continent01062015

L’Amérique latine a contribué de façon significative à la réduction du nombre de personnes souffrant de la faim, un chiffre aujourd’hui estimé à 26,8 millions de personnes contre 60,4 millions en 2002. Ces chiffres encourageants ont été émis dans un rapport sur la sécurité alimentaire mondiale de la FAO (« Panorama de la Inseguridad Alimentaria en América Latina y el Caribe »), l’Organisation de Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

« Nous devons reconnaître les efforts considérables fournis par différentes nations, ainsi 72 pays sont parvenus à atteindre au niveau national les objectifs de développement du millénaire en lien avec l’éradication de la faim », a affirmé le docteur Jomo Kwame Sundaram, directeur général pour le développement social et économique de la FAO.

Dans ce document, on apprend que la région Amérique latine et caraïbe est parvenue à réduire la faim sur son territoire, 14,7 % de la population en souffrait en 1990 contre 5,5 % en 2015. Le nombre d’enfants de moins de cinq ans en sous-poids a diminué de 7 % à 2,7 %, il y a une explication à ces résultats positifs selon le représentant de la FAO pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Ricardo Rapallo. Il a ainsi affirmé « la croissance économique vécue dans la région et le large panel de politiques publiques focalisées sur la réduction de la faim explique en grande partie la réussite de l’Amérique latine et des Caraïbes ».

Sur la période 1990-1992, la sous-alimentation régionale était de 14, 7 %, en chutant à 5,5 % ce sont environ 34,3 millions de personnes qui ne souffrent plus de la faim à ce jour. Le rapport souligne que 17 pays sud-américains ont accompli les objectifs du Millénaire pour l’éradication de la faim, et 11 autres ont obtenu la reconnaissance de la CMA (l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation). Ces pays sont ceux qui, selon les estimations de la FAO, ont réussi à réduire de manière significative la sous-alimentation au sein de leurs populations, atteignant ainsi les objectifs de réduction de la faim fixés au Sommet mondial de l’alimentation de 1996 ou dans la Déclaration du Millénaire, en 2000.

L’Argentine, le Brésil, le Chili, le Costa Rica, le Mexique, l’Uruguay et le Venezuela présentent des taux de sous-alimentation inférieurs à 5 %.

En Amérique centrale, le nombre de personnes frappées par la faim est passé de 12,6 millions en 1990 à 11,4 millions en 2014, cependant, le rapport mentionne que la réduction de la faim en termes absolus s’est figée en 2013. La région caraïbe reste encore très frappée par la pauvreté, et la faim affecte encore 8,1 millions de personnes, elle a été réduite de 7,2 % sur cette même période, la situation précaire en Haïti explique cette faible avancée, 75 % de la population haïtienne souffre de sous-alimentation (la proportion de personnes privées de la nourriture indispensable pour mener une vie saine et active).

Les pays d’Amérique centrale comme le Nicaragua, le Guatemala, le Salvador, la République Dominicaine et le Honduras sont encore très vulnérables avec chiffres respectifs de 15,9 %, 15,6 %, 12,4 %, 12,3 % et 12,2 % (prévalence de la sous-alimentation).

En Amérique du Sud, la Bolivie affiche encore un taux de 15,9 % tandis que la Colombie et le Pérou affichent des taux de 8,8 % et 7,5 %.

« L’Amérique latine se place comme la région qui a le plus progressé dans la lutte contre la faim et devient un exemple pour tout le monde, » a déclaré le représentant régional de la FAO, Raul Benitez.

« En plus de relever le défi de diminuer le nombre de personnes frappées par la faim de plus de moitié entre 1990 et 2015 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), l’Amérique latine apparaît désormais comme la première région au monde à atteindre l’objectif de réduire de moitié le nombre de personnes qui, en 1990, souffraient de malnutrition chronique, un objectif fixé par le Sommet mondial de l’alimentation en 1996. »

Le nombre total de personnes souffrant de la faim chronique dans le monde a baissé de 130 millions sur les 20 dernières années. Dans les pays en développement, le taux de prévalence de la faim a est passé de 23,2 % à 14,9 % de 1990 à 2010. (Source: FAO, 2012)

Parmi les initiatives mises en place dans la région, América Latina y Caribe sin Hambre 2025, un projet ambitieux ratifié en 2005 au Guatemala par la Comunidad de Estados Latinoamericanos y Caribeños (Celac) et dont l’objectif était « d’éradiquer la faim sur une génération ».

« Actuellement, les taux de la faim sont en dessous du seuil de 5 % en Argentine, Brésil, Chili, Costa Rica, Mexique, Venezuela et Uruguay, et l’objectif de la réduction de la faim du Sommet mondial de l’alimentation (SMA) a été accompli en Argentine, au Brésil, au Chili, en Guyane, au Nicaragua, au Pérou, au Venezuela et en Uruguay. Au total, 13 pays d’Amérique latine ont atteint l’objectif 1 des OMD sur la faim : en plus de ceux énumérés ci-dessus, l’État plurinational de Bolivie, le Guyana, le Panama, le Pérou et le Suriname », peut-on lire dans le rapport de la FAO.

La FAO estime que, globalement, il y a 795 millions de personnes sous-alimentées dans le monde, un chiffre qui a été réduit de 167 millions durant la dernière décennie et de 216 millions depuis 1990. Les progrès ont été plus lents dans les Caraïbes, en Océanie, en Asie du Sud-Est et en Afrique australe et orientale, alors que la faim a augmenté en Afrique centrale et en Asie occidentale.