Au Mexique, le volcan Popocatépetl, situé au sud-est de la ville de Mexico, a craché jeudi matin des fragments incandescents à une hauteur estimée entre 300 à 500 m au-dessus du cratère, des projections accompagnées d’émanations de gaz et de petites quantités de cendres, a informé le Centre national de prévention des risques (Cenapred).

Selon ce même organisme, le volcan a émis au cours de ces dernières 24 heures près de 31 exhalaisons de faible et de moyenne intensité, de petites secousses ont également été enregistrées durant près de sept heures à environ 40 minutes d’intervalle. La direction du vent a balayé les cendres qui  se sont dès lors propagées jusqu’à la région de Huejotzingo, où se situe l’aéroport de l’État de Puebla, qui a été contraint de suspendre l’activité aérienne durant toute la matinée du 10 mai avant que le trafic puisse reprendre. Le niveau d’alerte est toujours maintenu en jaune niveau trois ce qui implique la mise en place d’un cordon de sécurité dans un périmètre de 12 km autour du volcan. La Cenapred a précisé que la projection de matériel incandescent à une distance de 500 m sur les flancs du colosse a induit une production de cendres ainsi qu’une colonne de vapeur d’eau et de gaz jusqu’à une hauteur de 1500 m. Le dernier rapport du Volcanic Ash Advisory Center de Washington faisait mention d’une orientation des plumes volcaniques vers le nord-est, des informations corroborées par les images satellitaires. De son côté, le Centre des sciences de l’atmosphère de l’institut de géophysique de l’université autonome de Mexico a prévu une nouvelle chute de cendres dans les prochaines heures ainsi qu’une reprise d’activité explosive de moyenne intensité avec la formation de dômes et une expulsion lave. Les autorités contrôlent le trafic entre Santiago xalitzintla et San Pedro Nexapa via Paso de Cortés et la population est invitée à suivre de près l’évolution de l’activité volcanique au fil des heures au cas où un ordre d’évacuation serait donné par les autorités.

Baptisé sous le nom de « Popo » le volcan Popocatépetl a connu son éruption la plus violente de ces 1200 dernières années, le 18 décembre 2000, lorsqu’une colonne de fumée et de roches ardentes ont obligé les autorités à évacuer près de 40 000 personnes menacées. Depuis 1994, le volcan a connu plusieurs épisodes éruptifs. Le volcan est de nouveau entré en activité depuis plus d’un mois provoquant la crainte des populations alentour qui guettent le moindre de ses soubresauts.

La récente reprise d’activité du volcan, qui s’élève à quelque 5450 m, peut être accompagnée d’importantes phases éruptives avec des pluies de cendres et des coulées de lave, cette alerte jaune niveau 3 implique que le Système National tient à disposition des équipes d’évacuation et des hébergements provisoires pour les populations vivant à proximité du volcan.

Couvrant 500 km² de superficie, il s’agit d’un stratovolcan andésitique et dacitique couronné par un cratère sommital de 400 mètres de largeur pour 600 à 900 mètres de longueur et profond de 150 à 450 mètres. Le rebord occidental de ce cratère, le Pico Anáhuac, constitue le point culminant du volcan avec près de 5 465 mètres d’altitude, faisant de lui le deuxième plus haut sommet du Mexique, après le pic d’Orizaba, un autre volcan, mais aussi le deuxième plus haut volcan d’Amérique du Nord.

Suspension des vols

Depuis un mois, le volcan Popocatépetl connaît un regain d’activité, ce qui a conduit les autorités à déclarer l’alerte jaune en phase trois, dernier niveau avant l’alerte rouge qui inclut l’évacuation des habitants. Le cratère est l’un des plus actifs du Mexique et se situe à la frontière entre les états de Morelos, Puebla et l’État de México. En 2000, ce sont des milliers de personnes qui avaient dû être évacuées pour être hébergées dans des abris de fortune après une éruption violente.
L’agence fédérale « Centre national de prévention des catastrophes » surveille de près l’activité volcanique par le biais des variations des émissions de gaz et de l’intensité sismique. Le volcan Popocatépetl (ce qui signifie « montagne fumante » en nahualt, la langue des natifs) aussi connu sous le nom de Don Goyo ou Popo, et l’Iztaccihuatl respectivement deuxième et troisième sommet du Mexique constitue la bordure est du Valle de Mexico, situé à environ 40 km à l’ouest de Puebla et à 70 km au sud-est de Mexico. Si l’iztaccihuatl dépourvu de cratère est assoupi, le Popo reste en revanche très actif au grand dam des populations qui évoluent aux pieds de l’impétueux colosse.

Selon un dernier rapport de la Cenapred émis durant la nuit (04:40 GMT), l’activité volcanique du volcan s’est intensifiée hier autour de 19h (heure locale), une colonne de cendres de 3 km a été observée ainsi que des projections de matériaux incandescents à 1km au-dessus du cratère, cette phase a duré près de 3h, depuis l’activité semble s’être réduite. Le niveau d’alerte jaune phase 3 est toujours maintenu.

(Aline Timbert)