La découverte paléontologique est à la hauteur du spécimen retrouvé en Argentine, dans la province de Chubut. Elle est tout simplement gigantesque !

Les paléontologues du musée Egidio Feruglio ont en effet annoncé, vendredi 16 mai, la découverte sous le sol argentin « du dinosaure le plus grand jamais découvert » avec une hauteur de 20 m et une longueur de 40 m, une créature qui devait peser pas moins de 77 t !

argentine19052014-2Il s’agit du squelette de dinosaure le plus impressionnant qui ait été retrouvé à ce jour dans le monde, ce qui revient à dire que cette « créature a été la plus massive à avoir foulé le sol de la Terre ». Une déclaration exaltante faite par les scientifiques qui précisent qu’il doit s’agir d’une nouvelle espèce de « titanosaure » (espèce des titanosauridae, ils ont été nommés ainsi d’après les Titans de la mythologie grecque ), une espèce herbivore énorme, au cou large, qui peuplait la Terre, il y a environ 100 millions d’années, durant le Crétacé tardif, l’ère la plus proche de la disparition des dinosaures.

Les chercheurs ont retrouvé les squelettes de ces bébêtes d’un autre âge par hasard, il y a un an, lorsqu’un agriculteur de la région a signalé qu’il avait découvert des restes fossilisés dans le désert, à proximité de la localité de la Flecha, située à environ 250 km à l’ouest de Trelew, en pleine Patagonie. Après des mois d’un travail minutieux et passionnant sur le site ayant permis de regrouper les ossements, 150 pièces ont été mises au jour appartenant à sept spécimens, vendredi les scientifiques ont révélé pour la première fois la présence d’un dinosaure à la taille énorme, le premier spécimen de ce genre, il supplante donc celui qui était surnommé « Argentinosaure », découvert antérieurement dans la province argentine de Neuquén.

Pour vous donner un ordre d’idée, avec de telles proportions, le poids de l’animal correspond à 14 éléphants d’Afrique adultes, autant dire qu’absolument rien n’est comparable à ce squelette surdimensionné. Les fossiles ont été sortis de terre par une équipe de paléontologues du musée de paléontologie Egidio Feruglio, dirigée par les docteurs José Luis Carballido et Diego Pol. L’état de conservation des ossements est « extraordinaire » comme ils ont tenu à le souligner, celle-ci s’explique en partie par les conditions climatiques de cette région du monde.

« Étant donné la taille de ses os qui dépassent n’importe quel animal géant préalablement identifié, le nouveau dinosaure est l’animal connu le plus grand qui ait marché sur Terre », a affirmé José Luis Carballido.

« Sa longueur depuis la tête jusqu’à la pointe de la queue est de 40 m. Debout, avec le cou vers le haut, il atteignait 20 m, nous parlons alors de l’équivalent d’un immeuble de sept étages ». Ce spécimen pourrait être une nouvelle variante de l’Argentinosaurus.

argentine19052014-1
Fémur du dinosaure découvert

Ce dinosaure argentin va bientôt être baptisé, « Il va être nommé en fonction de sa magnificence et en l’honneur de la région et des propriétaires des fermes qui nous ont alertés sur cette découverte », ont expliqué les chercheurs.

Ce dinosaure est l’équivalent de « de deux camions prolongés par deux remorques de chaque côté »

Les scientifiques, après avoir analysé les roches où se trouvaient les ossements, en ont conclu qu’il s’agit d’un herbivore qui se nourrissait dans les forêts de Patagonie, il y environ 100 millions d’années, il a été retrouvé dans un gisement comprenant près de 200 fossiles et 60 dents de dinosaures carnivores eux aussi de grande taille.

Cette découverte confirme, selon José Luis Carballido, que cette région sud-américaine abritait les dinosaures les plus grands de la Terre « la quantité d’ossements retrouvés qui correspondent au moins à 7 exemplaires différents rend probable que cette découverte soit la plus complète pour ce type de dinosaures géants au niveau mondial, une découverte transcendantale pour la science ».

Il a précisé à la presse « c’est quelque chose d’extraordinaire dans tous les sens du terme, car jusqu’alors, ce que l’on connaissait au niveau mondial des sauropodes  [quadrupèdes herbivores, appartenant au sous-ordre des sauropodomorphes] n’était que des découvertes fragmentaires », cette fois le squelette complet de l’animal pourra être « reconstruit ».

argentine19052014-3Il y a des millions d’années, la zone était recouverte d’une forêt avec des arbres mesurant près de 15 m de haut, ce qui constituait la base de l’alimentation de ces herbivores qui pesaient déjà une centaine de kilos à la naissance et pouvaient atteindre 100 t à l’âge adulte.

En plus des ossements, les scientifiques ont retrouvé des branchages, des traces végétales comme des feuilles, ce qui va leur permettre « de recréer complètement l’écosystème » tout en répondant « aux multiples interrogations » qui les animaient jusqu’à aujourd’hui.

De nombreux experts pensent que les sept dinosaures sont morts ensemble probablement par déshydratation ou bien emportés dans une coulée de boue. « La présence de carnivores s’explique probablement par le fait qu’ils se soient rapprochés des corps inertes des herbivores pour les manger », mais comme le précise le professeur Carbadillo « le festin a eu un prix : les carnivores ont pu perdre de nombreuses dents tandis qu’ils essayaient de mordre la chair épaisse et la peau dure ».

Le responsable des fouilles a déclaré avec enthousiasme « nous continuons à travailler sur cet extraordinaire gisement. Nous estimons que nous en avons exploré seulement un cinquième, de sorte que nous avons encore beaucoup de travail à réaliser et probablement encore beaucoup de choses à découvrir ». Une annonce qui ravit tous les passionnés de paléontologie, experts ou néophytes !