L’Argentine a présenté, le 30 août, son Plan fédéral stratégique de tourisme soutenable 2020 dont le principal objectif est de parvenir à ce que le pays enregistre 8 millions d’arrivées de visiteurs étrangers sur le territoire avec une moyenne de dépenses estimées à 10 000 millions de dollars (7 076 millions d’euros), selon un rapport émis par le ministère du Tourisme d’Argentine.

La présentation de ce nouveau plan a été faite à par la présidente de la République en personne, Cristina Fernández de Kirchner (qui porte toujours le noir du deuil depuis le décès de son époux survenu le 27 octobre 2010) et par le ministre du Tourisme et président de l’Institut national de promotion touristique (INPROTUR), Enrique Meyer depuis le Salon « de las Mujeres Argentinas del Bicentenario » situé à la « Casa Rosada » (la Maison Rose qui le siège du pouvoir exécutif dans ce pays d’Amérique du sud). Durant son discours, la chef de l’État a mis l’accent sur la croissance de ce secteur depuis ces huit dernières années, des résultats obtenus « à partir d’une politique très claire sur le développement par région ». Elle a souligné que « plus ce secteur grandissait et que plus les attentes étaient grandes, plus cela favorisait l’emploi et donc l’embauche de main-d’oeuvre », tout en insistant sur le fait que le pays avait enregistré non seulement une augmentation du tourisme international, mais aussi une croissance du tourisme interne.

Elle a signalé, par ailleurs, que l’une des clés d’un tourisme prospère était le « coopératisme, l’association des plus petits et des plus grands pour permettre le développement de grands projets communs ». Pour sa part, le ministre du Tourisme, Enrique Meyer a expliqué que l’Argentine « avait triplé la croissance mondiale dans le secteur en dépassant des pays émergents et en devenant la première destination sud-américaine et la quatrième dans tout le continent américain ». Il a également attiré l’attention sur les indices de croissance dans la zone en déclarant « depuis 2003 jusqu’en 2010 il y a eu une augmentation de 78 % du nombre de visiteurs étrangers, se sont plus de 5,3 millions de visiteurs qui sont arrivés en Argentine rien que pour l’année 2010 ».

Les recettes liées à l’activité touristique pour l’année passée sont estimées à 3 397 millions d’euros « grâce à la situation exceptionnelle du marché régional ». En tenant compte de ces chiffres, les estimations pour l’année 2020 prévoient que l’Argentine pourrait accueillir 8 millions de touristes annuels, soit des recettes estimées à un total de 10 000 millions de dollars (7 076 millions d’euros). Enrique Meyer a affirmé que le Plan fédéral de tourisme supposait une planification stratégique à long terme comme processus d’orientation et d’articulation des actions menées par le ministère du Tourisme et par l’ensemble des acteurs du secteur en faveur « d’un pays touristique avec une forte inclusion sociale, une grande compétitivité, et qui propose un tourisme soutenable ». Dans cette optique, il a souligné que durant ces 6 dernières années, qui ont fait suite à la présentation de la première version du plan né en 2005 d’après la Loi Nationale de Tourisme Nº 25.997 , l’Argentine a expérimenté une croissance très significative en termes de quantité de visiteurs, de création d’emplois et d’entrée de devises « une situation qui a été rendue possible grâce au leadership actif de l’État national dans le développement de cette activité ». Le secteur touristique argentin a permis la création d’un million d’emploi entre 2003 et 2009. 

Le ministre du Tourisme est revenu sur l’importance de la promotion touristique et sur les efforts faits en ce sens comme le développement des voies de communication terrestres et surtout aériennes avec des vols accrus vers les pays du Moyen-Orient.

« Dans un monde de plus en plus compétitif, il est essentiel alors d’ouvrir de nouveaux marchés de promouvoir l’Argentine lors de forum et salons » a-t-il déclaré. La présidente de la République,  quant à elle, est revenu sur les principaux pays émetteurs de touristes parmi lesquels le Chili et le Brésil dont le nombre de visiteurs est en constante augmentation « 38 % du tourisme et d’origine brésilienne, des visiteurs qui dépensent davantage encore que les touristes chiliens » tout en soulignant que « les touristes nord-américains et européens dépensaient moins que les visiteurs d’origine latino-américaine », un constat qui explique « la croissance du tourisme au sein de toute la région latino-américaine d’une façon générale ».

La chef de l’État a incité la population argentine à s’unir pour valoriser le patrimoine naturel, culturel et historique du pays et à tout faire mettre en valeur l’Argentine en qualité de « grand produit ». Comme l’a souligné Cristina Fernández de Kirchner, « les touristes requièrent une attention particulière, auparavant il suffisait de maîtriser différentes langues étrangères, aujourd’hui il faut posséder d’autres qualités, comme une bonne culture générale, des connaissances pointues et être ainsi de bons guides ».

La présidente a rappelé que suite aux émissions de cendres du volcan chilien Puyehue, le tourisme avait migré vers le nord du pays et avait eu des conséquences néfastes sur le tourisme en Patagonie tout en précisant « qu’il fallait faire taire les oiseaux de mauvais augure et penser positif ». Par ailleurs, un accord doit être signé avec l’Espagne pour la promotion de la ligne aérienne Aerolíneas Argentinas.

La présidente a mis l’accent sur la fantastique diversité du pays tant du point de vue de son climat de sa géographie et a salué le travail du ministre Tourisme. L’Argentine, territoire long de 3 700 kilomètres du nord au sud et de 1 400 kilomètres de l’est à l’ouest peut être divisé en quatre zones distinctes. Les plaines fertiles de la Pampa au centre du pays, le plat pays de la Patagonie au quart sud du pays (28 %), jusqu’à la Terre de Feu, les plaines sèches du Gran Chaco au nord et enfin la région très élevée de la Cordillère des Andes à l’ouest le long de la frontière avec le Chili dont le mont Aconcagua culmine à 6 960 mètres !

Le Plan fédéral de tourisme soutenable se focalise sur des stratégies de développement régional de l’activité touristique en symbiose avec le secteur privé et public. Quelques jours avant sa présentation à la Casa Rosada, l’actualisation du PFETS 2020, avait été dévoilée par le ministre du Tourisme et le secrétaire au tourisme de la province de Buenos Aires, Ignacio Crotto, lors du lancement du Plan stratégique de tourisme soutenable dans la province de Buenos Aires qui s’est tenue au siège du MinTur. Le plan se déroulera sur la prochaine décennie et devrait favoriser l’expansion et la diversification de l’offre touristique sur le territoire national.

Le tourisme en Argentine représente à l’heure actuelle un peu plus de 7 % du produit intérieur brut (PIB). Pour plus d’informations consultez le site http://www.turismo.gov.ar/

(Article rédigé par Aline Timbert)