Une fillette de 11 ans a été abandonnée la semaine dernière dans un centre hospitalier de la ville colombienne de Cali avec près de 104 capsules de cocaïne dans son estomac. Apparemment, c’est son propre père qui l’a contrainte à les ingérer pour sortir la drogue hors des frontières du pays, la petite fille faisait ainsi office de mule ou de courrier humain !

colombie21112014-2
Arrivée de la fillette aux urgences

Les images extraites de la bande de vidéosurveillance de la clinique Valle de Lili montrent un homme déposant la fillette aux urgences et l’abandonnant dans un état grave avec des symptômes sévères d’intoxication. Les médecins ont alors découvert, à leur plus grande stupeur, qu’elle avait avalé plus d’une centaine de capsules de drogue. Les policiers ont lancé un avis de recherche contre l’homme qui apparaît sur la vidéo en diffusant son portrait-robot et en offrant une récompense alléchante (9 000 dollars) à quiconque fournirait des informations à son sujet, tandis que la mère a d’ores et déjà été interpellée dans un quartier modeste de la ville de Cali.

Cette dernière a informé la police que le père de l’enfant était venu la chercher et qu’elle n’était pas avec elle les heures qui ont précédé son hospitalisation d’urgence.

colombie21112014-1
Portrait robot de l’individu qui a déposé l’enfant à l’hôpital

« Face au danger qui menaçait la vie de cette mineure et en raison des symptômes présentés, elle a subi une opération chirurgicale afin que les 104 capsules soient retirées de son corps, tout semble indiquer qu’il s’agit de chlorhydrate de cocaïne », a informé le général Hoover Penilla aux médias. Il a ajouté « tout semble indiquer qu’il s’agit d’une instrumentalisation et d’une utilisation de façon perverse de cette fillette par quelques adultes qui se servait d’elle comme d’une mule pour transporter de la drogue de la Colombie vers un autre pays ». Selon toute vraisemblance, la gamine devait prendre la direction de l’Europe pour livrer la marchandise. Les autorités ont retrouvé au domicile de la famille des billets d’avion et des passeports, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle ils s’apprêtaient à passer la drogue par voie aérienne.

L’Institut colombien du bien-être familial a confirmé dans un communiqué la présence de 104 capsules dans l’estomac (soit entre 500 et 600 grammes de drogue) de la fillette, après son opération elle a été placée en soins intensifs « un cas comme celui-ci est aberrant, car il met la vie en danger d’une enfant âgée de seulement 11 ans, de ce fait tous les moyens vont être mis en oeuvre pour protéger cette mineure et l’éloigner de son entourage familial nocif », a informé le directeur régional de l’institut Jhon Arley Murillo.

« Si l’état de santé de la petite fille évolue favorablement, elle quittera l’hôpital dans une dizaine de jours… L’une des capsules s’est rompue, c’est pourquoi la petite a présenté un état délirant, une conséquence directe des effets de cette substance dans son organisme,au moyen d’un laxatif donné aux urgences, elle avait pu expulser quelques capsules, mais il a fallu intervenir de façon chirurgicale pour retirer toutes les autres », a affirmé Jhon Arley Murillo

colombie21112014-4
Trafic de drogue depuis la Colombie

L’enquête de police doit déterminer si c’est bien le père de la petite qui lui a fait avaler ces capsules, des témoins confirment qu’il l’avait emmenée « se promener » pendant plusieurs heures avant que son état de santé ne se dégrade subitement, il aurait eu à cette occasion le temps nécessaire pour lui infliger ce calvaire. La mère a confirmé que sa fille avait déjà voyagé avec son père en mars dernier vers l’Espagne, c’était d’ailleurs vers cette destination qu’il aurait de nouveau prévu de se rendre avec son enfant.

Le directeur de la Police antidrogue, Ricardo Restrepo, a affirmé qu’aucun cas similaire n’avait été enregistré jusque-là dans la région et que l’Espagne est l’une des destinations les plus empruntées par les narcotrafiquants pour expédier la drogue vers l’Europe via des mules humaines. En 2011, la police espagnole a démantelé un réseau qui avaient recours à des bébés pour faire entrer de la drogue en provenance d’Amérique latine, la cocaïne était alors camouflée dans les couches !

colombie21112014-3En aout 2012, un jeune de 17 ans a été arrêté avec 49 capsules de cocaïne dans l’estomac, un fait survenu dans la localité Rafael Uribe de Bogotá.

Dans le rapport Monitoreo de Cultivos de Coca 2012 dévoilé par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, la Colombie arrivait après le Pérou comme le plus grand producteur de cocaïne au niveau mondial.

(Aline Timbert)