mexique14092015

Les Forces de sécurité égyptiennes ont tué « par erreur » au moins 12 touristes mexicains et égyptiens et en ont blessé 10 autres, en confondant les véhicules dans lesquels ils voyageaient avec des groupes terroristes, des informations fournies par le ministère de l’Intérieur égyptien.

Dans un communiqué récemment publié après minuit, les autorités ont informé qu’une patrouille formée par la police et l’armée était à la poursuite de « terroristes » dans la région du désert occidental, dont l’accès est interdit aux civils.

Selon un dernier bilan, ce serait deux touristes mexicains qui auraient perdu la vie dans l’opération, le ministère de l’intérieur égyptien a indiqué avoir ouvert une enquête pour comprendre les raisons de ce tragique incident alors que l’accès à cette région attractive en raison de la présence d’oasis était interdit au public pour des raisons de sécurité.

« Alors qu’ils avaient fait une halte pour manger, trois avions de combat de l’armée ont commencé à tirer et à lancer des missiles sur les véhicules qui ont été totalement carbonisés », a affirmé de son côté un employé de l’agence touristique sous couvert de l’anonymat. L’agence nie également qu’il s’agissait d’une zone interdite aux civils et s’oppose ainsi aux propos défendus par les représentants égyptiens « C’est une aire où l’on fait de brèves haltes avant d’arriver à Bahareya. Ce n’était pas interdit, comme on peut le dire ».

Dans cette région proche de la frontière avec la Libye, le trafic d’armes est monnaie courante et les autorités égyptiennes s’emploient à rétablir l’ordre dans cette zone désertique où il y a eu des attaques contre les forces de sécurité.
« Une force conjointe de police et de l’armée a chassé des terroristes dans la région de l’oasis du désert occidental cette nuit, accidentellement ils ont rencontré quatre véhicules appartenant à un groupe de touristes mexicains« , indique le communiqué.
En juillet 2014, au moins 21 soldats ont été tués par une attaque par des hommes armés dans la région de Wadi al Djedid près de l’oasis de Farafra dans le désert occidental.
En outre, le groupe djihadiste Siná Wilayat (province du Sinaï) a revendiqué en décembre dernier l’assassinat d’un citoyen américain travaillant pour une entreprise pétrolière enlevé dans le désert occidental.
Les forces de sécurité égyptiennes font face à des groupes islamistes radicaux, présents principalement dans la péninsule du Sinaï.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto, a commenté ce drame sur son compte Twitter en faisant part de sa tristesse et en demandant aux autorités égyptiennes de faire toute la lumière sur cette tragédie en laissant les messages suivants sur le réseau social : « Dans un incident tragique en Égypte, des touristes mexicains ont été attaqués. Je regrette profondément que nos ressortissants aient perdu la vie », a-t-il déclaré.
10 autres personnes, parmi lesquels des Égyptiens et des Mexicains, ont été blessés durant l’attaque et ont été prises en charge dans les hôpitaux de la région, l’ambassadeur du Mexique en Égypte, Jorge Álvarez Fuentes, et du personnel de l’ambassade se sont rendus au chevet des cinq victimes à l’hôpital Dar-el-Fouad, à l’ouest du Caire pour apporter leur soutien.

 

« Le Mexique condamne ces faits à l’encontre de nos citoyens et exige du gouvernement égyptien une enquête approfondie sur ce qui est survenu », a-t-il ajouté dans un autre tweet.