colombie04032016

Les chiffres de la pauvreté sont tombés pour la Colombie et le président de la République, Juan Manuel Santos, a commenté en personne les progrès en matière de lutte contre ce fléau, en 2015 27,8 % des habitants ont vécu en situation de pauvreté contre 28,5 % en 2014. 7,9 % de la population est toujours frappée d’indigence, un chiffre qui a néanmoins baissé par rapport à l’année 2014 (8,1 %).

Selon le Département de statistiques, l’an passé 171 000 personnes ont échappé à la pauvreté, et 24 000 personnes à une situation d’extrême pauvreté. À la fin de l’année 2015, l’État a enregistré 13 millions de pauvres et 3,7 millions de personnes très pauvres (la Colombie compte 48 millions d’habitants).

Ce pays d’Amérique du Sud est l’un du continent à avoir le plus progressé en matière d’éradication de la pauvreté, même s’il reste encore beaucoup à faire, des avancées soulignées par des experts internationaux et des organismes multilatéraux.

Les experts ont participé à un forum qui s’est tenu dans la capitale du département de Santander, à Bucaramanga, en compagnie du chef de l’État qui a indiqué que la pauvreté multidimensionnelle a diminué de 1,7 % entre 2014 et 2015 en passant de 21,9 % à 20,2 %. Le responsable de la Commission pour l’Amérique latine et les Caraïbes pour la Colombie, Juan Carlos Ramírez, a affirmé « c’est beaucoup mieux que pour les autres pays d’Amérique latine » en précisant « seulement le Pérou et la Colombie ont poursuivi sur cette continuité, sur le chemin de la croissance et la réduction de la pauvreté ».

Le directeur du Dane, Mauricio Perfetti, a affirmé qu’il y a deux façons de mesurer la pauvreté: une méthode consiste à prendre en compte le revenu du ménage (on parle alors de pauvreté monétaire); et l’autre méthode s’appuie sur plusieurs données comme l’éducation, le travail, la santé, l’accès aux services, entre autres choses, il s’agit de la pauvreté multidimensionnelle. De 2010 à 2015, la pauvreté monétaire a diminué de 9,4 % de points pour passer de 37,2 % en 2010 à 27,8 % en 2015.

Le gouvernement a maintenu ses investissements dans les domaines de l’éducation, du logement, des services publics et des soins de santé pour les secteurs les plus pauvres du pays malgré le ralentissement de la quatrième plus grande économie d’Amérique latine induite par une baisse des prix du pétrole l’an dernier.

Selon l’étude du DANE, une personne est considérée comme pauvre lorsqu’elle qu’elle survit avec 2,2 $ par jour ou moins et la misère concerne les personnes qui ont un dollar ou moins pour vivre au quotidien.

« Dans l’ensemble, les villes colombiennes analysées ont fait des progrès significatifs dans les programmes d’inclusion sociale et d’égalité, ce qui leur a permis de contrer les défis de l’inclusion économique, qui reste le principal défi dans ce domaine. 19 des 23 villes colombiennes ont réussi à réduire les écarts de revenu au cours des quatre dernières années, comme le montre l’amélioration du coefficient GINI », indique le rapport ONU-Habitat.

Le ministre du Logement Luis Felipe Henao Cardona, a déclaré: « C’est très important que les Nations Unies affirment que la Colombie est en train de faire un bon travail dans la réduction de la pauvreté ».

Pour sa part, Carlos Sepulveda, doyen de la Faculté d’économie de l’Universidad del Rosario a déclaré au sujet des chiffres de l’année précédente, « on peut noter une tendance et le lien entre le marché du travail et les chiffres de la pauvreté, la réduction des chiffres le chômage est parallèle à la hausse des revenus des ménages ».

« L’une des dividendes de la paix c’est que cela va permettre d’améliorer la capacité de l’État à atteindre les coins les plus reculés du pays et de continuer à lutter contre l’extrême pauvreté », a affirmé le président en se référant à la fin annoncée du conflit militarisé mené depuis un demi-siècle par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

« Sous ce gouvernement, 4,6 millions de compatriotes ont échappé à la pauvreté. Cela équivaut à l’ensemble de la population de la (département) Valle del Cauca (ouest) », a souligné le président Juan Manuel Santos, au pouvoir depuis 2010.

« Avec ces chiffres de la diminution de l’extrême pauvreté, nous pouvons anticiper son éradication sur plusieurs années avec l’objectif que nous nous sommes fixé en 2025 et donnera beaucoup de poids à la question du développement durable », a ajouté le président Santos dans la ville de Bucaramanga (nord-est).

Le président a déclaré « la Colombie continue de faire avancer l’objectif de réduire la pauvreté et de réduire les écarts sociaux ».

Toutefois, lorsque la situation des Colombiens est analysée par région, la situation n’est pas toujours réconfortante, à Quibdo, la capitale du Chocó, (la ville avec le taux de pauvreté le plus élevé dans le pays), le chiffre de la pauvreté a augmenté, il est passé de 46 % de la population à 50 %, et de 14 % à 17 % pour ce qui concerne l’extrême pauvreté. Un défi pour la Colombie qui va devoir étendre ses avancées sur l’ensemble du territoire.