perou17022016

La rage sylvestre a tué 12 natifs de la communauté indigène de l’ethnie achuar, parmi les victimes on dénombre deux enfants, des décès survenus dans la province de Datem del Marañon, en Amazonie péruvienne (région de Loreto, la plus étendue du pays, elle se situe en forêt amazonienne), à la frontière équatorienne.

Le ministère de la Santé (Minsa) a déclaré l’état d’urgence sanitaire pour une durée de 90 jours dans la province Datem del Marañón (Loreto) et dans la province de Oxapampa (Pasco), l’objectif est de prendre des mesures concrètes pour éviter que de nouvelles personnes ne contractent la maladie.

C’est un phénomène qui se produit dans les régions éloignées où les chauves-souris vivent. Elles portent leur virus dans leurs glandes salivaires et mordent habituellement de petits animaux. Nous pensons que pour attaquer la population, elles doivent traverser une situation stressante », a signalé le vice-ministre de la Santé, Percy Minaya lors d’une interview avec Canal N.

Percy Minaya a indiqué que la seule façon de contrôler l’épidémie de rage sylvestre est de vacciner la population contre la maladie provoquée par les morsures de chauve-souris.

« Il n’y a pas de moyen pour contrôler les chauves-souris, on ne peut pas les tuer, car c’est difficile de parvenir jusqu’aux zones où ces animaux vivent ».

Au début, les autorités sanitaires ont pensé que les indigènes décédaient des suites d’une contamination liée à des déversements de pétrole, mais les traces de morsures, les signes hémorragiques et les différentes analyses ont confirmé la présence de la maladie aiguë causée par un virus qui touche le système nerveux central.

Les chauves-souris hématophages se rencontrent fréquemment dans des régions amazoniennes, mais aussi dans les montagnes andines du Pérou.

Les chauves-souris de la sous-famille Desmodontinae sont appelées communément vampires, car elles se nourrissent de sang (hématophages). Il existe seulement trois espèces de chauves-souris vampires : le vampire commun (Desmodus rotundus), le vampire à pattes velues (Diphylla ecaudata) et le vampire à ailes blanches (Diaemus youngi). Ces chauves-souris présentes en Amérique du Sud se nourrissent de petits insectes comme les moustiques et peuvent dans certaines circonstances s’attaquer à l’homme.

Le ministre de la Santé, Aníbal Velásquez, a affirmé qu’un pont aérien avait été mis en place pour dépêcher du personnel sanitaire et soigner les malades, et il a également souligné que 100 000 personnes allaient être vaccinées prochainement contre la rage sylvestre, 15 millions de soles ont été débloqués pour répondre à l’urgence. En 25 jours, les populations à risque devraient recevoir le vaccin (3 doses) en coordination avec le gouvernement régional de Loreto qui a envoyé du personnel de santé.

Dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital régional de Loreto, trois personnes victimes de morsures ont contracté la rage et sont encore hospitalisées, il s’agit de deux adultes et d’un enfant de 7 ans. Ils ont été évacués samedi dernier de la ville de Yankuntich dans la province de DATEM Maranon, l’état de santé des trois patients est stable.

Pour information, la maladie peut être guérie si elle est traitée à temps, parmi les conseils donnés à la population indigène, les autorités sanitaires recommandent de protéger les maisons pour éviter que les chauves-souris ne s’introduisent et d’utiliser des moustiquaires pour éviter la morsure des chauves-souris vampires ou « hématophages » connues par les locaux.

La rage est transmise à l’homme par ces chauves-souris qui s’alimentent de sang, ne trouvant pas assez de bétails à attaquer, elles peuvent mordre des êtres humains et particulièrement les enfants qui jouent ou qui dorment sans être à l’abri des moustiquaires.

Plusieurs pays du bassin amazonien comme le Brésil, le Pérou, ou encore l’Équateur sont confrontés à des cas de rage sylvestre humaine transmise par ces mammifères hématophages. Il faut savoir que de nombreux natifs mordus par les chauves-souris appartenant à l’espèce Desmodus Rotundus pensent que l’épidémie a des origines surnaturelles et préfèrent ainsi s’en remettre aux chamans ou autres guérisseurs plutôt que de consulter un médecin, ce qui réduit leurs chances de survie. La rage est une maladie dont l’issu est obligatoirement mortelle en l’absence de traitement, elle cause environ 50 000 décès par an dans le monde, le plus souvent suite à une infection transmise par un chien enragé. Différents animaux domestiques ou sauvages peuvent transmettre les lyssavirus responsables de la maladie, dont les chauves-souris.