Le 9 août s’est tenue la Journée mondiale de la célébration des peuples indigènes (journée créée en 1994 par l’ONU), à cette occasion le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, a demandé à la communauté internationale de reconnaître le droit des peuples autochtones à contrôler leur propriété intellectuelle et d’en finir avec l’exploitation dont beaucoup souffrent ainsi que de valoriser leurs traditions et cultures ancestrales.

« Les peuples autochtones doivent surmonter de nombreux obstacles pour préserver leur identité, leurs traditions et leurs coutumes, et leurs apports culturels sont parfois exploités et commercialisés sans qu’ils reçoivent le crédit qui leur est dû. J’encourage tous les États membres à prendre des mesures concrètes pour répondre aux problèmes auxquels font face les peuples autochtones, notamment la marginalisation, l’extrême pauvreté et la perte de terres, de territoires et de ressources », a affirmé le secrétaire.

Le 13 septembre 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Déclaration sur les droits des peuples autochtones (DDPA). Avec l’adoption de cette déclaration, les Nations Unies ont fait un grand pas en faveur de la promotion et de la protection des droits des peuples indigènes et tribaux à travers le monde.

La première conférence mondiale sur les peuples autochtones se tiendra en 2014

Ban Ki-Moon

Le responsable de l’ONU a incité ce mardi les gouvernements qui se trouvent à la tête de 5000 peuples indigènes à travers le monde à poursuivre leurs efforts pour protéger l’héritage des natifs, et à mettre en exergue leurs apports culturels ainsi que leurs connaissances traditionnelles« qui profitent à tous ». Ban Ki-moon a également souligné que, dans le cadre de la Conférence mondiale des peuples indigènes qui se tiendra en 2014, les gouvernements et communautés autochtones se devaient de collaborer afin de déterminer quels sont les plans d’action à mettre en place pour améliorer les conditions de vie de près de 370 millions de personnes considérées comme indigènes à travers le monde (plus précisément répartis dans 90 pays).

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a, par ailleurs, souligné l’importance du respect des droits indigènes relatifs à « la consultation préalable » sur les décisions qui peuvent affecter leurs communautés. De nombreux pays ont rendu hommage aux peuples autochtones, par exemple au Costa Rica des représentants indigènes ont pris place au Congrès afin d’évoquer leurs revendications, toutefois peu de députés ont assisté à cette rencontre. Cette démarche avait été organisée par le président du Congrès, un opposant à Juan Carlos Mendoza, afin « d’ouvrir les portes » du siège législatif à des dizaines d’indigènes représentant les 8 ethnies du pays.

L’Organisation nationale indigène de Colombie (ONIC) a profité de cette journée, au retentissement mondial, pour dénoncer la violation des droits indigènes dans le pays soulignant que des dizaines de peuples autochtones se trouvent à l’heure actuelle en voie de disparition (voir article précédent). Au Pérou, la principale organisation indigène d’Amazonie a réclamé aux politiques d’approuver « la loi de consultation préalable » sur les questions qui affectent directement les natifs et leurs territoires, une réclamation qui retentit maintenant depuis 15 ans dans le pays andin.
L’ONU en a profité pour émettre un rapport sur la condition indigène en Bolivie après l’arrivée au pouvoir du président d’origine aymara, Evo Morales, il y a maintenant six ans. Les conclusions de l’ONU se veulent inquiétantes, elles révèlent l’extrême pauvreté d’une grande partie de la population indigène du pays. Ce triste constat a été exprimé par la représentante de l’ONU en Bolivie, la japonaise Yoriko Yasukawa qui a souligné que plus d’un tiers de la population indigène vit dans une situation d’extrême pauvreté sans revenus suffisants pour assurer des besoins élémentaires comme
l’alimentation quotidienne. Un enfant indigène sur trois souffre de dénutrition et d’un retard de croissance difficile à contrecarrer, tandis qu’au niveau national la proportion est d’un quart de la population. La Bolivie compte sur une population de 10 millions d’habitants, 62 % de ses habitants se réclament de l’une à des 35 ethnies du pays, selon un recensement effectué en 2001 qui devrait être actualisé l’année prochaine.

