perou10062015

Au Pérou, une équipe d’archéologues dirigée par Ruth Shady, directrice de la Zone archéologique de Caral (HAZ), a fait des découvertes importantes sur le site archéologique précolombien de Vichama (situé dans le quartier de Vegueta, province de Huaura à Lima), cité agropécuaire qui a abrité la civilisation ancienne Caral. Ce sont trois figurines en argile non cuite, polychromes, et deux têtes de statues qui correspondent à des personnages d’environ 80 centimètres de haut qui ont été mises au jour.

Cet ensemble d’offrandes date de 3 800 ans, période où s’est développée la plus ancienne civilisation connue d’Amérique. Parmi le sable, des cendres et de la matière organique utilisés pour construire une nouvelle enceinte au sein de l’Edificio Las Hornacinas, la population de Vichama a déposé une offrande très symbolique. Elle se composait d’un panier de roseaux attachés avec des fils de coton brun, enveloppant un autre panier et, en son sein, trois figurines anthropomorphes polychromes en argile non cuite qui se regardaient les unes les autres.

Plus tôt, ils avaient placé une tête de statue d’un personnage masculin avec des boucles d’oreilles. L’offrande faisait partie des rituels qui étaient effectués au moment de restructurer des édifices. En raison de la position des statuettes 1 et 3 par rapport à la statuette 2, il s’agirait d’un couple d’autorités politiques relié à une prêtresse.

La première statuette correspond à un homme de haut rang, également nu, avec des zones de peinture blanche sur le visage et le corps. Il est assis, sa jambe gauche croisée. Ses cheveux ocre tombent sur ses épaules. Il porte un collier de perles rondes, rouges et noirs.

La secperou10062015-1onde statuette est une femme de haut rang, nue, portant une peinture faciale rouge avec des points rouges. Elle est debout, elle porte une frange courte et rouge sur le front, le reste de la chevelure est longue, lisse et noire et tombe sur les épaules bien qu’elle soit plus courte au niveau de la nuque. Elle portait un collier de perles rondes, rouges et noirs. En raison de sa posture, de ses ornements et de la polydactylie représentant 28 doigts, il pourrait s’agir d’une prêtresse ou d’une femme chaman.

La troisième statuette représente une femme de haut rang, nue, le visage peint avec des rayures blanches et un rouge à lèvres noir. Elle est accroupie et porte une double frange, courte sur le front, et une autre tombant sur les joues de couleur rouge, le reste de la chevelure est lisse et rouge.

Dans l’édifice des Depósitos, les vichamas ont déposé l’offrande des deux têtes féminines modelées en argile  non cuite sur le sol d’une enceinte rectangulaire. Si les têtes avaient fait partie des statues, elles auraient dû avoir une hauteur d’un demi-mètre.

Ils avaient enveloppé les têtes dans un tissu orné de plumes jaunes, bleues et orange. Ils ont enterré tout avec des pierres et des fragments d’autres statues, y compris des torses, des bras et des jambes. Des plumes colorées appartenant probablement à des aras témoignent de la forte interaction de ce peuple côtier avec les sociétés amazoniennes. Ce bâtiment rectangulaire a été construit exclusivement pour le dépôt de cette offrande lors de la rénovation de l’ensemble architectural.

Les visages, la peinture sur visage, les coiffures et les traits des visages féminins exhumés rappellent la statuette mise au jour dans Miraya, site archéologique de la vallée de Supe. Il s’agirait de la représentation d’une divinité correspondant à la fin de la civilisation de Caral.

Ces résultats importants ont été présentés dans le cadre du 8e anniversaire des travaux de recherche et de mise en valeur du site archéologique de Vichama, tenue à la Bibliothèque nationale, où les résultats de ces investigations ont été présentés.

Le site archéologique de Caral-Supe est situé sur un plateau désertique aride près de la côte du Pérou, dans la région de Lima, en surplomb de la verdoyante vallée de Supe et s’étend sur 626 ha. Il date de la période archaïque tardive des Andes centrales, il y a 5 000 ans, et il s’agit de la plus vieille cité de ce type aux Amériques. Elle fut construite par la civilisation dite de Caral, encore appelée Norte Chico ou Caral Supe. Les analyses au carbone 14 de roseaux retrouvés en son sein datent sa construction entre 2600 et 2000 av. J.-C., ce qui fait d’elle la plus vieille ville américaine et l’une des plus anciennes au monde, contemporaine des grandes pyramides d’Égypte.

La ville sacrée de Caral-Supe (Pérou), la plus vieille cité des Amériques, a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO le 28 juin 2009.