perou15042015

La Fédération minière du Pérou (FMP) a appelé à une grève nationale illimitée à partir du 18 mai pour demander au gouvernement de respecter « les droits des travailleurs», a annoncé ses représentants, il y a quelques jours. Le leader de la Fédération nationale des mines, de la métallurgie et de la sidérurgie du Pérou, Ricardo Juárez, a approuvé le préavis de grève nationale pour un temps indéfini dans le but d’obtenir de meilleures conditions de travail et le respect des conventions collectives.

« Aujourd’hui durant l’assemblée nous avons ratifié une grève nationale indéfinie qui débutera le 18 mai », telle a été l’annonce faite par Ricardo Juárez. Il a ajouté pour justifier la décision du secteur minier « les travailleurs miniers somment fatigués de ces abus, nous voulons de meilleures conditions de travail pour les mineurs, que les conventions collectives soient appliquées et la dérogation d’une loi autorisant les licenciements collectifs ».

Une annonce qui risque de paralyser un secteur clé de l’économie de ce pays sud-américain qui est à ce jour le troisième producteur mondial de cuivre et de zinc et le sixième producteur d’or, au moment même où la chute de la production de métaux accompagne une baisse des cours.

Parmi les autres revendications des travailleurs, on retrouve la suppression d’un plafond sur le partage des bénéfices et la mise en place d’une réglementation pour le travail des « sous-traitants ».

Le dirigeant syndical a fait savoir que début mai il présenterait le préavis de grève aux autorités du ministère du Travail et il a d’ores et déjà précisé que 70 syndicats, soit environ 20 000 travailleurs, soutiendraient la mesure qui doit être ratifiée par les assemblées respectives. D’autres secteurs de la société devraient également prendre part à cette grève comme les travailleurs du secteur pétrolier ou encore portuaire. Cette annonce inquiète les autorités, car elle risque d’affaiblir un peu plus à l’économie péruvienne sachant que l’activité minière est l’un de ses principaux moteurs, les revenus engendrés par les exportations de métaux représentent 60 % de la valeur totale des exportations.

Les mineurs péruviens se mettront en grève illimitée dès le 18 mai

La dépendance de l’économie péruvienne à l’égard de l’activité minière inquiète d’autant plus que ce secteur est en proie à des conflits réguliers. L’exploitation des ressources naturelles constitue un foyer constant de conflits sociaux menés par les natifs et autres communautés rurales qui accusent les entreprises de ne pas respecter leur territoire et de contaminer les zones où ils vivent, une agitation sociale préoccupante qui rend fébrile les investisseurs.

Le pays sud-américain a connu un déclin dans la production de métaux clés en raison d’un épuisement de ses réserves, mais aussi du retard pris dans l’exploitation en raison des multiples conflits sociaux.

Les bras de fer entre les habitants et les autorités se multiplient sur le territoire, le dernier projet minier à l’origine d’une vague de protestation concerne la région d’Arequipa,  mais malgré le mécontentement local, l’entreprise minière Southern Copper devrait obtenir les permis nécessaires pour développer le projet d’extraction de cuivre Tía María dès la fin 2017 ou début 2018 au plus tard.

Le premier ministre du Pérou, Pedro Cateriano, a réitéré sa volonté de poursuivre le dialogue avec la population et les opposants au projet minier Tía María et parallèlement il a réaffirmé sa détermination à ce que cette activité voit le jour dans la province de Islay situe au sud d’Arequipa.

Les projets miniers à l’origine de protestations de la part des communautés craignant les répercussions environnementales

Le président de la République Ollanta Humala a déclaré « le Pérou est est un leader dans le secteur minier mondial » ajoutant « nous allons continuer à être un portefeuille important dans ce secteur », une déclaration témoignant de son soutien à l’implantation de Southern Perú Copper.

Le chef de l’État Ollanta Humala a déclaré que, dans le cas de Tia Maria, une usine de désalinisation d’eau de mer allait être utilisée, le bassin d’eau de Tambo River sera ainsi préservé, il ‘agissait là de l’une des principales préoccupations des locaux qui se consacrent aux activités agricoles et qui craignent de fait une perte des ressources en eau.

« Le cahier des charges concernant les études sur l’impact environnemental , le permis social et la responsabilité sociale sont des mécanismes qui permettent d’être rassurés sur le caractère minimal des dommages sur l’environnement », a précisé le chef de l’état. L’entreprise Southern Copper prévoit l’investissement de 1 200 millions de dollars pour l’implantation de la mine Tía María dont la production annuelle de cuivre est estimée à 120 000 tonnes métriques dès le début des opérations.

Cela fait trois ans que le projet est paralysé par les communautés paysannes qui s’opposent fermement à ce projet, des affrontements violents ont fait 3 morts et 44 blessés en 2011, mais les opposants n’ont pas fait plier le gouvernement.

Une longue grève provinciale contre le projet d’extraction cuprifère Tía María tend à s’étendre avec l’annonce d’une grève générale solidaire avec la vague protestataire des habitants de la région sud d’Arequipa. La Federación de Trabajadores de Arequipa, qui, la semaine passée, a organisée une marche de soutien en faveur des habitants de la zone d’influence du projet contesté (province d’Islay), a annoncé la semaine prochaine une grève régionale pour une durée illimitée.

Autant dire que dans les prochaines semaines, le secteur minier va être encore à l’origine d’une grande agitation sociale, une constante pour le pays sud-américain qui privilégie le développement économique en faisant la sourde oreille face au mécontentement des habitants inquiets de l’impact écologique et peu convaincus des retombées sociales dans les régions concernées par ces méga projets miniers. Tout le monde a en tête le tollé engendré par le projet Conga dans la région de Cajamarca qui a valu au président de tout suspendre « jusqu’à ce que la compagnie américaine Newmont fournisse des garanties sur la préservation des ressources locales en eau ».

Environ 200 conflits sociaux ont été répertoriés au Pérou ces derniers mois,  les questions environnementales liées aux activités minières et pétrolières sur le territoire en sont les causes principales.