perou30112015

Des archéologues péruviens ont découvert quatre tombes abritant des dépouilles humaines datant de plus de mille ans sur un cimetière pré-inca de forme pyramidale dressé dans le cœur d’un quartier résidentiel de Lima, a déclaré jeudi à l’AFP le directeur du projet.

Il s’agit de « quatre sépultures humaines, des individus adultes, dont trois femmes et un homme, ayant vécu entre les années 1000 et 1450 », a déclaré l’archéologue Isabel Flores, directrice du projet en cours de développement dans la Huaca Pucllana, un ancien complexe cérémoniel situé dans le quartier de Miraflores.
La mise au jour confirme donc la présence de la culture Ichma à Lima, elle s’était installée sur la côte centrale du Pérou vers l’an 1000 et a disparu en 1450, ce qui coïncide avec l’expansion de l’empire Inca (entre 1438 et 1533), a déclaré la scientifique.

« Ce sont les quatre premières tombes de la culture Ichma. Il se peut que nous en trouvions davantage, bien que ce lieu sacré ait été pillé depuis l’époque des conquérants espagnols au XVIe siècle », a affirmé Flores qui fouille sur place depuis 35 ans.
Les dépouilles ont été dévoilées à des journalistes là même où elles ont été découvertes au somment de la grande pyramide de La Huaca, c’est une construction d’adobe de plus de 20 m constituée de sept plates-formes, sur une surface de six hectares.

« Nous pensons que les défunts ont été impliqués dans la politique, la religion ou encore qu’ils avaient un statut social élevé », a déclaré l’archéologue Mirella Ganoza ajoutant « ce site n’a pas été choisi au hasard. »

Les quatre tombes individuelles sont situées dans le sol et chaque mort a été retrouvé en position assise, enveloppé dans des tissus, des paniers et des cordes regardant vers le sud-est en direction de la mer, des offrandes ont également été retrouvées, comme des pots en céramique, des ustensiles et des aiguilles textiles, des pelotes en laine et des tissus.
Les huacas, en langue quechua utilisée par les incas et encore usitée par les peuples des Andes à l’heure actuelle, désigne un lieu sacré, dans le Pérou précolombien, ces endroits abritaient les dépouilles de personnages importants, de membres de l’oligarchie.

« Ce qui est important, c’est que nous avons récupéré l’histoire de Miraflores, ici ce sont les origines de Miraflores. C’est le premier district du pays qui possède une histoire de plus de 1500 ans », a affirmé Flores, qui est également la directrice de la Huaca Pucllana.
La Huaca Pucllana est une source d’intérêt intarissable pour les scientifiques, en octobre 2013 deux momies ont été découvertes, celle d’un adulte et celle d’un enfant. En 2010, c’est la sépulture d’une femme qui était accompagnée de quatre enfants, et en 2008 la momie d’une fillette de 13 ans.

Ce centre cérémoniel a été construit durant la période préhispanique à Lima entre les années 500 et 700. Puis, il a été occupé par la culture Wari entre les années 800 à 1000, jusqu’à l’arrivée de la culture Ichma l’an 1000.

Le projet archéologique de la Huaca Pucllana a été lancé il y a 35 ans avec le soutien de la municipalité de Miraflores en coordination avec le ministère de la Culture du Pérou.