Un enfant indigène sur trois souffre de dénutrition en Bolivie

Indigènes Aymaras

Yasukawa a ajouté que les populations indigènes de Bolivie étaient particulièrement affectées par la déforestation annuelle, qui est de l’ordre de 300 000 à 350 000 ha, mais aussi par la discrimination dont ils souffrent en raison de la couleur de leur peau ou de leur pauvreté. Point positif, l’ONU a souligné des avancées importantes avec l’ élection à la tête du pays d’un président d’origine indigène en 2005, il est à noter également la reconnaissance des droits des natifs et de leur culture inscrite dans la Constitution. Le président qui se trouve en Chine dans le cadre d’une visite officielle a été sévèrement critiqué toutefois par les groupes ethniques d’Amazonie pour avoir donné son aval à la construction d’une route qui traverse un parc naturel situé dans le centre du pays (pour plus d’informations sur le conflit)
Le Défenseur du peuple (« el defensor del pueblo »), Rolando Villena, et le représentant du Bureau du Haut commissaire des Nations unies rattaché aux droits de l’homme, Denis Racicot, qui ont participé à la rencontre, en ont appelé au dialogue entre le gouvernement et les communautés indigènes concernées pour trouver une solution au conflit. Villena a demandé au chef de l’État à ce que « le droit de développement » invoqué par le gouvernement pour justifier la construction de cette route, ne soit pas en désaccord avec le respect des droits indigènes.

Les principaux dangers qui menacent actuellement les peuples autochtones d’Amérique latine sont la déforestation et les activités minières, même si de nombreuses avancées sur le papier ont été proclamées en faveur des natifs, la réalité sur le terrain est bien souvent différente. Mirna Cunningham, présidente nicaraguayenne du Forum permanent de l’ONU sur les questions indigènes a déclaré au siège de l’organisme international en ce mardi 9 août, que les populations des bassins amazoniens, comme le Pérou, étaient les plus menacées par les activités minières.

« Ces projets d’envergure sont perçus comme des échappatoires à la crise économique ou des solutions dans la recherche d’énergies renouvelables, dans les faits ils constituent de réelles menaces pour les peuples indigènes » a déclaré Cunningham. La fonctionnaire du Nicaragua a souligné que par exemple les projets de centrale électrique dans la région déstructuraient l’organisation des communautés indigènes et constituaient une menace à leur survivance culturelle.

« Nous voyons qu’il y a une incohérence entre le cadre législatif fixé par les instances internationales en faveur des indigènes et la pratique effective de leurs droits dans les régions concernées« . Selon un rapport de l’ONU intitulée « l’état des peuples indigènes dans le monde » remis en 2009, il y a 34 millions d’indigènes sur le territoire latino-américain soit 8 % de la population totale de la région. La réunion de mardi à laquelle ont participé des membres des communautés autochtones du monde entier a mis l’accent sur l’artisanat, les créations, l’art textile et tout autre forme artistique développée par ces communautés révélant la richesse de leurs traditions. Il est aujourd’hui de plus en plus difficile pour les communautés indigènes de préserver leur identité culturelle ou encore religieuse (la cosmogonie).

La pauvreté et la discrimination raciale, les principaux obstacles que doivent affronter les natifs

Les Shipibos

Au moins 522 peuples indigènes évoluent en Amérique latine, selon un rapport élaboré en 2010 par l’Unicef en collaboration avec l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et la Fondation pour l’éducation dans des contextes multilingues et interculturels Andes (FUNPROEIB). Les informations récoltées dans 21 pays depuis le Mexique jusqu’à la Patagonie (en Argentine) ont été compilées dans un Atlas sociolinguistique des peuples indigènes latino-américains.

« Nous n’avions aucun rapport sur la situation des peuples indigènes ni sur leur environnement culturel, éducatif, linguistique, économique, démographique, ou encore sociale » a signalé Walter Gutiérrez, chef de l’Unité des politiques interculturelles, intraculturelles et multilingues du Ministère de l’éducation de Bolivie. « Sans une vision large » de l’Amérique latine, a-t-il assuré, il est impossible « de planifier des politiques intégrales qui puissent protéger les intérêts indigènes ». Amnistie internationale a alerté mardi dans un communiqué de la menace qu’affrontent les peuples indigènes d’Amérique latine du fait du manque de volonté politique de respecter leurs droits. La directrice du programme régional pour l’Amérique, Susan Lee, a souligné que la situation est « alarmante » et que « les droits de dizaines de millions de personnes indigènes dans toute l’Amérique étaient violés constamment ».

L’organisation Survival International a remis mercredi (10/08/2011) un rapport au Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) sur les dangers qui mettent en péril les communautés ayoreos dans le Chaco paraguayen. En effet, les indigènes sont expulsés de leurs territoires par des grands groupes souhaitant développer des activités d’élevage ou de culture, dans la ligne de mire de l’ONG, deux entreprises brésiliennes BBC SA et River Plate SA prises en flagrant délit de déforestation illégale dans une zone où vivent des indigènes isolés, les exposant ainsi à des risques bactériologiques. Survival a demandé au CERD de faire pression au gouvernement du Paraguay afin que les autorités prennent les mesures nécessaires pour assurer l’intégrité physique des autochtones et préserver leurs terres ancestrales (consultez l’article).

(Article rédigé par Aline Timbert)