Le prince William, pilote d’hélicoptère de recherche et de sauvetage à la Royal Air Force, sera déployé l’année prochaine sur les îles Malouines, territoire britannique d’outre-mer depuis 1833, toujours revendiqué par l’Argentine. Les îles ont été l’enjeu d’un affrontement militaire, la guerre des Malouines, entre les deux pays en 1982.

Le ministère de la Défense (MoD) a récemment annoncé que le duc Cambridge, actuellement dépêché dans une base de la RAF (Royal Air Force) au Pays de Galles, suivra un entrainement de routine de six semaines sur les îles de l’Atlantique Sud de février à mars 2012. « Ce déploiement est tout à fait normal. Il s’agit d’une simple rotation de l’équipe de l’escadron. Il fait partie de la formation d’un Flight Lieutenant (capitaine d’aviation) du Pays de Galle et du programme de perfectionnement d’un pilote de recherche et de sauvetage de la RAF », a déclaré le MoD dans un communiqué.

Les îles Malouines (Falkland Islands en anglais) restent un sujet de discordes, et de tensions diplomatiques entre la Grande-Bretagne et l’Argentine depuis plus de 180 ans. La situation s’est encore envenimée depuis que la Grande-Bretagne a multiplié ces derniers mois l’exploration pétrolière offshore dans la région. Le mois dernier, un ancien secrétaire à la Défense britannique a déclaré que Londres se donnerait les moyens de protéger les îles aussi longtemps que nécessaire afin qu’elle reste sous l’égide du Royaume-Uni.

Comme l’on pouvait s’en douter, la présence prochaine du prince William aux Malouines est considérée comme une véritable provocation par le gouvernement argentin qui n’a pas manqué de réagir. D’autant plus que le 2 avril 2012 marquera le 30e anniversaire du bref affrontement militaire pour le contrôle des îles qui avait causé la mort de 649 soldats argentins et 258 soldats britanniques. Les forces britanniques avaient repris le contrôle de l’archipel en 1982 après l’invasion argentine. L’oncle du prince William, le duc d’York, a servi comme pilote d’hélicoptère dans le conflit de 1982.

C’est dans ce contexte de fortes tensions entre les deux états que Sebastian Brugo Marco chargé des territoires sud-atlantiques au ministère des Affaires étrangères a affirmer que l’Argentine ne pouvait pas ignorer « la portée politique » de la mission du prince William (voir article précédent). Durant une interview accordée au journal argentin ‘La Nación’, il a déclaré : « Il s’agit encore d’un acte de provocation qui montre la présence militaire britannique dans une zone de paix où il n’y a pas de conflit armé. » Sebastian Brugo Marco a ajouté : « On ne peut pas s’ôter de l’esprit le contenu politique de cette opération militaire de fait que le prince William est l’un des représentants les plus emblématiques de la famille royale. »

L’ambassade britannique à Buenos Aires a rejeté les accusations, un porte-parole a déclaré: « Le prince William va arriver dans les Malouines comme un lieutenant de vol afin de réaliser simplement des tâches de formation. »

Plus tôt cette année la présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner avait qualifié l’attitude de la Grande-Bretagne « d’arrogante » devant leur refus catégorique de négocier sur les îles Malouines. Elle avait également accusé le premier ministre britannique David Cameron d’être un homme « médiocre et stupide ». Il lui avait alors répondu qu’il en revenait uniquement au peuple des Malouines de demander la tenue de négociations sur le statut des îles.

Malgré ce regain de tension entre l’Argentine et le Royaume-Uni, les îles Malouines se préparent à un afflux de touristes après l’annonce de la mission du prince William sur l’archipel. L’office du tourisme local, dirigé par Paul Trowell a enregistré une augmentation de 200 % des réservations. Il a déclaré : « L’annonce de l’arrivée du duc Cambridge a créé une publicité à l’échelle mondiale pour les Malouines. Nous assistons à un véritable intérêt pour cette destination, c’est vraiment excitant. De nombreuses personnes visitent les rubriques de notre site internet pour se renseigner. »

Les Malouines sont situées à environ 650 km de la pointe sud-est de l’Amérique du Sud et regroupent plus de 740 îles. Les conditions climatiques sont très semblables à celles de la Grande-Bretagne avec davantage de soleil et moins de précipitations.

– Franck T –