Le volcan chilien Hudson, situé dans la région d’Aysen (Région Aisén del General Carlos Ibáñez del Campo), en Patagonie, à 1 600 km au sud de la capitale Santiago, s’est brutalement réveillé, mardi dernier (25 octobre).

Sa dernière éruption remonte au mois d’août 1991 et avait provoqué d’importantes retombées de cendres, près de 45 cm d’épaisseur avaient été mesurés à certains endroits. Le phénomène géologique avait endommagé de nombreuses fermes et causé la mort d’environ 1,5 million de moutons. Les dégâts s’étaient alors chiffrés à plusieurs millions de dollars.

Le ministre de l’Intérieur, Rodrigo Hinzpeter, a déclaré à la presse que plusieurs survols du Hudson effectués mercredi avaient permis de constater des chutes d’eau et de terre sur un versant ainsi qu’une colonne de cendres d’un kilomètre de long. La fonte des neiges et des glaces a provoqué une forte et soudaine montée des eaux du fleuve Aysen.

Des émissions de vapeur et de cendres depuis trois cratères (de 300 à 500 m de large) et des secousses sismiques enregistrées dans la montagne font craindre le pire aux experts. Selon l’Observatoire volcanologique des Andes du Sud, l’activité sismique liée au volcan s’est intensifié jeudi soir, signes avant-coureurs d’une éruption imminente et importante.

Par mesure de précaution, les autorités chiliennes ont immédiatement décrété le niveau d’alerte maximum (Rouge) et ordonné l’évacuation d’une centaine de personnes qui résident dans un rayon de 40 kilomètres autour du volcan. « Nous allons entamer le processus d’évacuation à la suite du passage de l’alerte jaune au niveau d’alerte rouge », a déclaré le ministre de l’Intérieur Rodrigo Hinzpeter au cours d’une conférence de presse.

Le volcan du sud du Chili a libéré vendredi un nuage de cendres et de vapeur de cinq kilomètres de haut qui, selon les dernières observations, prendrait la direction du pays voisin, l’Argentine, déjà durement touchée par les récentes éruptions de la chaîne volcanique du Puyehue-Cordón Caulle.

Aujourd’hui, samedi 29 octobre, une importante colonne de cendre continuait de s‘échapper du volcan Hudson. Cependant l’activité volcanique était un peu moins importante que ces derniers jours, éloignant un peu le spectre d’une éruption importante. Malgré cette petite accalmie, les autorités chiliennes ont maintenu l’alerte rouge mise en place depuis le milieu de la semaine.

Le volcan Hudson qui est entré deux fois en éruption au cours des 60 dernières années se situe à 750 km au sud du complexe volcanique Puyehue-Cordón Caulle, qui avait semé le chaos dans le ciel entraînant l’annulation de milliers de vols en Amérique du Sud, mais aussi dans de nombreux pays de l’hémisphère sud (parmi lesquels l’Australie ou le Nouvelle-Zélande) depuis son entrée en éruption en juin dernier. Il y a encore deux semaines, il a paralysé une nouvelle fois le trafic aérien après avoir craché un nuage de cendres.

Il existe environ 3000 volcans au chili dont près de 500 d’entre eux sont considérés comme géologiquement actifs. Les évacuations préventives sont donc assez fréquentes dans le pays. Le volcan Hudson (connu localement sous le nom de Cerro Hudson) est un strato-volcan* qui s’est montré l’un des plus actifs au 20e siècle. Le volcan, recouvert d’une calotte glaciaire, a été découvert par le marin et hydrographe chilien Francisco Hudson au 19e siècle.

*Un strato-volcan est un volcan dont la structure s’est constituée par l’accumulation, au fil des éruptions, et ce durant plusieurs centaines milliers d’année, de coulées de lave, des retombées de cendres et de scories, de téphras et/ou de pyroclastites. Le volcanisme est généralement explosif, il se caractérise par des versants très pentus, et la présence d’un dôme à son sommet, composé de lave très visqueuse et empli de gaz.

(Article rédigé par Franck T)