Selon un rapport de l’Organisation mondiale du tourisme, l’Argentine se positionne comme le sixième pays qui enregistre la plus forte croissance dans le secteur touristique au niveau mondial. Entre le mois de janvier et d’août 2014, les pays qui ont vu leur secteur touristique se renforcer sont le Japon (26 % ), Taiwan (24,9 %), la Grèce (22,1 %), le Mexique (19 %), l’Arabie Saoudite (16,7 %) et enfin l’Argentine avec 15,8 %

Pour le ministre du Tourisme argentin, Enrique Meyer, ce bon résultat s’explique par le travail mis en oeuvre pour promouvoir l’Argentine comme destination touristique à l’extérieur « cela montre que nos efforts sont payants, que le travail mené conjointement entre l’État national, les provinces et le secteur privé donnent comme résultat le classement de notre pays parmi ceux qui enregistrent le plus fort développement touristique au monde ».

argentine15122014-4
Enrique Meyer avec la présidente de l’Argentine, Cristina Fernández de Kirchner

Entre le mois de janvier et d’août 2014, on enregistre une hausse du nombre de visiteurs étrangers au niveau mondial de 4,8 % par rapport à la même période en 2013. 781 millions de touristes internationaux, soit 36 millions de plus que sur la même période l’an passé.

« On estime l’arrivée de touristes étrangers au mois d’octobre à 450 000, ce qui représente une augmentation interannuelle de 15,8 % », a affirmé le ministre Meyer lors de l’assemblée du conseil fédéral du tourisme qui s’est déroulé à Bariloche en présence des plus grandes autorités du tourisme de tout le pays.

Au niveau régional, les plus fortes poussées ont été enregistrées en Amérique avec 7,9 %, alors que l’Asie et la zone pacifique enregistrent une augmentation de 5 %, l’Europe de 4,2 %, l’Afrique de 3,1 % et en le Moyen-Orient d’environ 3 %.

L’Amérique du Nord a vu son nombre de visiteurs augmenter de 8,8 %, l’Amérique du Sud de 6,6 %, l’Amérique centrale de 5,9 % et la zone caraïbe de 5,9 %.

L’augmentation du nombre de touristes sur le sol sud-américain s’explique par le pouvoir attractif et l’Argentine, mais aussi de l’Équateur avec une hausse du secteur estimée à 14,3 % et de la Colombie avec environ 12 % de fréquentation touristique en plus.

Les chiffres pourraient être encore meilleurs pour le mois d’octobre 2014, rien que pour le mois de septembre, les autorités ont enregistré une augmentation de 5 % du nombre de touristes par rapport à l’année 2013, ce sont 198 300 personnes qui sont arrivées sur le territoire national. Les touristes étrangers ont dépensé un total de 182,3 millions de dollars, un chiffre qui révèle une légère chute de 1,3 % par rapport au même mois de l’année passée. Les visiteurs étrangers dépensent en moyenne 85,9 de dollars par jour.

argentine15122014-3
San Carlos de Bariloche

L’arrivée de touristes étrangers en Argentine a augmenté de 15,8 % tandis que le nombre d’Argentins qui ont voyagé en dehors des frontières nationales a chuté de 5 %. 48,2 % des touristes arrivent en Argentine par voie aérienne, et 42,9 % par voie routière et les autres par voie maritime ou encore fluviale. La majorité des visiteurs étrangers proviennent du Brésil, du Chili, de l’Uruguay, trois pays qui représentent à eux seuls 52,7 % des visiteurs.

L’objectif des autorités argentines pour 2015 est de dépasser les 6 millions de touristes étrangers, et pour cela elles peuvent, entre autres, compter sur l’attrait de ses sites naturels d’exception que ce soit Mar de Plata considérée comme la Côte d’azur argentine, les époustouflantes cataractes d’Iguazu, ou bien les terres mystérieuses de la Patagonie ou encore la région désertique de Mendoza aux allures de Far West.

argentine15122014-2
Chutes d’Iguazu

Au nord-est de l’Argentine, les chutes d’Iguazú offrent un bain d’évasion aux visiteurs, en effet ces cataractes font plus de deux fois la largeur et, avec 82 m, près de deux fois la hauteur, des célèbres chutes du Niagara !
Le Parc national de l’Iguazú fait partie, à l’instar de son homologue brésilien le Parc national d’Iguaçu, des sites naturels les plus fascinants, pour des raisons aussi bien visuelles et sonores liées à ses imposantes chutes d’eau qui sont à l’origine d’un bruit assourdissant. Ce site d’exception a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1984. Sur une largeur d’environ trois kilomètres, la rivière Iguazú (Iguaçu, en brésilien) chute brusquement de 80 mètres en une série de cataractes. La rivière, qui à juste titre porte le nom indigène de « grande eau », forme un grand arc en forme de fer à cheval au cœur des deux parcs et marque ainsi la frontière entre l’Argentine et le Brésil avant de se jeter dans le très impressionnant fleuve Parana moins de 25 kilomètres en aval du parc.

La région de Mendoza est peut-être désertique, mais le Cuyo septentrional « pays des déserts » (en langue indigène) est en grande partie plus chaud, plus sec et plus désolé encore. Toutefois, ses déserts polychromes et ses sites insolites, hors des sentiers battus, révèlent aux visiteurs venus de l’étranger une beauté qui coupe le souffle.

argentine15122014-1
Sierra de las Quijadas

Au nord-ouest de la province, la sierra de las Quijadas, polychrome, se compose d’une série de bassins sédimentaires s’étendant vers le Nord et la Rioja. Les touristes marchent en ces lieux sur les traces des dinosaures, car il s’agit d’un lieu majeur de la paléontologie mondiale.

La Patagonie, territoire au sud du Rio Colorado, est une terre de légende depuis l’époque même où les marins espagnols ont débarqué sur les côtes de l’Atlantique sud en 1520. Aujourd’hui cette région du monde est réputée pour son savant mélange de montagnes, de lacs, de prairies et de côtes océanes sauvages. Sa région des lacs autour de la ville de San Carlos de Bariloche, est marqué par les parcs nationaux qui forment un ruban continu le long des Andes. Le plus connu, celui de Nahuel Huapi, accueille les randonneurs qui viennent se reposer dans les refuges de montagne à une demi-heure de la ville ou encore naviguer sur le lac du même nom.

C’est une mosaïque de paysages et d’ambiances que propose l’Argentine entre océan, plaines (comme la plaine subtropicale du Chaco), et Andes majestueuses où culmine le toit des Amériques, le Cerro Aconcagua s’élevant à 6 959 m d’altitude !

(Aline Timbert)