equateur22012016

Leonardo DiCaprio, l’acteur américain très impliqué dans la préservation de l’environnement, a une nouvelle fois témoigné de son engagement en faveur de la protection de la nature. Le 19 janvier dernier, la vedette hollywoodienne, présente au Forum économique mondial de Davos, a annoncé durant son discours qu’il apportait 15 millions de dollars à sa fondation http://leonardodicaprio.org/.

Parmi les projets de protection de la vedette, qui a connu le succès planétaire avec son rôle dans le film « Titanic », il y a un investissement de 3,4 millions de dollars pour apporter un soutien aux zones affectées par l’exploitation pétrolière en forêt amazonienne équatorienne.

Durant cet évènement, Leonardo DiCaprio a remporté le prix Crystal Awards pour sa contribution écologique, l’un des principaux investissements concerne ClearWater, la fondation qui se bat pour mettre en place des projets de développement durable, mais aussi prendre des mesures urgentes en matière de protection environnementale particulièrement en zones menacées. Clearwater travaille par exemple en collaboration avec les victimes de la catastrophe pétrolière Chevron.

Durant son discours, la star a affirmé « ces écosystèmes complexes ne pourront jamais être remplacés, ils sont la base de notre économie mondiale… Sans eux, la vie, telle que nous le connaissons, s’effondrera ». Il a ajouté sous les applaudissements de l’audience « nous ne pouvons tout simplement pas permettre que la cupidité des entreprises du charbon, et des industries pétrolière et gazière déterminent l’avenir de l’humanité ».

L’acteur a une nouvelle fois éveillé les consciences en déclarant avec force de conviction : « Le mois dernier, à Paris, les dirigeants de ce monde sont parvenus à un accord historique qui propose un cadre concret pour les émissions de carbone. C’est une première étape fondamentale, mais nous sommes loin de crier victoire dans la lutte pour notre avenir et pour la survie de notre planète. L’accord de Paris était un appel à l’action, mais c’est maintenant à chaque individu de bâtir ces progrès avec une ingéniosité et un engagement à évoluer ».

Selon le portail « Upworthy », en Équateur, 3,4 millions de dollars seront destinés à soutenir les populations indigènes qui se battent pour la préservation de leurs terres ancestrales.

Le site évoque également un soutien à l’Alliance Ceibo en collaboration avec les nationalités Cofan, Secoya, Huaorani et Siona, pour protéger la terre, l’eau et la riche culture de la région amazonienne.

Selon le site de la fondation Leonardo DiCaprio, le financement sera « donné aux populations autochtones de l’Amazonie » afin de soutenir une « collaboration stratégique entre les quatre tribus indigènes dans la région, debout, ensemble contre les intérêts du pétrole et du bois ».

Alors que cette initiative d’envergure est annoncée par l’acteur, lors d’une interview accordée au début de mois à la presse, le ministre de l’Environnement équatorien, Daniel Ortega, a répondu à la question suivante : « pourquoi insister par exemple à exploiter Yasuni, avec le grand potentiel environnemental qu’il possède, alors que le prix du pétrole baisse et réduit de façon substantielle l’objectif économique de l’exploitation des forêts dans cette zone protégée ? » : « Nous misons sur une société de connaissance, l’investissement est à Yachay, l’investissement a été fait dans la matrice énergétique. Rappelez-vous que le projet Yasuni ITT proposait à la communauté internationale d’avoir une coresponsabilité avec nous, pour un montant de 7 000 millions de dollars. Ces 7 000 millions de dollars devaient financer également le réseau électrique. L’Équateur a financé le réseau électrique avec ou sans Yasuni ITT ».

Daniel Ortega a également ajouté « cela me semble une position très cohérente de favoriser le développement soutenable pour atteindre une meilleure qualité de vie ». De son côté, le gouvernement allemand a annoncé qu’il examinera la validité de l’accord de protection de la forêt conclu avec le président équatorien Rafael Correa après que le président ait décidé de mettre fin à l’initiative de ne pas exploiter le pétrole de la réserve Yasuni, en échange d’une aide internationale.

Le porte-parole du ministère allemand Sebastian Lesch a affirmé que son gouvernement allait réfléchir sur les conditions de cet accord, il pourrait être annulé complètement dans la pratique, changé ou partiellement appliqué dans la zone où le sous-sol ne sera pas exploité.

Le 3 octobre 2013, l’Assemblée nationale a adopté la Déclaration d’intérêt national pour les blocs d’exploration pétrolière 31 et 43, situés dans une partie du parc Yasuni en Amazonie à la demande du président de la République qui a affirmé que cet argent « allait permettre l’investissement social » et « l’éradication de la pauvreté ».

Le Parc National Yasuni abrite des populations indigènes isolées, et il est considéré comme l’un des lieux les plus riches de la planète d’un point de vue de sa biodiversité. Il a été créé en 1979 et déclaré par l’UNESCO comme Réserve Mondiale de la biosphère en 1989. Il s’étend sur 982 000 hectares dans le bassin de l’alto Napo en Amazonie. Il offre une variété de 2 274 espèces d’arbres et d’arbustes, sur un seul hectare on peut répertorié jusqu’à 655 espèces différentes. Pour de nombreux scientifiques, il s’agirait même de la région de plus grande diversité biologique du monde.