nicaragua25032016

Le volcan Momotombo du Nicaragua a connu un regain d’activité hier jeudi vers 19h, heure locale, des secousses ont été enregistrées aussi que l’expulsion de lave et de matériel incandescent, des informations données par l’Institut d’études territoriales (Ineter). Le volcanologue Armando Saballos a demandé à la population de garder son sang-froid et a appelé au calme en précisant que la « situation était sous contrôle ».
« Le volcan a vécu un calme relatif pendant 4 jours, mais au cours des 24 dernières heures, le colosse a augmenté ses tremblements, ce qui fait partie de son processus éruptif qui se manifeste depuis le mois de décembre dernier », a expliqué l’expert Saballos. La colonne de cendres a atteint une altitude de 1000 à 2000 mètres a précisé A. Saballos.

« Depuis ce matin, le tremblement volcanique se fait ressentir, il y a augmentation de la pression dans le conduit, ce qui augmente la possibilité de nouvelles explosions de gaz, de cendres et de matériel incandescent », a déclaré la première dame et porte-parole du gouvernement, Rosario Murillo, citant les estimations de l’Institut nicaraguayen des études territoriales.

Le Momotombo se situe à 1297 m d’altitude dans l’extrême nord du lac Managua ou Xolotlán. Après 110 ans de repos relatif, l’activité du Momotombo a repris le 1 décembre 2015, une mesure interdisant de s’approcher du volcan a été décrétée, il fait partie de la « cordillère volcanique du Nicaragua, à l’ouest du pays, qui appartient à la ceinture de feu, la zone géologique la plus active sur Terre, une superficie de plus de 40 000 kilomètres qui concentre les mouvements telluriques de plus grande ampleur.

« Certaines explosions produisent un signal sonore que les villageois voisins perçoivent comme des coups de tonnerre. Voilà quelque chose de tout à fait normal au sein du volcan, nous avons déjà connu cela depuis décembre, cependant cette année l’activité du volcan a été plus faible que ce que nous avons vécu durant la première semaine de décembre l’année dernière », a affirmé le scientifique.

« Nous suivons son activité tous les jours et nous émettons des bulletins d’information, bien que nous soyons en pleine semaine Sainte de Pâques, nous travaillons toujours, notre gouvernement ne se repose jamais pour assurer la sécurité de notre peuple », a déclaré Armando Saballos.

« Nous gérons un périmètre de sécurité de six kilomètres. Ce comportement va continuer », a par ailleurs déclaré le conseiller en volcanologie  lors d’une conférence de presse donnée fin février.

Le Momotombo est entré en éruption 16 fois depuis 1522, au début du XVII siècle, une forte éruption a détruit la ville coloniale de León Viejo, l’une des premières positions espagnoles au Nicaragua. Le volcan commence un nouveau cycle qui peut durer une dizaine d’années, un cycle éruptif « c’est variable, des journées marquées par des émanations et de la sismicité », des déclarations faites par les experts au mois de décembre.

Le littoral occidental du Nicaragua est parsemé d’une vingtaine de volcans actifs qui font partie de la fameuse « Ceinture de feu du Pacifique », cet alignement de volcans coïncide avec un ensemble de limites de plaques tectoniques et de failles. Ces limites sont également marquées par les principales fosses océaniques de la planète. La ceinture de feu compte 452 volcans, soit 75 % des volcans émergés de la planète, qu’ils soient actifs ou éteints.

Les volcans Momotombo, Masaya, Telica et San Cristobal sont quatre des sept volcans actifs appartenant à la «chaîne des volcans » du Nicaragua.

Informations du ministère des affaires étrangères français (Dernière mise à jour le : 11 mars 2016 – Information toujours valide le : 25 mars 2016) : « Les volcans Masaya, Telica et Momotombo, connaissent un regain d’activité. Un faible séisme a été enregistré sous le volcan Cerro Negro.
Le volcan Masaya, proche de la capitale Managua et de la ville de Masaya a connu plusieurs séismes de faible et moyenne intensité, sous le cratère Santiago, depuis le 8 février, associés à des explosions de gaz et de fragments de roches incandescents. Les émanations de gaz affectent les populations des communes proches du volcan.
Dans le Département de León :
Le volcan Telica, situé à environ 100 km au nord-ouest de Managua, calme depuis septembre 2015, a rejeté du gaz et des cendres le 13 février. Des secousses sismiques de faible intensité ont été enregistrées les 10 et 13 février.
Le volcan Momotombo qui était entré en éruption le 1er décembre 2015, a expulsé des cendres les 13 et 15 février.
Le volcan Cerro Negro a enregistré un séisme de faible intensité le 13 février.
Les autorités locales ont fermé au public le parc national du volcan Masaya et ont interdit l’ascension du volcan Cerro Negro.
Il convient de se tenir informé et de suivre les recommandations des autorités locales : Sistema Nacional de Prevención, Mitigación y Atención de Desastres (SINAPRED) http://www.sinapred.gob.ni/ et Instituto Nicaragüense de Estudios Territoriales (INETER) ».