La saison hivernale s’amorce à peine en Colombie, cependant la pluie commence déjà à faire ses premiers ravages, des intempéries qui pourraient se poursuivre jusqu’à la fin du mois de juin. 7 départements sur 32 sont d’ores et déjà affectés par les inondations et glissements de terrain, une première victime est à déplorer, il s’agit d’un enfant de neuf ans décédé vendredi, victime d’une chute d’arbre dans la municipalité de Ambalema, dans le département de Tolima.

Plus de 50 000 personnes sont touchées (selon un dernier bilan) par les précipitations intenses qui se sont abattu ces derniers jours sur différents départements ( Chocó, Antioquia, Cauca, Huila, Boyacá, Cundinamarca, Sucre et Córdoba), des comités d’urgence ont été mis en place tandis que le gouvernement envisage un plan d’évaluation des dégâts dans le but de répertorier avec précision le nombre d’individus touchés par le phénomène météorologique. La situation la plus grave est enregistrée dans le département du Chocó, au nord-ouest, à la frontière avec le Venezuela, là où les autorités ont déclaré l’état de catastrophe afin de répondre aux urgences de la population, les municipalités de San José del Palmar, Medio Baudó et Nóvita étant particulièrement touchées par les inondations. Carlos Iván Márquez, directeur de la Ungrd (Unidad Nacional para la Gestión del Riesgo de Desastres), a précisé que l’aide devrait être fournie au plus vite à la population sinistrée.

Le directeur de l’Ideam (Instituto de Hidrología Meteorología y Estudios Ambientales), Omar Franco a annoncé que les pluies se renforceraient au fil des jours dans tout le pays et plus particulièrement dans les départements de Chocó, Eje Cafetero et Antioquia. « C’est l’époque normale pour les pluies. Mais dans certaines régions, particulièrement dans les zones pacifiques et andines, nous allons enregistrer des précipitations très importantes », a-t-il affirmé.

colombie22032013-1La zone du Chocó, qui se situe sur le versant pacifique de la Colombie, est l’une des régions les plus pauvres du pays et elle est malheureusement réputée pour ses précipitations diluviennes.
Les pluies ont également causé des dégâts dans le nord de Santander, une région qui a déjà été sévèrement touchée lors des précédentes saisons hivernales, ce sont 40 municipalités qui ont été placées en état d’alerte, « l’histoire du département prouve que celui-ci est toujours vulnérable au moment des pluies, c’est près de 95 % de la surface du département qui peut être touché par des glissements de terrain, les voies sont particulièrement affectées », a déclaré la directrice de l’unité de gestion des risques de ce département, Norela Arenas.

La Colombie est un pays montagneux au climat tropical, il subit deux saisons pluvieuses par an, la première de mars à juin, et la seconde d’octobre à décembre. En 2012, la Ungrd a reporté 150 morts, 30 disparus et environ 1 million de sinistrés, toutes victimes des précipitations diluviennes. Entre avril 2010 et avril 2011, la Colombie a été frappée par la pire saison pluvieuse enregistrée ces dernières années, de sévères intempéries qui ont coûté la vie à 400 personnes et ont fait 3,6 millions de sinistrés, un vrai désastre national.

25 victimes en Bolivie et 22 000 familles sinistrées

bolivie22032013En Bolivie, les pluies inquiètent également, les précipitations intenses tombées ces derniers jours dans le centre du pays ont fait 4 000 familles sinistrées, ce sont plus de 22 000 familles qui ont été frappées par les inondations depuis la fin de l’année 2012 (saison des pluies d’octobre à mars), selon des chiffres émis par le bureau de la Défense civile. La crue des fleuves dans le département de Cochabamba a affecté à différents niveaux près de 1327 familles à Villa Tunari, environ 1300 à Chimoré, et 1500 à Puerto Villarroel, a informé Víctor Grájeda, responsable de l’unité de gestion des risques de la région. Avec ces nouveaux chiffres, le nombre de familles impactées par les précipitations depuis le mois d’octobre est passé à 22 000, et ce sont 25 personnes qui ont trouvé la mort, victimes des conséquences directes de ce phénomène : glissements de terrain, éboulis, inondations, arbres déracinés… Les précipitations ont également des conséquences directes sur les cultures de la région, en particulier dans la zone agricole du Chapare, les dégâts restent encore à chiffrer a déclaré Tatiana Sanabria, responsable du bureau rattaché à l’environnement dans le département de Cochabamba. Les cultures de bananes ont été particulièrement endommagées. Ce sont près de 10 700 hectares de cultures qui ont été totalement ou partiellement par ce phénomène naturel. Selon les prévisions météorologiques, les précipitations devraient perdurer jusqu’au début du mois d’avril.

Au Pérou, les régions andines font face aux fortes précipitations

perou22032013Au Pérou, les pluies touchent fortement la Sierra, provoquant des dégâts sérieux dans les départements de Puno et Cusco. La province de Puno, Sandia, est frappée par d’importants glissements de terrain occasionnés par les précipitations, autre conséquence, la crue du fleuve Chichanaco. Les districts de San Juan del Oro, Yanahuaya et San Pedro de Putina subissent de plein fouet l’assaut hivernal.
Le maire de la ville de Cusco, Luis Flores García, a informé que 36 familles du district de San Sebastián ont vu leurs habitations partiellement ou totalement détruites.

Les fortes précipitations ont également frappé Cajamarca, causant des dommages sérieux dans différentes parties de la ville. La crue du fleuve Los Chilcos a frappé un nombre, pour l’heure indéterminé de foyers, les habitants de Mollepampa ont sollicité l’aide de la Défense civile.

30 morts au Brésil

bresil22032013Au Brésil, ce sont 30 personnes qui ont péri suite à des glissements de terrain causé par les précipitations torrentielles qui, depuis dimanche, frappent Petrópolis, une région montagneuse et touristique de l’État de Rio de Janeiro, un bilan officiel divulgué mercredi 20 mars. En à peine 24 heures, la zone de Petrópolis, située à 60 km au nord de Rio, a enregistré 390 mm de pluie, quand la moyenne normale est de 270 mm pour l’intégralité du mois de mars.

La région montagneuse de Rio du niveau subit chaque année durant l’hiver austral d’importantes montées des eaux, en janvier 2011 des inondations causées la mort d’environ 1000 individus.

En Équateur, les précipitations qui sévissent dans la région de Guayaquil ( Monte Sinaí, Voluntad de Dios et La Ladrillera) et qui ont fait au moins huit morts, sont également à l’origine d’une augmentation des cas de dengue (2313 cas depuis le début d’année dont 230 répertoriés entre le 10 et 16 mars), et de patients atteints de pathologie gastro-intestinales.
« La saison des pluies a créé les conditions propices à la reproduction fulgurante du moustique porteur de la dengue, l’Aedes aegypti' », ont indiqué les autorités sanitaires. La dengue a déjà fait quatre morts, en 2012 cette maladie avait touché 12 000 personnes et coûté la vie à 20 individus.

(Aline Timbert)