perou02022016

Comme chaque année au mois de février, les Péruviens et touristes célèbrent avec ferveur et un grand sens de la fête la Vierge de la chandeleur à Puno (capitale de la région de Puno et de la province éponyme), une manifestation culturelle majeure du calendrier inscrit depuis 2014 sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. La célébration de la Vierge de la Chandeleur est l’une des manifestations religieuses et culturelles les plus importantes du continent latino-américain et offre un large panorama de l’identité native de ce pays en proposant quantité de symboles relatifs aux peuples ancestraux quechuas et aymaras.

La titulaire du Ministère de la Culture, Diana Álvarez-Calderón, a dévoilé pendant un acte officiel une plaque commémorative pour célébrer l’inscription de cet événement au patrimoine de l’UNESCO. Elle a affirmé à cette occasion « Nous sommes très heureux de retourner à Puno et de célébrer à nouveau la Vierge de la Candelaria. À cet égard, nous apprécions le travail effectué par les autorités et les habitants de Puno pour sauver leur précieux héritage culturel ». Ont également participé à cet événement l’évêque de Puno, Monseigneur Jorge Carrión ; la représente de l’UNESCO au Pérou, Magali Robalino, la présidente de la Féderation Régionale du Folklore et de la culture de Puno, Yenny Silva, parmi d’autres autorités nationales et locales.

Álvarez-Calderón a participé à la visite du temple San Juan Bautista, Sanctuaire la Virgen de la Candelaria, dans son discours l’évêque de Puno, a souligné la valeur de la musique, de la danse comme moyens d’expression de la profonde ferveur religieuse du peuple de Puno.

La traditionnelle célébration de la Vierge de la Chandeleur témoigne du syncrétisme qui caractérise si bien le Pérou et qui fait sa richesse, les croyances catholiques imposées pendant la colonisation espagnole se sont mêlées aux croyances ancestrales datant de l’époque précolombienne, des éléments de la cosmovision andine accompagnent le culte chrétien dans une profusion de couleurs, de joie, de sonorités, de danses, de recueillement et de foi.

Les festivités sont menées par près 40 000 danseurs et musiciens, les principaux participants sont les habitants des ethnies aymara et quechua peuplant les zones rurales et urbaines de la région de Puno. Par ailleurs, nombreux sont les natifs de Puno qui ont quitté la région, mais qui reviennent à l’occasion de la fête de la Chandeleur, ce qui contribue à renforcer un sentiment de pérennité culturelle et de forte appartenance identitaire.

Les festivités de la Vierge de la Chandeleur puisent leurs racines dans les invocations ancestrales faites par les habitants des Andes envers leur Terre mère (Pachamama), mais aussi le tio supay (le diable des mines) alors que l’été règne dans l’hémisphère sud, il s’agit de rendre hommage à la terre et au soleil, sources de vie et de fertilité pour les habitants de ces hauts plateaux confrontés à un environnement rude. Cette célébration a été déclarée patrimoine culturel de la Nation par l’Institut national de culture, le 2 septembre 2003.

Les célébrations en l’honneur de la Vierge de la Chandeleur ont lieu durant deux semaines au moyen de manifestations artistiques, les costumes des groupes folkloriques préparés pour les jours de fête par chaque communauté peuvent être observés par les milliers de visiteurs dans l’enceinte du « Colosse de pierre » du stade Torres Belón. Les mélodies entêtantes des instruments typiques tels les sikuris, le son des tokoros et des flautas reçoivent pour écho les applaudissements de l’assistance où se retrouvent dans une même connivence touristes nationaux et internationaux ainsi que locaux.

Le stade Enrique Torres rassemble des dizaines de troupes participantes au concours de danses indigènes. Aujourd’hui, mardi 2 février, à 10 h du matin, une messe se tiendra, elle sera suivie d’une procession depuis la Place d’Armes avec la représentation de la Vierge, en fin de journée elle retrouvera son emplacement habituel. Il s’agit de la journée centrale du culte rendu à la Vierge de la Chandeleur.

Les croyants en liesse prient, honorent et sollicitent la Vierge pour qu’elle leur accorde ses bonnes grâces. Au mois de février, la ville de Puno, située à 3870 m d’altitude sur les rives du célèbre lac Titicaca, mérite plus que jamais son titre de capitale folklorique du pays sud-américain et de l’Amérique.