chili23042015

Le volcan chilien Calbuco est entré en éruption, contre toute attente, mercredi 22 avril, une impressionnante colonne de cendres de plusieurs kilomètres s’est échappée du cratère, une manifestation qui n’avait pas été enregistrée depuis presque 50 ans. Situé à une altitude d’environ 2015 m, le volcan se trouve à environ 30 km des zones peuplées que sont Ensenada, Puerto Varas et Puerto Montt.

Lors d’une seconde éruption enregistrée jeudi matin vers 1 h (heure locale) (avec expulsion de matériel incandescent cette fois), le gouvernement chilien a établi un périmètre de sécurité de 20 km autour du volcan, l’alerte rouge a été décrété et ce sont près de 1500 personnes qui ont été évacuées par mesure de précaution, a annoncé le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique.

Les autorités ont souligné que ce processus éruptif était plus violent que celui du volcan Villarrica qui a connu un regain d’activité il y a quelques semaines, « le volcan a eu un réveil très soudain », a souligné un spécialiste.

L’éruption du volcan, situé à environ 1000 km au sud de Santiago, a provoqué la suspension des classes à Cochamó, Puerto Montt, Puerto Octay, Puerto Varas, Frutillar, Llanquihue et Hualaiué. « C’est l’une des opérations d’évacuation les plus importantes de ces dernières années au vu de la frayeur de la population locale », a souligné un correspondant de la BBC.

À Puerto Montt, des utilisateurs des réseaux sociaux ont publié des photos où l’on voit de larges files de véhicules tentant de fuir la zone, et prenant d’assaut les stations-service et les supermarchés. « Je demande à la population de rester calme et informée », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Rodrigo Peñailillo, pendant une allocution. L’état d’exception a même été déclaré dans les localités de Llanquihue y Puerto Octay, afin que les forces de l’ordre soient déployées pour assurer l’ordre public.

Il y a deux heures le volcan émettait une colonne de cendres de 11 kilomètres d’altitude selon le Service national de géologie et des mines, une dernière annonce tombée sur le compte officiel Twitter du Sernageomin vers 15 h (heure française) faisait mention d’une baisse d’activité tout en précisant que l’alerte rouge était toujours d’actualité dans un périmètre de 20 km autour du volcan, une « zone d’exclusion immédiate ».

Environ cinq heures après la seconde éruption, des retombées de cendres ont été enregistrées sur les localités argentines de Bariloche, San Martín de Los Andes et Villa Angostura, de l’autre côté de la cordillère des Andes.

Les vols aériens vers la zone du volcan ont été suspendus en raison du risque engendré par les colonnes de cendres.

Bien qu’il ne soit pas entré en éruption depuis 1972, le volcan Calbuco est considéré par les géologues comme très dangereux en raison de son potentiel destructif. Le Chili possède la deuxième chaîne volcanique la plus grande et la plus active au monde (avec 90 colosses actifs).

Alonso Arellano, expert en géologie, a affirmé qu’il « était très difficile de prévoir la suite des évènements », le Chili a décidément fort à faire ces dernières semaines entre le volcan Villarrica, considéré comme le plus actif du pays, entré en éruption début mars, et les inondations meurtrières enregistrées à Atacama. La série noire se poursuit donc.