perou02062015

Le 9 avril, le gouvernement péruvien a décrété pour une durée de 60 jours l’état d’urgence dans différents districts de la région de Loreto, il s’agit de la région la plus septentrionale du Pérou, elle couvre un peu moins du tiers du territoire, elle est à ce titre la région la plus étendue du pays, mais aussi l’une de celles ayant la population la plus clairsemée, du fait de sa situation géographique isolée dans la forêt pluviale amazonienne.

Une décision prise en raison des dommages causés par les intempéries marquées par des pluies intenses à l’origine de multiples inondations. Le décret suprême a été publié dans le journal officiel El Peruano et sont concernés par la mesure les districts de Balsapuerto, Jeberos, Lagunas, Santa Cruz, Teniente César López Rojas et Yurimaguas, dans la province de Alto Amazonas. Avec la mise en place dans l’état d’urgence, davantage de moyens sont débloqués pour venir en aide aux populations sinistrées et pour procéder à la réhabilitation des structures endommagées.

Et si les précipitations ont cessé dans la plupart des régions péruviennes en cette période de l’année, les populations de Loreto sont encore frappées par les inondations, les sinistrés se comptent par milliers et les plus fragiles, comme les enfants, sont les premiers à souffrir de ses conditions météorologiques et de ses conséquences. L’UNICEF a donc lancé une campagne pour venir en aide aux enfants, une population vulnérable alors que la dengue et la malaria, faute d’eau potable et d’une infestation de moustiques, menacent la santé des plus faibles. Par ailleurs, 7 enfants sur 10 souffre d’anémie selon des représentants de L’UNICEF, autant dire que les plus jeunes souffrent d’une précarité très préoccupante. 

La dengue, aussi appelée « grippe tropicale », est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques du genre Aedes, la dengue « classique » se manifeste brutalement après 2 à 7 jours d’incubation par l’apparition d’une forte fièvre souvent accompagnée de maux de tête, de nausées, de vomissements, de douleurs articulaires et musculaires et d’une éruption cutanée ressemblant à celle de la rougeole, il existe également une forme hémorragique pour les cas les plus graves qui peut conduire à la mort du malade. La malaria, aussi appelée paludisme, est une maladie infectieuse grave, parfois mortelle, causée par les parasites paludéens (Plasmodium) qui pénètrent dans l’organisme suite à une piqûre de moustique.

Près de 138 000 familles ont été affectées par la montée des eaux et de nombreux enfants ne peuvent plus se rendre à l’école, d’ailleurs de nombreux établissements scolaires ont été ravagés (environ 500) ainsi que des centres de santé ou encore des terres de culture.

D’après le gouverneur régional, Fernando Meléndez, son administration n’a pas encore reçu les financements nécessaires de la part du pouvoir central pour venir en aide aux habitants totalement dépourvus. La représentante adjointe de L’UNICEF Olga Isaza, a donc fait appel à la solidarité des Péruviens pour s’unir au mouvement national appelé #ElPerúconLoreto dont le but est de récolter des fonds pour les sinistrés.

« Nous lançons un appel à la solidarité, car 33 % du territoire péruvien est formé par la région de Loreto et aujourd’hui nous avons besoin que cent pour cent des Péruviens témoignent des valeurs de solidarité qui coulent dans leur sang. La situation vécue par les habitants de Loreto est dramatique ».

L’UNICEF lance un appel aux dons au moyen des réseaux sociaux pour que le maximum de personnes se mobilise en faveur de ceux qui en ont besoin. L’acteur péruvien Ismael la Rosa a annoncé que les recettes engendrées par la projection du  film « Desaparecer » (qui a eu lieu le 27 mai) seraient reversées au bénéfice de L’UNICEF pour venir en aide aux enfants « il est impossible de ne pas être touché par cette douloureuse réalité, les enfants sont les plus touchés, et n’ont plus de toit sur sur la tête, ils ne peuvent pas aller à l’école et ils sont exposés à différentes maladies », a-t-il déclaré alors qu’une grande partie du film a été tournée dans le département d’Amazonas, en pleine selva. Au début du mois, le département de Alto Amazonas a reçu l’aide humanitaire débloquée par le gouvernement régional, à savoir 6 t d’aliments non périssables pour tous ceux qui ont été touchés par la crue des cours d’eau qui alimentent la région : du sucre, de l’huile, et des féculents ont été remis à ceux qui ont tout perdu dans les intempéries.

Le responsable régional a déclaré que les pluies ont affecté sept provinces de la région causant plusieurs débordements de rivières, détruisant des milliers d’hectares de cultures et inondant les maisons et les établissements scolaires.

« Plus de 33 000 familles, ce qui équivaut à environ 150 000 personnes, sont touchées par les inondations, la déclaration de l’état d’urgence est en vigueur, nous distribuons des vivres et nous sollicitons toute l’attention pour procéder à la reconstruction des institutions éducatives détruites par l’eau ainsi qu’au remplacement du mobilier », a déclaré Fernando Meléndez.