pays, touché depuis neuf mois par la pire sécheresse des 50 dernières années. Le responsable de la sécurité civile de Tamaulipas, Pedro Benavides, a indiqué qu’aucun dommage n’avait été signalé, il espère même qu’il continuera de pleuvoir, une véritable aubaine pour le secteur agricole qui devrait pouvoir semer sur 450 000 hectares.

Dans l’État de Puebla (centre), des pluies intenses ont provoqué des glissements de terrain sur une route et de légers dégâts dans le village pauvre d’Eloxichitlan.

Les villes côtières des États de Veracruz et de Tamaulipas semblent avoir échappé aux dégâts. Des branches d’arbres sont tombées, de l’eau s’est accumulée dans certaines rues et l’électricité a été coupée dans un quartier de Tuxpan, selon les responsables de la protection civile.

« Il n’y a pas eu de problèmes majeurs, et nous espérons qu’Arlene ne sera plus là à la mi-journée », a écrit le gouverneur de Veracruz, Javier Duarte, sur Twitter. Les ports de l’État de Veracruz étaient fermés à la navigation en raison de fortes vagues qui montaient jusqu’à six mètres. Les cours et certaines activités ont été suspendus dans le nord de l’État, a indiqué le ministère de la Protection Civile locale. Les autorités locales et fédérales continuent de surveiller le niveau des nombreux cours d’eau qui traversent l’État du Veracruz.

Dans la ville portuaire de Tampico, les autorités ont signalé des inondations mineures dans certains quartiers à basse altitude. À proximité, dans les villes de Madero et d’Altamira, les plages sont restées fermées et les petits bateaux sont restés à quai.

Deux hommes photographiés dans l'Etat du Veracruz

Arlene, qui n’est désormais plus qu’une dépression tropicale, poursuit sa route se désagrège progressivement à l’intérieur des terres mais donne encore de fortes pluies dans les régions montagneuses du centre du pays où elle devrait se dissiper aujourd’hui, vendredi 1er juillet.

La tempête devrait laisser sur son passage des pluies de 100 à 200 mm dans l’est du Mexique, avec des pics de 380 mm maximum dans des zones montagneuses. Ces précipitations intenses risquent cependant de générer de nombreux glissements de terrain, c’est pourquoi la vigilance est maintenue dans 17 États ( Veracruz et Tamaulipas en alerte rouge ; San Luis Potosí en alerte orange ; Hidalgo, Puebla et certaines régions du centre du pays en alerte jaune ; et le Nuevo León, Querétaro, Mexico, Distrito Fédéral, Morelos, Yucatán, Quintana Roo, Chiapas et Oaxaca au niveau d’alerte la plus basse).

La saison cyclonique a officiellement débuté depuis le 1er juin dans l’Océan atlantique Nord. Elle est prévue très active, avec la formation de plusieurs ouragans majeurs. C’est à partir de fin Juillet que la saison cyclonique a tendance à s’accélérer.

Selon les autorités mexicaines, en 2010, le Mexique a connu sa pire saison des pluies, qui a fait 125 morts, près d’un million de sinistrés et des dégâts colossaux estimés à 4 milliards de dollars.

Arlene se trouve actuellement à 20 kilomètres au nord-ouest de Tantoyuca (Veracruz) et à 90 kilomètres au sud-est de Tampico (Tamaulipas) avec des vents estimés à 80 km/heure selon des informations émises par le SMN.

(Article rédigé par Franck T)


Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Rétroliens

Laisser un rétrolien