L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, plus connue sous le nom de FAO, a révélé que le Mexique a supplanté les États-Unis en tant que pays où le nombre de personnes atteintes d’obésité est le plus important au monde. Selon l’étude The State of Food and Agriculture 2013, l’organisme indique que le Mexique présente un pourcentage d’adultes obèses évalué à 32,8 %, alors qu’aux États-Unis ce pourcentage est de 31,8 %. Cependant, comme a tenu à le préciser Nuria Urquia, représentante de la FAO au Mexique, ce rapport a été publié en 2013, mais les chiffres qui apparaissent aussi bien pour les États-Unis que pour le Mexique remontent à 2008, « les données les plus récentes disponibles l’an passé n’ont pas été prises en compte dans le rapport ».

Obésité infantile
Obésité infantile

Le docteur Elisa Gómez Reyes, de l’Institut national de sciences médicales et de la nutrition a également indiqué de son côté que l’enquête nationale de santé menée aux États-Unis en 2010 faisait mention d’un indice d’obésité pour les adultes de près de 35,7 %, alors que le Mexique le taux a été évalué en 2012 à 32,7 % soit un chiffre inférieur, quoi qu’il en soit ces taux demeurent bien sûr trop importants et sont sources d’inquiétude pour les autorités sanitaires.

« La cause principale est la perte des bonnes habitudes alimentaires. Nous sommes le pays qui boit le plus de sodas au monde – 163 litres par personne et par an. Mais il y a aussi l’abandon des nourritures traditionnelles pour la malbouffe », a affirmé Alejandro Calvillo, directeur de l’association de consommateurs « El Poder del Consumidor » et membre d’un panel de spécialistes de l’obésité. À ce facteur s’ajoute un manque d’activité physique flagrant, la sédentarité reste en effet le problème majeur pour bon nombre de Mexicains !

Le site Global Post a publié un article intitulé « How Mexico got so fat », qui dévoile des chiffres inquiétants puisque l’on apprend que près de 70 % des adultes mexicains souffrent de surpoids et que quatre enfants sur cinq actuellement victimes d’obésité le seront encore à l’âge adulte.

29 %  des adolescents mexicains souffrent d’obésité

Le rapport mentionne que l’obésité infantile a triplé lors de la dernière décennie et qu’un tiers des adolescents mexicains sont actuellement obèses, lors d’un entretien le docteur Abelardo Ávila de l’Institut national de nutrition a signalé que les mêmes personnes qui souffrent de dénutrition dans leur jeunesse sont celles qui ont le plus de risque de devenir des adultes obèses. « L’augmentation des indices de dénutrition et de l’obésité reflète qu’il ne s’agit pas de problèmes isolés », des études récentes confirment en effet que la dénutrition augmente le risque de connaître des problèmes de surpoids. Plusieurs facteurs sont liés, parmi lesquels la difficulté d’adopter une alimentation riche en fruits et légumes, surtout pour les populations vivant en ville. D’ailleurs la lutte contre l’obésité est menée parallèlement à la croisade contre la faim, l’accès à une alimentation saine, équilibrée et riche en vitamines est décidément au cœur des préoccupations au Mexique.

« Au sein des classes pauvres, nous avons des parents obèses et des enfants souffrant de dénutrition. Le pire c’est que les enfants sont chaque jour un peu plus exposés à l’obésité. C’est une épidémie grave ».

mexique19032014-1La FAO a établi un classement des pays les plus exposés à l’obésité, en troisième position on retrouve la Syrie (31,6 % des personnes adultes), suivi du Venezuela et de la Libye avec un chiffre identique de 30,8 %.

L’obésité est un fléau qu’il faut combattre, car il induit de nombreuses pathologies comme le diabète, le cholestérol, l’hypertension et les troubles circulatoires, les maladies cardiaques constituent également l’une des principales causes de mortalité dans ce pays et ce sont plus de 400 000 nouveaux cas qui sont diagnostiqués chaque année. Le diabète tue, chaque année, 70 000 personnes, un adulte sur cinq souffre de cette maladie qui se traduit par une élévation anormale du taux de glucose dans le sang.

Le diabète est un fléau national, 70 000 Mexicains décèdent de cette maladie chaque année

Concernant le Mexique, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a incité dès 2011 les politiques à considérer l’obésité comme une urgence nationale afin d’enrayer le phénomène qui menace l’intégrité physique d’une grande partie de la population. Selon l’OMS, en 2011 les cinq pays avec le plus grand pourcentage d’obèses au monde étaient les États-Unis, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Royaume-Uni. Si l’on en croit des projections de cette même organisation de santé, en 2015 il y aura environ 2300 millions d’adultes en surpoids et plus de 700 millions d’adultes obèses.

À ce jour, l’obésité est l’une des principales causes de l’apparition de maladies chroniques et de complications en matière de santé, outre les pathologies précédemment mentionnées, il faut préciser que d’autres maladies touchent plus facilement les individus obèses comme l’insuffisance rénale et hépatique, les troubles digestifs, l’asthme, les accidents cardio-vasculaires ou encore les cancers. Il ne faut pas non plus négliger les troubles psychologiques qui peuvent être associés à l’obésité.

La malbouffe au coeur du débat
La malbouffe au coeur du débat

Conscient du problème sanitaire qui touche le pays, la chambre des députés mexicaine a adopté à la fin de l’année 2013 une série de réformes visant à freiner la consommation de junk food, par ailleurs les écoles sont désormais obligées d’inclure une demi-heure d’exercice physique pour les élèves. En effet, selon les articles 65 et 66 de la loi générale de santé, les enfants scolarisés sont obligés de pratiquer 30 minutes d’activité physique par jour pour prévenir le surpoids qui met en danger leur santé. Une taxe sur les produits alimentaires hautement caloriques (confiseries, bonbons, sodas, crèmes glacées, beurre de cacahuètes…) a également été décrétée, elle est entrée en vigueur au 1er janvier 2014 et concerne les aliments qui présentent le rapport poids/calories suivant : 275 calories pour 100 g.

Avec cet argent, le gouvernement promet, d’ici trois ans, de favoriser l’accès à l’eau potable dans de nombreuse d’écoles, en particulier dans les zones rurales.

La guerre contre les kilos superflus est bel et bien déclarée Mexique, reste à savoir quel sera l’impact de ces mesures sur la santé de Mexicains. Chaque année, le Mexique dépense près de 4000 millions de dollars en traitement contre le diabète, par ailleurs le coût indirect des maladies liées à l’obésité en 2008 a été estimé à 2000 millions de dollars par perte de productivité.

« C’est un problème de société qui induit une charge non seulement en matière des coûts du système de santé, mais aussi en relation avec l’impact sur l’économie liée à l’absentéisme au travail, à une productivité plus basse, et par conséquent à une mortalité prématurée », a expliqué Timothy Evans, directeur du secteur Santé, Nutrition et Population de la Banque Mondiale.

En Amérique latine, il y a environ 60 millions de diabétiques, un chiffre qui pourrait atteindre 85 millions en 2035.

(Aline Timbert)