perou20042015

L’Institut de Géologie, des Mines et de la Métallurgie du Pérou a informé le 18 avril que le volcan Ubinas, entré en éruption depuis une dizaine de jours, expulse près de 4300 t de dioxyde de soufre par jour (niveau enregistré le 15 avril au lieu d’une moyenne de 500 t/jour). Le directeur du Service de géologie environnementale, Domingo Ramos, a souligné que le SO2 est un gaz volcanique hautement toxique et qui, lorsqu’il se mélange avec de l’eau, devient de l’acide sulfurique.

Au vu des explosions et des rejets de dioxyde de soufre, les autorités ont pris la décision de lever le niveau d’alerte passant ainsi de jaune à orange, c’est un périmètre de 15 km autour du volcan, situé dans la vallée de Ubinas, qui est affecté par les émanations et les colonnes de cendres, les populations les plus proches du colosse ont été invitées à quitter la zone. Les cendres et les gaz volcaniques ont atteint jusqu’à 3500 m d’altitude au-dessus du cratère.

Domingo Ramos a souligné qu’il était plus prudent de déclencher le niveau d’alerte orange en raison de la possibilité d’une augmentation de l’activité sismique au sein du volcan, de même qu’il n’exclut pas la formation de petits lahars « même si l’on ne peut pas être sûr qu’il y aura des explosions plus agressives, les personnes ne peuvent pas continuer de proximité du volcan. C’est un risque », a-t-il indiqué.

Des rapports sur l’activité volcanique sont remis quotidiennement au gouvernement régional, et à l’Institut de santé de la région afin de faire le point chaque jour sur les décisions à prendre pour assurer la santé des populations alentour.

Les districts concernés par l’éruption sont Chojata, Escacha, Ubinas et Tarucani, pour prévenir tout impact sanitaire les Directions régionales de santé de Moquegua, Arequipa et Puno ont mis leurs établissements médicaux en alerte pour répondre aux besoins éventuels. Pour le moment l’éruption du volcan ne semble pas avoir eu un impact majeur sur l’état de santé des habitants, les émanations de dioxyde de soufre et de cendres peuvent être à l’origine de problèmes respiratoires, de douleurs de tête, d’affections oculaires dermatologiques ou encore de troubles musculaires.

C’est pourquoi les autorités de santé recommandent aux populations exposées de se protéger les yeux avec des lunettes et d’utiliser de l’eau propre et claire pour se rincer les yeux, il est déconseillé de se gratter et d’avoir recours à des collyres, l’hygiène des mains se doit d’être rigoureuse. Pour les voies respiratoires, l’usage de masques, couvrant la bouche et le nez ,est fortement conseillé, l’utilisation de vêtements longs pour se protéger la peau est aussi recommandée tout comme le port d’un chapeau ou d’une casquette pour se protéger des retombées.

Le 12 et 13 avril , de nombreux lahars ont dévalé sur le flanc sud du volcan parcourant près de 10 km, des coulés de cendres, de boue et de fragments de roche ont causé quelques dégâts sur les champs et les routes de la zone. L’impact sur les sources d’eau et l’activité agricole devra être mesuré prochainement. Par ailleurs, en cas de chute pluie ou de neige, il est recommandé de ne pas demeurer à proximité des ruisseaux et autres cours d’eau qui descendent du volcan en raison de possibles coulées de boue.

Depuis son regain d’activité survenu le 8 avril dernier, 9 explosions ont été enregistrées, la dernière en date a été la plus importante d’où un niveau de vigilance renforcé pour ne prendre aucun risque.

Le volcan Ubinas est considéré comme le plus dangereux du pays, il est localisé dans la zone andine de Moquegua, à 1 200 km au sud de la capitale Lima, il couvre une superficie de 45 km². Selon l’Institut Géophysique du Pérou (IGP), 23 épisodes de grande activité (fumerolles et émissions de cendres) ont été enregistrés depuis le XVIe siècle, ce qui fait de ce volcan le plus actif du Pérou.

La ville andine de Puno, située dans le département du même nom, est voisin avec celui de Moquegua, là même où s’élève à 5 672 mètres d’altitude le volcan Ubinas.

Il y a tout juste un an, les autorités péruviennes déclaraient l’alerte orange pour 60 jours autour de la zone du volcan Ubinas qui s’était déjà montré capricieux, le 17 avril 2014 l’ordre d’évacuation des populations proches résidant dans les districts de Ubinas et San Juan de Tarucani, était donné. Près de 4000 personnes avaient été alors concernées et 30 000 têtes de bétail (lamas, alpagas…).