Deux chauffeurs de bus âgés de 45 et 32 ans ont été assassinés de sang-froid par balle par celle qui se fait désormais appeler  » Diane la chasseresse » (Diana la Cazadora), selon toute vraisemblance une justicière qui a pris la décision de venger les femmes, victimes de viol, dans la ville Ciudad Juárez qui traîne une bien triste réputation.

Les forces de police sont à sa recherche après qu’elle ait revendiqué sur internet l’assassinat de deux conducteurs de bus dans cette région frontière avec les États-Unis malheureusement connue pour ses nombreux viols et fémicides, mais aussi pour ses trafics qui l’ensanglantent.

Portrait robot de Diana
Portrait robot de Diana

Les deux hommes ont été tués la semaine dernière par, selon plusieurs témoins ahuris par la scène, une femme déterminée qui les a abattus d’une balle dans la tête. Vendredi, les autorités du Chihuahua avançaient la possibilité d’un crime passionnel, mais la réalité serait toute autre puisque samedi 31 août les médias ont reçu un message anonyme signé du pseudonyme éloquent « Diane la chasseresse ». Un communiqué glacial émanant d’une femme qui se dit l’auteur des crimes, elle justifie ses actes en affirmant venger les travailleuses, employées dans des usines, qui ont été violées en toute impunité alors qu’elles empruntaient en nocturne les transports publics après leur journée de travail.

Dans le message publié par la meurtrière présumée, on peut lire les mots suivants « Les femmes sont victimes chaque nuit de violences sexuelles de la part de ces chauffeurs, personne ne nous défend, je suis l’instrument de cette vengeance et il y aura d’autres victimes » ajoutant « vous pensez, parce que nous sommes des femmes, que nous sommes fragiles, mais moi je suis un instrument de vengeance ». Elle affirme également « Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ce qui nous remplit de rage, mes camarades et moi avons souffert en silence, nous avons été victimes de violence sexuelle de la part de chauffeurs chargés des liaisons nocturnes pour les maquilas [manufactures] ».

Plusieurs témoins ont livré un portrait-robot de la présumée « Diane », elle mesurerait environ 1 m 65, aurait les cheveux bruns et la peau mate et porterait une perruque blonde et serait âgée d’une petite cinquantaine d’années, bien que certains estiment qu’elle pourrait être plus jeune. La région de Chihuahua a enregistré une douzaine de plaintes émanant de femmes agressées sexuellement lors d’un trajet en autobus, les policiers tentent désormais d’établir un éventuel lien entre l’une des victimes et la vengeresse.

mexique05092013-3À Ciudad Juárez, des milliers de femmes travaillent en 3×8 dans des usines de montage souvent isolées loin de leur foyer. Des agressions sexuelles dans les transports arrivent fréquemment depuis 1990 et sont pour la plupart impunies, une femme a-t-elle décidé de se rendre justice toute seule ? C’est la piste qui est désormais envisagée par les enquêteurs. Depuis l’entrée en vigueur du Traité de libre commerce d’Amérique du Nord en 1994, la ville est devenue un important centre industriel du Mexique, dès lors les agressions sexuelles et assassinats de femmes, devenues ouvrières pour subvenir aux besoins de leurs familles, ont été en augmentation. Un climat d’insécurité qui s’est instaurée sans que rien ne soit vraiment fait pour enrayer le fléau. La plupart des femmes disparues, plutôt jeunes, ont été retrouvées quelques jours plus tard, assassinées, leurs dépouilles ayant été abandonnées dans le désert. Selon les chiffres émis par Amnistie internationale, 366 femmes et fillettes ont été assassinées à Ciudad Juárez entre 1993 et 2005. Au début des années 2000, les autorités d’État ont arrêté des chauffeurs censés être impliqués dans ces crimes barbares, puis en mars 2003 le sous-procureur général du Chihuahua a pris la décision de mettre en place une route spéciale pour les femmes.

mexique05092013-1Les récents assassinats de chauffeurs créent un climat de psychose parmi les employés, en particulier ceux qui empruntent la route 4-A où ont eu lieu les deux assassinats. Environ 30 chauffeurs assurent les liaisons sur cette route, mais la plupart ont refusé de travailler après le deuxième meurtre.

Ciudad Juárez, avec ses 1,2 million d’habitants, est considérée comme l’une des villes les plus violentes au monde, elle est le siège d’enlèvements, d’assassinats et de trafics en tout genre. Il existe environ près 14 000 tueurs à gages travaillant aux services des cartels de la drogue.
Dans les années 1990, environ 400 jeunes femmes ont été assassinées à Ciudad Juárez, en 2010 ce sont 59 femmes et jeunes filles qui ont été portées disparues à Ciudad Juárez et 48 dans le reste de l’État de Chihuahua, dont cette ville fait partie.

(Aline Timbert)